La carte du Maraudeur

[Portoloin] pour lire les sujets importants du forum ♥



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERME

Partagez | 
 

 Suivre et survivre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3688
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Suivre et survivre   Ven 10 Oct - 2:15




Suivre et survivre

Ludovic avait la tête ailleurs ce matin là. Cela faisait quatre fois qu'il traversait le même couloir, dans un sens puis dans l'autre, sans s'en rendre compte. Il tournait et retournait une liste qu'il tenait dans les mains et lui trottait à l'esprit depuis qu'il l'avait écrite. Il était certain d'oublier quelque chose, mais impossible de se souvenir quoi. Il aurait pu utiliser un Rappeltout, mais avouez que c'est plus qu'inutile ces choses là. Tout ce que ça fait, c'est vous dire que vous avez oublié une chose capitale, ça ne vous dit pas quoi, autant dire qu'il le savait déjà.

Il vit passer un élève du coin de l'oeil. Distrait oui, mais pas encore assez.  Il n'était pas comme Jon lui, il gardait toujours plus ou moins un pied sur terre.

— Wilson, votre devoir sur les confusions avance ? lança-t-il sans interrompre son va-et-viens. Sur mon bureau dans vingt minutes vous vous souvenez ?

Il tourna une nouvelle fois en arrivant au bout de l'étage. C'était devenu presque automatique depuis une heure qu'il était là. Au début, il s'arrêtait en se disant qu'il n'allait pas au bon endroit et faisait demi-tour après une seconde d'hésitation. Maintenant, il n'avait même pas besoin de lever les yeux pour savoir quand il devait changer de sens avant de manquer la fin du couloir.

Il se frotta la tête furieusement et fit un léger bond sur place de frustration. Il jeta des coups d'oeil inquiets autour de lui et tâcha de reprendre son calme en voyant qu'il n'était pas tout à fait seul. Il eut un soufflement de mépris et les effaça vite de ses préoccupations. Tant pis au fond, avec toutes les rumeurs qui devaient courir sur lui depuis quelques temps, il n'était plus à ça prêt. Il soupira une nouvelle fois en levant  les yeux au ciel. Une si bonne mémoire et pourtant incapable de se souvenir d'un détail aussi capital. Si seulement il avait réussi à se mettre une machine à la place du cerveau il aurait résolu bon nombre de ses problèmes. A condition de trouver un moyen pour que la dite machine marche dans l'enceinte de Poudlard.

— Tu perds ton temps là, grogna-t-il pour se remettre les idées en place avant de reprendre son manège.

Ce n'était pas sa tête déjà, ça il l'avait toujours. Ses vêtements aussi, il avait progressé depuis le début de semaine. Il s'empourpra une seconde en repensant à cette mésaventure au cinquième. Si seulement il avait put oublier ça au lieu de cette chose non identifiée qui lui torturait l'esprit. Mais bon, ce n'était pas le moment. Il se gratta nerveusement la nuque, frotta un peu plus fort et fini par s'ébouriffer complétement les cheveux avant de faire demi-tour. Comme il avait horreur des trous de mémoires involontaires !

Il s'arrêta au beau milieu du couloir et se frotta les yeux. Ce n'était peut-être pas si grave après tout, ça lui reviendrait. Il vérifia une dernière fois les mots alignés d'une écriture fine et torturée sur son morceau de parchemin et compta les petits traits devant chaque début de ligne. Huit, c'était bien ça, il en manquait un. Il y avait un point vide dans la liste. Vide comme sa saleté de crâne vide. Il tourna subitement en direction de la bibliothèque, sans regarder. Il tendit le bras pour essayer d'en attraper la poignée à l'aveugle et se prit la lourde porte en pleine face alors que quelqu'un l'ouvrait.

Le choc fut rude, mais il tint debout. Il resta sonné une seconde avant de secouer la tête et passer la main sur son visage puis sur l'intégralité de son corps pour être sûr qu'il n'avait rien de cassé. Indemne.

— Oui c'est ça ! s'exclama-t-il. L'arithmancie !

Il fronça les sourcils et se gratta la tête.

— Non... laissez tomber, c'est idiot ce que je dis.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1883
Date d'inscription : 08/09/2014
Multicomptes : Jon Lakenstridge - Savanah Lewis - Morgan Winterfield
Caracteristique : Surveillante à Poudlard
MessageSujet: Re: Suivre et survivre   Ven 10 Oct - 18:04



Linda Oswin


Un énième livre vola a travers la pièce, poursuivant avec hargne l'élève qui l'avait tiré de son sommeil. Courant un peu partout, totalement paniquée, la jeune fille ne pouvait rien faire contre ce monstre de feuilles et de cuir qui la cour sait avec une rage non dissimulée.
Pas sans sa baguette.

-Wingardium Leviosa.

La chose indéterminée s'éleva dans les airs, et la surveillante en charge de cet événement esquissa un sourire amusé, jouant machinalement avec sa baguette.
Lentement, le silence habituel retomba sur la bibliothèque, et seuls les quelques chuchotements, les bruissements des pages et les halètements de la troisième année essoufflée troublaient ce silence.

-Il faut être plus prudente, jeune fille. Les livres ont beau être source de savoir, a Poudlard ils ont un peu plus de ... Mordant.

Le regard noir que lui jeta l'élève ne fit qu'attiser l'amusement de Linda, qui haussa un sourcil en lui montrant l'énorme pile de livres qu'il lui restait encore a trier, puis ranger.
Lorsque le Professeur de je ne sais quoi était venu lui demander de surveiller ses élèves punis pendant qu'il allait chercher quelques copies, Oswin avait accepté en grognant, loin d'imaginer que cela se passerait dans la partie de la bibliothèque ou les livres avaient plus tendance a vouloir votre peau -ou vos tympans- qu'a se laisser feuilleter paisiblement. Quand elle s'en était rendue compte, la jeune femme n'avait pût retenir un léger rire sarcastique; comme quoi, il n'y avait pas qu'elle qui se plaisait a voir les gamins dans de telles situations!
D'autant plus que ce dit professeur quelconque avait une certaine originalité pour les punitions, trier puis ranger les livres "dangereux", le tout sans baguette, a la Moldue.
C'était tout de même une bonne idée !

-Allez Kingsley, tu y retournes. Tu ne vas tout de même pas laisser Macbread et David se débrouiller sans toi?

Kingsley foudroya la surveillante du regard, avant de revenir vers les deux garçons qui l'attendaient en riant, s'empourprant au fil de leurs remarques.
De son côté, Linda s'étira en baillant, s'écartant un peu du bureau ou elle était assise pour y poser les pieds, continuant de garder un oeil sur les trois élèves jusqu'à ce que le Professeur inconnu revint pour reprendre sa place.

-Ont-ils bien travaillés?

-Disons que c'était... Divertissant. Mais j'ai peur qu'ils n'aient finis avant un bon bout de temps.

-C'est bien le but.


Linda haussa les sourcils, avant de lâcher un soupir, et de s'en aller de cette partie de la bibliothèque.
En marchant dans les couloirs, elle s'arrêta plusieurs fois devant tel ou telle étagère, observant quelques livres ayant l'air plus intéressant.
Les livres du monde des sorciers... Autant dire qu'elle n'y connaissait rien pour faire court, mais c'était surtout qu'elle n'avait eut énormément de temps a y consacrer avec ses études, sa vie recluse de ce monde... Elle venait de découvrir tout cela, et encore, a cause de son travail elle n'avait encore lut aucun des ouvrages qu'elle avait repéré.
Non parce des "Voyage de Gulliver" et des "Malade Imaginaire", le en avait lut et relut, pas que Linda trouvait cela mauvais, au contraire, c'était plutôt divertissant comme lecture, mais un peu trop... Bariolé a son goût.
La jeune femme rangea un livre dans son sac, avant de se remettre en marche, essayant au passage de mettre un nom sur le maximum de têtes possibles...
Croft, Sound, Sally, Jogge, Dogger, Spark, Sparrow...
Sur tous ceux qui se trouvaient en ce moment dans la bibliothèque, c'étaient les seuls qu'elle reconnaissait.
Redcraws, Walle, Macsoft, Dantos, Descremps...
Descremps?!

-Descremps?

Bon, le choc de la rencontre fut assez rude pour le Professeur, mais cela avait le mérite d'être direct.

-Ça va aller ? s'enquit Oswin en s'approchant de Ludovic. Sympa comme nouvelle rencontre. Je peux savoir ce que vous faisiez la?

Question idiote, chercher des bouquins, c'était évident!
Linda avisa le Professeur de haut en bas. Il semblait visiblement soucieux, quelque chose le tramait sûrement, mais sinon, il avait l'air de plutôt bien aller.
La surveillante jeta alors un oeil a la main dernièrement écorchée, et étant donné que sa main ne ressemblait ni a une pastèque ni a une tomate, elle en déduisit qu'il n'y avait eut aucuns problèmes de ce côté la.

-Arithmancie? Vous ... Avez un problème avec l'arithmancie?

Ne sait -on jamais... Peut-etre que Descremps et sa si bonne réputation -un secret a Poudlard ne le reste jamais longtemps, même si ça ressemblait bien plus a une rumeur qu'à autre chose- avait en plus une haine secrète contre cette matière?
Après tout, elle n'en savait rien...!
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3688
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Suivre et survivre   Ven 10 Oct - 22:00




Suivre et survivre

Ludovic était occupé à se pincer le nez pour s'assurer qu'il ne se l'était pas encore cassé, lorsqu'il reconnut soudain une voix qu'il n'aurait jamais pensé réentendre un jour. Il baissa les yeux vers celui, ou plutôt celle, qui lui demandait des nouvelles. Heureusement qu'il venait de se prendre une porte où il serait passé sur son visage une intéressante collection de sentiments traitres. A la place, s'étant prit le dit mur de bois, il n'eut qu'un froncement de sourcils perplexe, comme s'il avait eut besoin de lunettes. Une chance.

— Oswin ? s'étonna-t-il après quelques secondes d'hésitation. Je ne savais pas que vous veniez dans le coin.

Il se retint d'ajouter un "vous savez lire ?" et s’intéressa à sa main, il n'avait plus rien entre les doigts. Son papier s'était envolé et avec lui, le reste de la liste. Il le chercha dans le couloir et eut tout juste le temps de l'apercevoir en train de s'enfuir par une fenêtre.

— Merveilleux... grommela-t-il.

Depuis une heure qu'il essayait de combler un trou de mémoire, maintenant il en avait huit. Certains auraient parlés de karma. Pour avoir abandonné la jeune femme dans les cachots sans avoir vérifié qu'elle pourrait en sortir. Lui commençait juste à se dire que cette surveillante lui attirait beaucoup d'ennuis. Il poussa un soupir contrit et reporta son attention lorsqu'on lui posa une nouvelle question. L'arithmancie ? Il avait parlé d'arithmancie ? Satané lapsus. Voilà ce qui arrive quand on pense à trop de choses en même temps.

— Des problèmes d'arithmancie ? Non, qu'elle idée ? Je ne sais pas pourquoi j'ai dis ça, ça doit être mon réflexe quand quelqu'un m'enfonce une porte dans le nez.

Il contourna la jeune femme pour entrer dans la bibliothèque, comme à son habitude, prenant le temps de tousser assez fort et longtemps pour briser le silence. Puis il se dirigea vers un rayonnage et en parcourut les titre à toute allure, récitant à haute voix une série de "Déjà lu" à une vitesse qui aurait rendu jaloux une victime de Waddiwasi. Lorsqu'il eut fini son rayonnage, il pivota et passa à la rangée derrière lui, toujours avec sa même psalmodie. Il sortit des allées et jeta un coup d’œil dans la salle pour retrouver sa surveillante. Ah, il la voyait là-bas. Il siffla pour attirer son attention, un coup bref et puissant qui dérangea un fantôme endormit entre deux couvertures. Puis il reprit son chemin parmi les ouvrages.

— Déjà lu, déjà lu, déjà lu. Ah, nouveau.

Il sortit le livre de son rayon et le glissa sous son bras. Trente secondes de répit avant de reprendre son monologue. Deuxième livre. Bien bien, des nouveautés niveau potions. Surement conseillées par son alchimiste préférée. Il commençait à avoir les bras encombrés. Il repéra un mouvement du coin de l’œil, il espéra que se soit la surveillante, mais au pire ça ne serait pas très grave.

— Oswin ! lança-t-il avant de lui larguer les livres.

Enfin débarrassé, il traversa la bibliothèque en montant sur la table qui se trouvait au centre. Rayon Soin aux créatures magiques.

— Tiens ! Un navet.

Il attrapa le livre ainsi nommé et le balança par terre.

— Déjà lu, déjà lu, déjà lu... hum pas lu, mais je connais déjà. Déjà lu, déjà lu, déjà lu...

Vous pensez qu'il était devenu fou ? Même pas. Ou bien il l'était depuis longtemps. Car la bibliothèque était l'un de ses territoires favoris. Un vieux terrain de jeu où il ne valait mieux pas l'ennuyer, surtout lorsqu'il avait décidé d'y faire du rangement pour se changer les idées.

— Ça traine derrière, beugla-t-il à l'intention d'Oswin tout en balançant un livre dans sa direction sans s'assurer qu'elle le récupérerait.

En moins de deux minutes, il avait fait le tour de la première salle et avait dérangé une bonne vingtaine de livres sans parler des cinq mètres cubes de poussière qui flottaient partout dans les environs. Un vrai carnage. Cela faisait longtemps qu'il n'était pas venu remettre de l'ordre là dedans.

— Les réserves maintenant, annonça-t-il regard fixe.

Il pivota jusqu'à la porte grillagée au fond de la pièce et faillit la défonçer à moitié pour l'ouvrir. Il s'enfonça dans un petit couloir sombre et fit une pause le temps de crier :

— OSWIN !





Dernière édition par Ludovic Descremps le Sam 11 Oct - 0:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1883
Date d'inscription : 08/09/2014
Multicomptes : Jon Lakenstridge - Savanah Lewis - Morgan Winterfield
Caracteristique : Surveillante à Poudlard
MessageSujet: Re: Suivre et survivre   Ven 10 Oct - 23:24



Linda Oswin



Ne le nions pas, Linda grinça des dents dés la première remarque de Descremps.
Non, elle n'était pas inculte, ou allergique aux livres; seule, elle était même plutôt studieuse. Comme lors de ses nombreuses recherches pour retrouver un quelconque ami de ses parents, ou pour établir tout simplement des plans de vengeance -elle avait ainsi déjà une bonne dizaine de tuer quelqu'un donc trois ou elle serait totalement hors de danger-.

-Comme quoi, on en découvre tous les jours. Par contre, vous, ça ne me surprends pas du tout.

Du coin de l'oeil, elle remarqua aussi ce petit bout de papier qui s'envola par la fenêtre, mais elle ne s'en intéressa pas, contrairement à Ludovic qui grommela lorsqu'il disparut de leur champ de vision.
Oswin se redressa, croisant les bras derrière la tête pour s'étirer encore une fois -et oui, c'était une habitude tenace-, gardant toujours un oeil sur le Professeur qui semblait plus qu'agacé.
Lui aussi, ça devait être une habitude.

COmment s'en était sortie Linda après s'être perdue dans les dédales des cachots?
Et bien... Une bonne dose de chance -et trois passages secrets plus tard-, elle s'était brutalement retrouvée dans les toilettes des filles ou elle avait fais la connaissance de plusieurs premières années qui l'avaient étrangement regardé lors de son arrivée par un toilette condamné.
Bah quoi?
Oui, elle sortait de derrière une cuvette, et alors?
Pour être franc, elle était sortie tout à fait normalement, la tête haute comme à son habitude, mais... son attitude était loin de refléter ce qu'elle ressentait.

-Il faut dire qu'il y a une distance de sécurité à garder avec une porte, alors il ne faut pas être surpris de se prendre "une porte dans le nez" si on s'amuse à observer les rainures du bois. grogna à son tour la surveillante, relevant le menton pour prendre Ludovic de haut.

Mais comme il ne semblait pas vraiment la critiquer, et qu'il préféra continuer sa route simplement tout en la contournant, la jeune femme fronça légèrement les sourcils, se demandant ce qu'il lui passait sérieusement par la tête. Et pourtant, elle le suivit presque machinalement, intriguée par ce qu'il allait finalement faire, d'un pas plus curieux et hésitant que régulier, certes, mais dans les faits, Linda le suivait.

-Mais qu'est-ce qu'il fait encore..?

Il était réellement sans gène, de faire autant de bruits, de se déplacer aussi... aussi "Ludoviquement", de commenter sans gène les livres qui passaient dans son champ de vision...
Et puis il la sifflait.
Comme un chien.
...Sérieusement?!
Il était tellement sans gène que la surveillante le regardait presque bouche bée, une lueur amusée et totalement décontenancée dans le regard.
Le Professeur se retourna ensuite enfin vers elle, un étrange sourire aux lèvres qui pourtant lui allait parfaitement, puis après s'être avancé jusqu'à elle... Il lui refoula son fardeau.
Surprise et déséquilibrée, Linda bascula dangereusement face au brusque poids que Descremps venait de lui léguer, avant de lui lancer un regard désabusé alors qu'il s'éloignait déjà.

-Mais qu'est-ce qu'il...

Elle soupira, posant l'énorme pile de livre sur une table non loin en soulevant au passage quelques nuages de poussière, puis elle se passa une main sur le visage, comme pour se réveiller après une bonne longue sieste...
Ouais, parce que de l'énergie, il lui en faudrait pour pouvoir seulement essayer de suivre le Professeur.
Le livre -cette fois tout à fait normal- qui vola tout près d'elle finit bien à plat non loin derrière la surveillante qui l'observa quelques secondes sans bouger avant de se tourner vers Ludovic qui disparaissait déjà derrière un angle d'étagère.
Oswin ne fit aucun geste pour rattraper le LVNI -livre volant non identifié- qui suivis, ni le suivant, ni tous ceux qui le suivirent, les laissant simplement s'écraser au sol en soulevant encore plus de poussière.

Puis, se qui devait arriver arriva: elle le perdit de vue.
Mine de rien, il courait vite le petit Professeur rebelle... Linda soupira encore une fois, alors que Descremps l'appela encore une fois, apparemment, il la voulait vraiment à ses côtés.
Il serait bien déçu de voir que ses livres ne seraient pas avec elle.

-Quand on me siffle, je préfère que ce soit pour une bonne raison.grogna la surveillante en arrivant à ses côtés, posant une main sur l'épaule de Ludovic et passant au français.

Elle plissa le nez, secouant la tête, avant de soupirer et de lâcher:

-Je ne pensais pas que ma présence à vos côté vous était si indispensable. Même si je me doute que mon rôle s'arrête à "chariot pour livre"."

Elle avisa ensuite l'un des nombreux livres au sol, et continua:

-Vous avez faillit tuer quelqu'un comme ça, enfin, de toute façon, je n'aurais été responsable d'aucune de vos bêtises alors...


Elle s'éloigna de quelques pas, et fixa Ludovic de cet habituel regard provocateur:

-Faites ce que vous voulez! Surtout que vous avez si bien commencé, ne vous arrêtez pas en si bon chemin! J'en connais trois qui passeront un agréable moment grâce à vous.


Petite pensée aux trois punis qui, désormais, ne seraient pas prêts de finir avant demain l'aube, et un léger sourire carnassier apparut sur les lèvres de la Française.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3688
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Suivre et survivre   Sam 11 Oct - 2:00




Suivre et survivre

Alors qu'il scrutait silencieusement les titres sur la rangée inférieur, Ludovic sentit une main se poser sur son épaule. Il fit volte-face aussitôt et se retint de justesse de tordre ce sale bras encombrant. Il lança un regard noir à Oswin par dessous ses sourcils froncés et serra les mâchoires tandis qu'elle parlait.

— Encore heureux que je ne vous demande que de porter, parce que même pour ça vous n'êtes pas très douée, rétorqua-t-il d'un ton cassant.

Il monta sur le bord d'une étagère,et commença à faire tomber méthodiquement tous les livres de la rangée supérieur. L'un d'entre eux faillit s'écraser sur son pied, il l'esquiva de justesse, imperturbable. Il avait cessé de parler, ce n'était pas la peine dans les réserves, il y avait trop de travail. Prêt de six ans qu'il essayait de faire du tri et il restait toujours autant de désordre. A croire qu'un petit malin s'amusait à repasser derrière lui. En bas, Oswin continuait à parler. Ludovic tourna la tête, frustré de devoir s'arrêter une nouvelle fois dans son travail. Il hésita à lui dire pourquoi il devait se trainer quelqu'un dans ces moments là, mais estima que ce n'était pas la peine. Il fit tomber encore une petite dizaine de livres tandis que la surveillante finissait son monologue. En entendant la dernière phrase, il suspendit son geste une seconde.

Il se laissa retomber au sol parmi les couvertures béantes et se redressa dans le même élan pour se planter juste devant la surveillante.

— Trois ? Trois quoi ?

Il avait les yeux plongés droit dans ceux d'Oswin. Trois, bien sûr trois. C'était pour ça qu'elle était là.

— Oh le salaud, lança-t-il. Il a recommencé.

Ludovic manqua de bousculer la jeune femme en quittant sa rangée pour marcher bon train jusqu'au fond des réserves. Trois, c'était bien ça, trois élèves. Il fonça droit sur le professeur occupé à surveiller ses collés et l'agrippa par le col.

— Encore là, pas vrai ! T'aime bien me pousser à bout, pas vrai ?

L'autre se contenta de ricaner, ce qui poussa le brun en pétard un peu plus à bout qu'il ne l'était déjà.

— Vous voyez, lança le professeur -pas Ludovic, l'autre- en direction de ses élèves. Voilà ce qui arrive à ceux qui quittent l'école avant leurs ASPICs.

Ludovic serra un peu plus le morceau de tissu qu'il tenait entre les mains, hésitant à étrangler cette salle tête de nœuds. Il lui lança un regard d'assassin avant de le lâcher et de s'asseoir à la table occupée par les élèves.

— Vous rangez quoi ? demanda-t-il, parlant encore à toute vitesse, mais avec l'air nettement plus détendu. Les livres dangereux c'est ça ? Vous trouvez ça ennuyeux ? Vous n'imaginez la chance que vous avez d'avoir ces livres entre les mains. Il en existe plein, des centaines de milliers, des livres dangereux, tous les livres sont dangereux. On peut y trouver des réponses inattendues, des sorts pouvant faire de vous des sorciers invincibles, des réponses à des choses auxquelles vous ne croyez pas et à des choses que vous ne pourrez jamais voir. Tentant n'est-ce pas ? Mais chaque livre à son revers, chaque mot peut être votre perte si vous n'y prenez pas garde. Il existe des livres qui vous avalent, des livres qui vous envoutent, des livres qui vous condamnent à parler en vers pour le restant de vos jours et des livres qui tout simplement vous rendent fou. Voilà pourquoi c'est dangereux, pourquoi tous les livres sont dangereux. Alors pourquoi garder ces livres n'est-ce pas ? Parce que tout le monde veut toujours tout savoir. Tout le monde se dit "Non, pas moi, moi je le lirais et je m'en sortirais". C'est faux, pensez comme ça et vous êtes morts. Les livres sont des poisons, des armes et des remèdes qu'on ne lit pas comme une gazette, vous ne sortez jamais indemne d'un livre.

Il marqua un arrêt, cherchant quelque chose dans le méli-mélo de ses pensées.

— Vous voulez savoir pourquoi cet homme là, il désigna de l'index le professeur qui le fixait très amusé, vous oblige à ranger ces bombes de papier ? Parce qu'il est trop bête et trouillard pour comprendre que ce n'est pas comme ça qu'on traite un livre. Si vous êtes comme lui, alors l'un d'entre eux vous attaquera. Un livre ça ne se range pas sur une étagère pour se faire oublier dans la poussière, ça se vit et ça s'aère. Comprenez ça et là, là vous pourrez lire même le plus retord des grimoires et vous en sortir.

Il se releva et retourna à un rayonnage, reprenant son poème à deux mots et son grand ménage, plus lentement, presque tristement.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1883
Date d'inscription : 08/09/2014
Multicomptes : Jon Lakenstridge - Savanah Lewis - Morgan Winterfield
Caracteristique : Surveillante à Poudlard
MessageSujet: Re: Suivre et survivre   Sam 11 Oct - 11:53



Linda Oswin


-Effectivement, bonne remarque: je ne suis pas un chariot pour toutes vos lectures. Et puis, un peu de politesse et de galanterie ne vous ferait pas de mal, croyez moi.

Non parce que là, d'accord, il était en plein dans son délire, mais tout de même! Cela n'excusait pas son comportement!
Si elle avait porté ces livres, qu'aurait-il pensé de lui? Qu'elle n'était qu'une femme sans personnalité -ou plutôt si, mais avec juste un sacré mauvais caractère- qui exécutait gentiment et comme un bon chien toutes les tâches qu'on lui disait d'accomplir...
...
Wouaf!

Ludovic monta alors sur le rebord d'une étagère, faisant tomber un à uns les livres.
La surveillante ne dis plus rien, et s'assit sur une chaise non loin en croisant les jambes pour observer le Professeur... Et s'il lui demandait pourquoi elle restait là à le regarder faire sauter la bibliothèque pièce par pièces, elle lui répondrait simplement qu'il était bien trop dangereux de le laisser seul.
Regardant d'un air vague les livres tomber les uns après les autres au sol, dans un boucan qui résonnait parfaitement dans le silence de la bibliothèque, la jeune femme se demanda intérieurement quel était le but de ce remue-ménage.
Le Professeur ne faisait rien sans raisons, il était ainsi, et ça, elle avait finis par le comprendre au vu des rumeurs qui circulaient.
Ses cours tout d'abord, astronomiques à première vue, il réussissait pourtant toujours à les finir à temps, et ses élèves s'en sortaient plutôt bien.
Ensuite ses relations avec les autres Professeurs et le personnel de Poudlard.
En passant de "Fantômette la chialeuse" comme elle l'appelait, à la garde-chasse, pas mal de gens avaient entendu parler de lui, et tous avaient un avis plus ou moins identique à ce qu'elle en avait déduit.
Alors s'il était en train de foutre le bordel dans la plus parfaite des bibliothèques, il devait bien y avoir une raison, c'était tout simplement impossible autrement.

Sortant de ses pensées, elle leva lentement les yeux vers Descremps qui pour une raison qui lui était inconnue, descendait de son perchoir, avant de s'enfoncer vers le fond du couloir.
Le suivant d'abord des yeux, elle finit par se lever en soupirant: il avait sûrement tilté sur quelque chose qu'elle venait de dire, ce ne serait pas surprenant de sa part, mais quoi qu'il fasse, cela promettait d'être intéressant!
Oswin suivis le même chemin que le Professeur, ayant vite fait de le rattraper, elle arriva sur place lorsqu'il prit le Professeur numéro deux par le col.
Ouuuh!
Il était en colère, Môsieur le Professeur!
Que c'était mignon!
La surveillante resta à quelques mètres de distance, histoire de laisser Descremps tranquille sans pour autant rater quelque chose de la scène, s'appuyant sur un mur alors que cette lueur amusée se raviva dans son regard.

Le Monsieur que son Professeur agrippa ricana de la menace de Ludovic, lui jetant une remarque bien amère au visage tout en s'adressant aux élèves qui trouvaient ce spectacle décidément bien plus intéressant que leurs bouquins et la poussière qui allait avec.
Lorsque le professeur de sortilèges s'avança vers les gamins, semblant laisser un moment de répit à son adversaire, leurs yeux s'ouvrirent en grand, croyant sans doute qu'il allait les gronder de ne pas continuer leur besogne, mais ils furent apparemment encore plus surpris de voir le sujet de la colère de l'homme.

-Et bien et bien... laissa échapper la jeune femme en écoutant le discours de Descremps, trop loin pour qu'il entende sa petite remarque.

Ainsi donc, voilà pourquoi il dérangeait tous les livres de leurs étagères...
Il était ainsi donc, des idées bien précises dans un cerveau apparemment bien trop étriqué pour tout ce qui lui passait par l'esprit.
Ludovic aimait la lecture, et considérait les livres comme des petites merveilles, des choses que l'on devait laisser... "vivre"?
Remarque, pour les livres ayant une conscience un peu plus développée que celle d'une fleur, c'était plutôt une bonne technique. Bon, il faudrait quand même se balader dans la bibliothèque avec un casque sur la tête, juste au cas ou, mais ça pourrait le faire.

L'amusement de Oswin s'atténua lentement, pour laisser place à un certain respect dans son regard.
Certe, cette crise de nerf avait été sans aucuns effets, et franchement inutile, mais tout ce qu'il avait dit était vrai dans un sens, et elle appréciait les personnes avec ce genre de vision.
La surveillante le regarda passer juste devant elle alors qu'il retournait à son dernier rayon, l'un de ceux encore bien rangé, et elle avisa une dernière fois les collés et le Professeur avant de suivre d'un pas assez lent bien que sûr Ludovic.

Une fois sur place, le Français repris son décompte, ou plutôt son manège, avec un peu moins d'entrain qu'à ses débuts, et elle s'appuya à la table pour pouvoir l'observer encore une fois.

-Joli speech. lâcha-t-elle avec un sourire tout ce qu'il y avait de plus normal: calme, agréable, doux...

Etrange sur les lèvres de Oswin, mais qui semblait pourtant si bien lui aller.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3688
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Suivre et survivre   Sam 11 Oct - 16:30




Suivre et survivre

Ludovic tourna à peine la tête lorsqu'il entendit Oswin lui parler. Il était entré en phase quatre, comme aurait dit Jon. C'était absurde. Un jour, le professeur d'astronomie lui avait fait la liste de toutes les "phases" par lesquelles il passait lorsqu'il entrait dans la bibliothèque. Ludovic avait rigolé et lui avait dit d'aller se faire voir.

Phase une, entrée délicate, mais remarquée. Faisons doucement monter le volume. Toux, éclats de voix encore un peu de contact avec le monde vivant. Phase deux, dérangement distrait. Un livre par-ci, un livre par-là, juste de quoi donner l'impression de chercher à embêter les bibliothécaires. Phase trois, le fond du problème. A partir de là, il ne valait mieux pas l'interrompre si on ne voulait pas se prendre un coup. allégement en règle de toutes les étagères et crise de nerfs si contrariétés. Phase quatre, fin du contact avec le monde réel. Parlez lui et il ne vous entendra pas. Phase cinq, le calme après la tempête. Complétement stupide. Comme s'il faisait ça.

Il tapota le dos des livres du bout des doigts et s'arrêta sur un épais volume dont il caressa deux trois fois le bord avant de le tirer de son étagère.

— Je l'aime bien celui-là, marmonna-t-il les yeux dans le vague.

Il s'assit sur le rebord du rayonnage normalement utilisé comme table d'appoint et posa le livre sur ses genoux, l'ouvrant en grand en plein milieu. Il fit voltiger les pages jusqu'à trouver celle qu'il cherchait et commença à lire, comme tout le monde. En beaucoup plus lent. Ses yeux glissaient le long des lignes, les assemblant une à une dans son esprit pour leur donner un sens. Il mit un temps fou pour arriver en bas de la page, lent pour les autres, rapide pour lui. Déphasé en somme. Il passa à la page suivante. Cela parlait des différents sortilèges permettant d'accéder à l'invisibilité. Un livre sympathique qui faisait d'ordinaire disparaitre celui qui le lisait. Ludovic resta pourtant bien visible. Il était au chapitre des sorts de grande ampleur, sous-chapitre exemples. Plongé dans les longs détails d'un village disparut des cartes un jour d'équinoxe et n'ayant laissé qu'un énorme trou dans le sol sur lequel on pouvait marcher sans tomber. Il tourna la page tandis que la couverture de l'ouvrage commençait à être moins opaque. Il découvrit que le village était réapparut trente kilomètres plus loin, un matin, à l'aube, sans aucune raison et que le trou dans le sol était soudain redevenu un simple trou.

Un hurlement retentit dans la bibliothèque. Ludovic n'y fit pas attention. C'était un cri de fillette, sans doute l'un des trois collés qui avait essayé de lire un livre après l'avoir écouté.

— Occupé, répondit simplement le professeur au cas où on lui aurait posé la question.

Il était passé à un nouvel exemple, cette fois, seule une maison s'était envolée dans une ville américaine. Il y avait eut un grand jet de lumière et plus rien, pas même de la poussière. Ah oui, il en avait entendu parler. Distraitement, Ludovic sortit un crayon de sa poche et ratura la ligne avant d'annoter dans la page "explosion de gaz". Ce que ça pouvait être bête parfois un sorcier. A force de tourner les gens sans pouvoirs en ridicule, ils oubliaient que des phénomènes ordinaires pouvaient aussi survenir.

Un second cri brisa sa concentration.

— C'est une bibliothèque ici je vous rappel, beugla-t-il en levant à peine les yeux des pages qui devenaient transparentes dès qu'il avait fini de les lire.

Il passa rapidement les détails sur la maison américaine et reprit sa lecture au niveau d'un puits qui n'apparaissait qu'au septième jour du printemps. Il y avait une légende comme quoi lancer une pièce dans l'eau se jour-là vous apportait fortune pour l'année. Amusant, peut-être était-ce de là que la coutume venait. Il aurait bien aimé vérifier.

Un dernier cri. Autour de lui et d'Oswin, toutes les personnes présentes dans les archives avaient fini par disparaitre.

— Rien à faire, lança le professeur, absorbé.

Phase six, provoque des emmerdes.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1883
Date d'inscription : 08/09/2014
Multicomptes : Jon Lakenstridge - Savanah Lewis - Morgan Winterfield
Caracteristique : Surveillante à Poudlard
MessageSujet: Re: Suivre et survivre   Dim 12 Oct - 18:34




Linda Oswin


N'ayant obtenu aucune réponse, la jeune femme resta quelques secondes a l'observer rechercher un livre qui apparemment n'existait pas. Il devait sans doute tuer le temps, ou passer le temps, cela revenait au même.
Un peu comme elle lorsqu'elle passait des heures a faire reluire ses chouchoutes, bien que cela n'ait strictement aucune réelle utilité, c'est ainsi que la plupart des humains faisaient tout au long de leur vie: ils tuaient le temps en attendant que quelque chose se produise.
Linda aimait bien observer les personnes autour d'elle, on en apprenait souvent beaucoup plus en décryptant les estes qu'en posant des questions. Épier les faits et geste, en déduire la cause, la conséquence, le pourquoi du comment: pourquoi a-t-il prit sa tasse par la hanse et non pas de pleine main? Elle n'est pourtant pas chaude, alors pourquoi?
Il suffisait des lors d'observer le comportement de la dite personne, et l'on devinait facilement que ses parents étaient soient de riches gens du style bourgeois ou simplement qu'ils l'avaient éduqués sur de bonnes bases, lui apprenant a se laver les mains avant et après chaque repas et par sel couvert commencer lors d'un repas chic.
Plus jeune, c'était la seule façon de la jeune femme d'en apprendre plus sur les gens qui l'entouraient, trop occupée a ceci ou a cela, a l'époque elle se plaisait encore a dire "l'espèce humaine", et avait souvent tendance a dramatiser...
Évidemment, ce qu'elle avait vécu, elle ne le souhaitait a personne, mais a présent, elle ne pouvait rien y faire, et autrefois, elle ne l'avait pas encore saisit.

Lentement, Oswin se releva, s'approchant silencieusement du professeur de sortilège pour lire par dessus l'épaisse couverture de cuir sa propre lecture.
Elle ne lut que quelques secondes, se désintéressant bien vite de ce genre de livres, elle préféra fixer Ludovic dans les yeux si concentrés, si absent, alors que les siens ne cherchaient qu'à...
Tuer le temps.
A la fois, ces yeux étaient totalement vides, a la fois, ils semblaient exprimer dans une absolue complexité tout ce qui se bousculait sans cesse dans la tête du français...
S'il avait remonté le regard vers la surveillante a ce moment, s'il était sortit de ses pensées pour ne serais-ce qu'une seconde, il serait sans doute tombé de son " siège " improvisé, surpris par le regard qu'avait la jeune femme envers lui.
Seulement, elle s'étira bien vite, ne lui laissant pas le temps de sortir de sa rêverie, ou de sa lecture, puis Linda se mit a observer la multitude d'ouvrages tombés au sol par la faute du Professeur.
Elle ne connaissait rien, de tous les ouvrages, tous lui étaient inconnus, la plupart étaient des sortes de... Livres documentaires? Bah... Cela devait sûrement être la session pour ce genre de bouquins, pas vraiment sa passion.
Elle en avait lut quelques uns, lorsqu'elle débarqua chez son mentor, elle cherchait alors a se renseigner et en savoir plus sur le monde des sorciers.

La jeune femme s'accroupit, cherchant du bout du doigt quelque livre qui pourrait l'intéresser, après tout, elle était loin d'en savoir autant que quelqu'un né entouré de sorciers.
Linda finit par trouver au milieu de tout ce tas de connaissances un écrit traitant des différentes organisations magiques, passant du Ministère aux Mangemorts, allant jusqu'à parler de certaines plus mythiques comme la Confrérie par exemple.
Toujours près du sol, elle ouvrit le livre d'un geste las, commençant a lire les premières pages, même si elle fut convaincue des les premières lignes.
Alors qu'elle le rangeait dans son sac, son regard croisa...
Du vide, justement.
Il y a une seconde, une Poufsouffle se tenait devant elle, et la... Plus de Poufsouffle!

-Houla..!

Linda se redressa, fronca les sourcils alors que sa main caressa instinctivement tout d'abord son arme puis sa baguette.

-Descremps...?

Aucune réaction, pas de quoi rassurer la surveillante.
De plus en plus de choses se mirent a disparaitre, une par une, toute les personnes et tous les objets présents disparaissaient.

-Professeur!

Elle se retourna, trouvant le dit professeur en train de lire son livre a moitié disparut, et voyant la situation s'aggraver, elle n'hésita pas a faire valser le l'ouvrage pour sortir le français de sa lecture.

-Monsieur le professeur, commenca la surveillante en se penchant vers lui, histoire de bien attirer son attention avec... Deux très bons arguments, je pense que nous avons un léger problème. Vous m'expliquez?

Oui, elle avait beau ne pas être totalement inculte, il restait pas mal de point dont elle ignorait tout, et la...
Et bien, la, elle était totalement perdue.

___

“There’s a lot of things you need to get across this universe. Warp drive… wormhole refractors… You know the thing you need most of all? You need a hand to hold.”
-The Tenth Doctor
Linda Oswin
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3688
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Suivre et survivre   Dim 12 Oct - 22:33




Suivre et survivre

Linda le regardait, mais il n'en avait rien à faire. Le monde semblait disparaitre autour de lui, mais il n'en avait rien à faire. Il aurait put se passer absolument n'importe quoi, tout ce qui comptait, c'était ce qu'il lisait. Les mots, les phrases, l'envoutement entre les lignes. Rien d'autre, même s'il connaissait déjà tout ça. Il tourna une nouvelle page. Le silence était enfin revenu dans la bibliothèque. Bien, un peu de calme. Il pourrait lire tranquillement. Il commençait à se détendre. C'était sans compter Oswin.

Tout à coup, le livre lui sauta des mains et s'envola à au moins trois mètres de distance. Ludovic contempla ses paumes vides une seconde, pas tout à fait sortit de sa transe. Il vit un visage se planter devant lui, un visage qui lui disait quelque chose. Les paroles de la surveillante réveillèrent ses pensées, même s'il ne les enregistra pas. Il était revenu à lui. Un regard haineux emplit ses yeux en un quart de seconde. Il agrippa les cheveux la jeune femme, tourna et tira sa tête en arrière en descendant de son siège. Il tira jusqu'à ce que sa main soit à un mètre du sol, les mâchoires serrées à s'en briser les dents, le visage à un souffle du sien, les yeux furieux. Elle avait de la force, mais lui aussi et il l'avait prise par surprise.

— Espèce de petite idiote, siffla-t-il pour rester poli.

Il la lâcha assez vite et pivota sans lui lancer un regard. Puis s'éloigna aussitôt pour commencer à examiner le plancher. Elle l'aurait poursuivit pour se venger, il lui aurait flanqué un coup de poing au milieu du visage, au mieux, qu'importe qu'elle soit une fille. Il avait peut-être l'air frêle, il savait se battre. On ne s'occupe pas de dragons adultes pendant un an sans développer quelques ressources.

— Imbécile, cracha-t-il encore. Rah les femmes ! Comment on fait maintenant ? Hein ?

Il hurla une deuxième fois ce dernier mot et grogna, donnant des coups de pieds dans le vide au raz du sol, tournant en rond. Cherchant à gauche, à droite, le livre qui avait complétement disparut en touchant le sol. Il se tourna vers la surveillante, dressé de toute sa hauteur, tendu comme un ressort. Après tout, c'était sa faute. Elle n'avait qu'à se débrouiller seule. Il planta ses yeux, brulants comme deux braises brunes, au fond de ceux de la surveillante.

— Vous savez quoi, fulmina-t-il en prenant soin de bien détacher chaque syllabe. Pas mon problème.

Il se frotta les mains comme pour se débarrasser d'une saleté et se glissa hors de la rangée d'un pas, se dirigeant vers la sortie à grandes enjambées. Il traversa les réserves, marchant entre les livres qu'il avait dérangés sans jamais poser le pieds sur le moindre bord de couverture. Il aurait voulu passer ses nerfs sur quelque chose, mais il n'y avait rien, comme d'habitude. Pourquoi il n'y avait jamais rien ?

La salle de lecture était vide elle aussi. Tout comme le comptoir des bibliothécaires. Jusqu'où s'étendait le problème ? Peut-être seulement à ce lieu ou bien à tout le château. Plus loin peut-être. Ludovic posa la main sur la poignée de la porte de la bibliothèque, s’apprêtant à partir, lorsque quelque chose l'en empêcha.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1883
Date d'inscription : 08/09/2014
Multicomptes : Jon Lakenstridge - Savanah Lewis - Morgan Winterfield
Caracteristique : Surveillante à Poudlard
MessageSujet: Re: Suivre et survivre   Lun 13 Oct - 7:51


Linda Oswin



La brutale réaction de Ludovic surpris réellement la jeune femme qui se retrouva bientôt tirée par les cheveux vers le sol, laissant échapper un gémissement lorsqu'il l'attrapa brutalement.
Le coeur de Linda rata un battement, et sa respiration fut momentanément coupée par la surprise, mais une fois qu'elle eut assimilé la situation, la surveillante serra les dents et les poings, puis s'apprêta à effectuer une rapide prise pour faire lâcher prise au jeune homme mais elle n'en eut besoin qu'il la lâcha assez rapidement.
Instinctivement, elle se massa le cuir chevelu en lançant un regard noir au professeur qui s'éloignait d'ores et déjà, d'un pas rapide.
Elle ne le poursuivit pas tout de suite, essayant de se calmer seule dans son coin, sauf qu'en général, pour cela, il lui fallait soit quelque chose sur quoi frapper, son arme et de l'huile pour faire les faire briller, ou.. de l'alcool.
Et là, la seule chose sur laquelle elle pouvait frapper était une cible mouvante qui venait de la prendre par surprise.
Faisant craquer ses poings, elle suivit ensuite avec hâte le Professeur qui semblait se diriger d'un pas expert dans les couloirs déserts de la bibliothèque.

-Vous savez ce qu'elle vous dit la femme? demanda-t-elle en le rattrapant enfin, une main sur l'épaule pour le faire pivoter.

Et le coup partit.
C'était bref, assez puissant pour un coup de femme, et cela reflétait particulièrement tout ce que la jeune femme ressentait en ce moment même. Il était assez fort pour pousser brutalement Descremps contre la porte qu'il s'était apprêté à ouvrir, et s'il n'avait pas fais attention à son équilibre, nul doute qu'il aurait finis par glisser au sol sous le coup.
Malgré la situation, elle ne put garder un sourire d'apparaître sur son visage: enfin!
Enfin, elle s'était passé les nerfs sur quelque chose de plausible!
Secouant la main pour faire passer la légère douleur des habituels coups de poings, Oswin observa quelques secondes le professeur de haut, avant de simplement répondre:

-C'est exactement cela, votre problème. Affirmez-vous, cassez des piliers et faites exploser des bureaux et des étagères si l'envie vous en prends, mais ça, ce qu'il y a autour de nous; c'est votre problème.

Elle fit une pause, son regard noir toujours posé sur le français, et continua d'un calme effrayant:

-Des élèves ont disparus, ou je ne sais quoi. Des personnes bien vivantes, qui ont des amis, de la famille, je ne sais quoi d'autre de joyeux et de rose, -oui, rose- alors vous pouvez évidemment sortir d'ici, quoi que je doute que cette chose ne s'étende pas au dela de la bibliothèque, mais moi, je reste. Et j'ose espérer que vous en ferez de même.

Oswin se retourna aussi brusquement qu'elle était arrivée, se contentant de suivre a l'inverse le chemin emprunté pour suivre Ludovic, notamment pour retrouver l'endroit ou le livre perdu était tombé.
Il devait être a Serdaigle autrefois, c'était désormais une chose dont elle était casi-certaine, et s'il avait lut ce livre, il devait probablement se souvenir de ce qu'il y était dit.
Évidement, pas tous les détails, mais c'est comme lorsque l'on vous oblige a manger un truc, et qu'a ce moment, vous vous rendez compte que vous mouriez de faim... Et bien, la c'était la même chose, et même si le livre était désormais totalement invisible voir même disparut ou désintégré -elle ne savait absolument pas ce qu'il se passait, et le regrettait amèrement- il fallait déjà qu'elle le retrouve qui te a s'agenouiller pour chercher absolument partout.
Ludovic c'était montré tellement... Tellement inconscient, comme ce qu'il se passait l'importait réellement peu. Combien de personnes avaient disparus ou quoi que ce soit? Si c'était le cas, combien d'autre personnes les pleureraient?
Il fallait avouer que Linda n'avait pas une vision très réaliste de la famille pour n'avoir passé qu'une petite partie de sa vie entourée de personnes qu'elle aimait, mais elle en savait suffisamment pour savoir a quel point certains liens pouvaient être puissants, et importants.
Alors, s'il avait décidé de faire encore une fois sa tête de mule, grand bien lui fasse! Elle n'était pas sa mère ni sa soeur, Dieu merci!
Mais qu'il ne pense pas une seconde aux possibles dangers que provocait cette situation était déjà beaucoup plus...
Dérangeant.

Linda Oswin



La brutale réaction de Ludovic surpris réellement la jeune femme qui se retrouva bientôt tirée par les cheveux vers le sol, laissant échapper un gémissement lorsqu'il l'attrapa brutalement.
Le coeur de Linda rata un battement, et sa respiration fut momentanément coupée par la surprise, mais une fois qu'elle eut assimilé la situation, la surveillante serra les dents et les poings, puis s'apprêta à effectuer une rapide prise pour faire lâcher prise au jeune homme mais elle n'en eut besoin qu'il la lâcha assez rapidement.
Instinctivement, elle se massa le cuir chevelu en lançant un regard noir au professeur qui s'éloignait d'ores et déjà, d'un pas rapide.
Elle ne le poursuivit pas tout de suite, essayant de se calmer seule dans son coin, sauf qu'en général, pour cela, il lui fallait soit quelque chose sur quoi frapper, son arme et de l'huile pour faire les faire briller, ou.. de l'alcool.
Et là, la seule chose sur laquelle elle pouvait frapper était une cible mouvante qui venait de la prendre par surprise.
Faisant craquer ses poings, elle suivit ensuite avec hâte le Professeur qui semblait se diriger d'un pas expert dans les couloirs déserts de la bibliothèque.

-Vous savez ce qu'elle vous dit la femme? demanda-t-elle en le rattrapant enfin, une main sur l'épaule pour le faire pivoter.

Et le coup partit.
C'était bref, assez puissant pour un coup de femme, et cela reflétait particulièrement tout ce que la jeune femme ressentait en ce moment même. Il était assez fort pour pousser brutalement Descremps contre la porte qu'il s'était apprêté à ouvrir, et s'il n'avait pas fais attention à son équilibre, nul doute qu'il aurait finis par glisser au sol sous le coup.
Malgré la situation, elle ne put garder un sourire d'apparaître sur son visage: enfin!
Enfin, elle s'était passé les nerfs sur quelque chose de plausible!
Secouant la main pour faire passer la légère douleur des habituels coups de poings, Oswin observa quelques secondes le professeur de haut, avant de simplement répondre:

-C'est exactement cela, votre problème. Affirmez-vous, cassez des piliers et faites exploser des bureaux et des étagères si l'envie vous en prends, mais ça, ce qu'il y a autour de nous; c'est votre problème.

Elle fit une pause, son regard noir toujours posé sur le français, et continua d'un calme effrayant:

-Des élèves ont disparus, ou je ne sais quoi. Des personnes bien vivantes, qui ont des amis, de la famille, je ne sais quoi d'autre de joyeux et de rose, -oui, rose- alors vous pouvez évidemment sortir d'ici, quoi que je doute que cette chose ne s'étende pas au dela de la bibliothèque, mais moi, je reste. Et j'ose espérer que vous en ferez de même.

Oswin se retourna aussi brusquement qu'elle était arrivée, se contentant de suivre a l'inverse le chemin emprunté pour suivre Ludovic, notamment pour retrouver l'endroit ou le livre perdu était tombé.
Il devait être a Serdaigle autrefois, c'était désormais une chose dont elle était casi-certaine, et s'il avait lut ce livre, il devait probablement se souvenir de ce qu'il y était dit.
Évidement, pas tous les détails, mais c'est comme lorsque l'on vous oblige a manger un truc, et qu'a ce moment, vous vous rendez compte que vous mouriez de faim... Et bien, la c'était la même chose, et même si le livre était désormais totalement invisible voir même disparut ou désintégré -elle ne savait absolument pas ce qu'il se passait, et le regrettait amèrement- il fallait déjà qu'elle le retrouve qui te a s'agenouiller pour chercher absolument partout.
Ludovic c'était montré tellement... Tellement inconscient, comme ce qu'il se passait l'importait réellement peu. Combien de personnes avaient disparus ou quoi que ce soit? Si c'était le cas, combien d'autre personnes les pleureraient?
Il fallait avouer que Linda n'avait pas une vision très réaliste de la famille pour n'avoir passé qu'une petite partie de sa vie entourée de personnes qu'elle aimait, mais elle en savait suffisamment pour savoir a quel point certains liens pouvaient être puissants, et importants.
Alors, s'il avait décidé de faire encore une fois sa tête de mule, grand bien lui fasse! Elle n'était pas sa mère ni sa soeur, Dieu merci!
Mais qu'il ne pense pas une seconde aux possibles dangers que provocait cette situation était déjà beaucoup plus...
Dérangeant.

___

“There’s a lot of things you need to get across this universe. Warp drive… wormhole refractors… You know the thing you need most of all? You need a hand to hold.”
-The Tenth Doctor
Linda Oswin
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3688
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Suivre et survivre   Lun 13 Oct - 11:33




Suivre et survivre

Un coup de poing direct, bien ajusté, qui le fit dévier pour percuter la porte -décidément, il avait un problème avec les portes cette semaine- d'abord l'épaule puis un peu le crâne, avec assez de punch pour l'y faire rebondir. Il eut l'air surprit lorsqu'il se sentit basculer en arrière, vers le sol. Du côté droit, il chercha une prise sur le panneau de bois pour se freiner et mit son autre bras en trépied pour éviter de s'étaler entièrement sur le dallage. Une décharge parcourut sa paume, son épaule et le bas de son dos, presque aussi vives que le coup, mais il réussit à se maintenir en position assise.

Qu'est-ce qui s'était passé ? Il avait beau avoir assisté à chaque seconde il n'arrivait pas à les arranger pour leur donner un sens. Il allait partir, il s'était prit un coup, il s'était rétamé par terre, tout ça à cause d'une fille. Il fit bailler sa mâchoire pour essayer d'en chasser l'élancement, posant sa main droite contre sa joue avec un petit bruit de douleur. Il essaya une nouvelle fois ; la poignée, la sortie, le coup de poing, la chute... non, toujours aucun sens, un détail ne collait pas. Il leva la tête lorsque Oswin commença à l'incendier et resta bouche-bée. En même temps, il fallait bien s'il voulait éviter les élancements. Elle lui avait donné un coup de poing ? Il posa son autre bras derrière lui et tourna la tête vers la bibliothèque vide et ses livres gisant un peu partout sur le sol, la poussière agitée donnait à l'ensemble un petit quelque chose de surnaturel. Il n'aurait plus manqué qu'une fuite d'eau ou un incendie dans un coin et on aurait pu dire qu'il avait fait un beau carnage. Cela faisait sans doute trop longtemps qu'il n'était pas passé.

Il suivit la surveillante des yeux lorsqu'elle repartie en direction des archives, le laissant planter là, seul au pied de la porte. Il se pencha en avant pour poser son coude sur ses genoux et mit une nouvelle fois sa main contre sa joue. Il aurait un méchant hématome le lendemain. Il avait besoin d'une petite seconde de réflexion, pour voir si cela en valait vraiment la peine. Il se redressa tant bien que mal. Penché dans un drôle d'angle à cause d'une sensation des plus inconfortables au fessier dont on ne vous donneras pas trop de détails. Si cette fille réglait toujours tout par les poings, ils en auraient pour des siècles avec ce problème. Il se décida à la suivre.

Il mit une ou deux minutes avant de retrouver la surveillante dans une allée. Il ne s'était pas beaucoup pressé et était encore un peu raide. Il aurait voulu dire quelque chose de constructif qui aurait pu être à la hauteur de l'engueulade calme qu'elle lui avait servit, ou tout simplement quelque chose qui aurait put s'apparenter à des excuses, même si cela n'arrivait pas souvent, voir jamais dans cette bibliothèque. Il voulait dire quelque chose de philosophique en somme, mais tout ce qui sortit fut :

— Vous m'avez donné un coup de poing ?

D'une voix légèrement suraiguë.

Il resta planté dans l'allée, sans faire mine de chercher le livre invisible. Trop occupé à constater à quel point les lieux étaient vide et les bouquins dérangés. C'est vrai que cela semblait assez impressionnant vu de l'extérieur. Il rebaissa la main qu'il avait une nouvelle fois levée pour masser sa joue sans s'en rendre compte.

— C'est un livre susceptible, fit-il d'un ton calme au bout d'un moment. Cela faisait longtemps que personne ne l'avait lu, c'est pour ça qu'il a fait disparaitre les autres. Il les fait toujours disparaitre quand je le lis en fait. Enfin, tout est relatif. Je n'ai jamais compris comment cela marchait. Peut-être que c'est nous qui avons disparus. Les autres reviennent quand je le ferme. "Légendes de l'invisible autour du monde" par... il réfléchit une seconde. Je me souviens jamais des auteurs.

Il se contenta de ça, pour lui son implication s'arrêtait là. C'était elle qui lui avait arraché le livre des mains, le reste était de sa faute. Il espérait qu'elle le retrouverait assez vite, il n'avait pas envie de rester seul dans un château immense avec cette jolie brute pour unique compagnie. Il croisa les bras et s'appuya contre une étagère, jetant un œil distrait aux titres sur les reliures. Au bout d'une seconde, il s'était de nouveau tourné vers les livres et commençait à en sortir un pour le feuilleter. C'était plus fort que lui, il avait toujours été irrésistiblement attiré. Un petit problème durant l'enfance ? Il y avait de grandes chances, mais il n'aurait pas voulu changer pour tout l'or du monde. C'était peut-être narcissique, mais il avait l'impression que les livres aimaient bien lorsqu'il venait en secouer la poussière. La preuve, malgré tous les grimoires dangereux qu'il avait ouvert, il était toujours en vie et entier.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1883
Date d'inscription : 08/09/2014
Multicomptes : Jon Lakenstridge - Savanah Lewis - Morgan Winterfield
Caracteristique : Surveillante à Poudlard
MessageSujet: Re: Suivre et survivre   Mar 14 Oct - 18:00



Linda Oswin


Linda ne se préoccupa pas plus que cela du Professeur, après tout, ce n'était qu'un coup de poing. Et d'après ce qu'elle en avait appris sur lui, cela ne serait pas surprenant qu'il en ait vu des biens pires.
La jeune femme se détacha les cheveux toujours près du sol en le tapotant régulièrement a divers endroits pour trouver ce fameux livre, avant de se masser le crâne encore douloureux après la brutale attaque de Ludovic.
Il y était allé fort tout de même, et elle avait été surprise que malgré son apparence aussi frêle, il puisse faire preuve d'autant de force. En même temps, les cheveux... Un point sensible, elle aurait dut s'en douter...
La jeune femme grogna légèrement avant de tourner ses cheveux autour de son doigt, jouant lentement avec, ses pensées vaguant a divers sujets.
Peut etre devrait-elle se les couper? Cela serait sûrement plus pratique, et puis, elle les gardait sans cesse attachés, quand au côté hommes, c'était pour ainsi dire, le calme plat.
La surveillante soupira, lâchant ses cheveux et décidant de les laisser retomber au sol pour le moment.
Pour être franc, la brutale réaction de Descremps l'avait étonné, tout d'abord car elle ne l'avait pas cru capable de se montrer ainsi, mais aussi et surtout car elle s'était de nouveau faite dominée, presque impuissante face a ce brutal coup de force.
Elle devait être encore trop faible, c'était la seule solution possible. Elle avait encore trop de faiblesses, trop de susceptibilité et elle était prévisible... Mais tout cela, elle le savait, et devrait le changer.

Revenant a la réalité, le visage de Oswin se durcit de nouveau alors qu'elle recommençait sa recherche, plus décidée qu'au départ. La surveillante voulait sortir d'ici au plus vite, quitter cette bibliothèque pour pouvoir... "Travailler".
Des qu'elle aurait du temps libre, elle reprendrait les entrainements, et si besoin, elle demanderait a quelqu'un de l'aide pour trouver un endroit adapté, voir même modifier sa chambre. Mais cela ne pouvait pas continuer comme ça, c'était juste impossible.
Alors qu'elle avançait dans sa recherche, elle entendit facilement Ludovic marcher dans l'immense bibliothèque désormais entièrement vide, c'est surprenant a quel point une salle entièrement vide et totalement silencieuse propageait le son... Peut-être pouvait-elle se servir de ce point pour en faire quelque chose? Pour sa chambre, par exemple.
Lorsqu'il fut enfin derrière elle, et qu'il lui demanda si oui ou non elle lui avait donné un coup de poing, elle ne s'arrêta pas dans son travail, continuant de chercher le livre invisible même si un rictus était apprit sur ses lèvres.


-Serait-ce la seule chose que vous avez compris, Monsieur le Professeur? demanda-t-elle sur son habituel ton provocateur. Quoi qu'apparemment, même cela vous avez du mal a comprendre.

Malgré la remarque acerbe qu'elle venait de prononcer, sa voix resta fluide, calme, comme pour ne pas relancer Ludovic dans un excès de rage.
Il se passa plusieurs instants dans le silence le plus total, alors que l'agacement comment lentement a envahir Oswin qui ne retrouvait toujours pas ce livre, puis elle se releva brutalement, envoyant valser plusieurs livre d'un violent coup de pieds.
Et tant pis si ceux-ci faisaient apparaître une éléphant au beau milieu de la pièce !
Linda prit une grande inspiration, tentant de se calmer malgré tout, avisant d'ailleurs les quelques livres qu'elle venait "d'agresser", espérant serieusement que ces derniers ne leur aggravent pas la situation, que ce soit pour la bibliothèque, ou même pour Ludovic.
Peut-être devait-elle s'excuser auprès des livres ou je-ne sais qu'elle idiotie, mais elle ne le fit pas, se contentant de les ramasser et de les refermer pour les poser sur une table non loin, pendant que le Professeur ramenait sa science, se décidant enfin a parler.
Linda l'écouta en silence, réfléchissant a ce qu'il venait de dire, avant de simplement se tourner vers lui, toujours sans rien dire.
Sauf qu'apparemment, lui s'était déjà totalement désintéressé du problème, se tournant de nouveau vers les livres pour recommencer a les lire.
Et la jeune femme ne pût réprimer un soupir légèrement amusé, malgré tout ce qu'il se passait, il restait toujours... Inconsciemment calme, naïf presque, malgré tout ce qu'il se passait, oui...
S'était-il mit dans de tel pétrin qu'aujourd'hui, il se fichait de tout cela? Était-ce banal pour lui?
Rien qu'a cette idée, un léger sourire se dessina sur les lèvres d'Oswin: oui.
C'était fort probable.
Se passant une main dans les cheveux, elle se baissa de nouveau pour retourner a sa tâche... C'était ironique.
Dans la cuisine, elle s'était refusée de trainer par terre pour aider le Professeur, et voici qu'aujourd'hui, c'était l'inverse qu'il se produisait.

-Mmmh...?

Sa main buta contre... Quelque chose, sans doute le livre.
Tâtant doucement les contours supposés, elle finit par le ramasser, un air provocateur au visage.
Enfin...!

-Monsieur le Professeur, veuillez sortir de votre lecture, il me semble que j'ai quelque chose pour vous.

___

“There’s a lot of things you need to get across this universe. Warp drive… wormhole refractors… You know the thing you need most of all? You need a hand to hold.”
-The Tenth Doctor
Linda Oswin
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3688
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Suivre et survivre   Mer 15 Oct - 1:40




Suivre et survivre

Ludovic grogna lorsque Oswin l'insulta. Oui, grogner il aimait bien ça. C'était la meilleure façon de résumer ce que vous pensiez. Malgré tout, il ne s'emporta pas une nouvelle fois et resta calme. Le ton de la jeune femme avait sûrement aidé, mais le coup de poing devait y être aussi pour quelque chose. Il ne répondit pas, ça n'en valait pas la peine et il devait l'avoir un peu mérité... du point de vue des gens normaux.

Il n'avait pas mis longtemps à se plonger dans son nouveau livre. Ce n'était pas l'un de ceux qu'il lisait d'habitude. Il l'avait déjà croisé deux ou trois fois sans y avoir fait attention. C'est un peu comme lorsque vous regarder cent fois le même bon film, vous découvrez toujours un détail qui vous avait échappé les quatre-vingt dix-neuf fois précédentes. Ce petit livre était dans ce genre là. C'était une sorte d'herbier simplifié sur les principaux types d'arbres magiques de la forêt interdite. Un peu curieux de l'avoir rangé à cet endroit. Il ne semblait pas être un livre dangereux. Peut-être un élève l'avait-il caché pour être sûr que personne ne l'emprunterait.

Ce n'était pas non plus un ouvrage des plus intéressants, il avait vu des traités bien plus détaillés, mais il fallait reconnaitre qu'il était toujours utile d'avoir un guide des plantes qu'on trouvait aux alentours de Poudlard. Chaque page était ornée d'un croquis au crayon de papier et couvertes de petites lignes serrées et soignées. Cela lui disait quelque chose. En jetant un coup d'oeil à quelques descriptions, il se rendit compte que la synthèse résumait assez bien l'essentiel à savoir. Il n'y avait sans doute pas de quoi faire un exposé complet sur les ifs vivants, mais bien assez pour survivre lorsque l'un d'entre eux décide de vous prendre pour cible. En plus de cela, le ton lui plaisait bien. Juste un peu prétentieux peut-être. Il allait retourner à la première page pour voir le nom de l'auteur quand Oswin vint une nouvelle fois le tirer de sa lecture. Cette fois fut un peu plus délicate, elle avait au moins retenue la leçon.

Ludovic referma le livre et le rangea où il l'avait trouvé pour regarder les mains à première vue vides de la surveillante. Il s'approcha vers elle sans la moindre appréhension et récupéra l'ouvrage invisible. Le poids lui semblait bon, la forme aussi. Ce devait être ça. Il fallait bien vérifier, qui sait combien de livres invisibles avaient été perdus dans cette allée.

— Bon, il ne reste plus qu'à chercher, fit-il d'avantage pour lui que sa voisine.

Il ouvrit le livre et tâtonna pour trouver le bord des pages. Lorsqu'il le trouva enfin, il commença à tourner, patiemment, page après page, chapitre après chapitre, les yeux fixés sur le sol. En fait, il regardait ce qu'il tenait dans les mains, mais vu qu'il voyait le plancher au travers autant dire qu'il regardait le sol. Cela dura un petit moment, il y avait tout de même un bon millier de pages. A tel point qu'on aurait finit par penser qu'il ne savait pas ce qu'il faisait, bien que cela soit rarement le cas tant qu'aucune velane ne passait dans le coin. Il trouva enfin ce qu'il cherchait et plissa les yeux pour être sûr de lui, il aurait bien aimé avoir des lunettes. Oui, il y avait des mots. Difficile de voir de l'encre avec un fond si sombre, mais il reconnaissait bien la forme des lettres.

— Si vous avez lu par dessus mon épaule, vous feriez bien de recommencer,
conseilla-t-il.

Il se mit à déchiffrer les inscriptions flottantes. Il n'y avait aucune formule spectaculaire, c'était exactement les mêmes mots que ceux qu'il avait lu quelques minutes plus tôt. Au fur et à mesure, des phrases apparurent dans le vide, puis s’auréolèrent d'une couleur blanche qui se répandit peu à peu pour dessiner des pages. Un murmure se fit entendre tandis que le livre reprenait consistance. Ludovic vit passer une élève du coin de l’œil et entendit des conversations plus claires. Il resta concentré, lu encore jusqu'à être arrivé au bas de sa page. Lorsque ce fut fait, il la tourna et claqua le livre pour le refermer. La bibliothèque semblait avoir retrouvée son apparence ordinaire, si les livres éparpillés pouvaient être considérés comme tel.

— Contente ? lança-t-il à l'attention d'Oswin.

Il enjamba un grimoire et posa les Légendes de l'invisible au bord d'une table. Il resta une seconde planté bien droit au centre des réserves, occupé à observer le mouvement entre les rayonnages. La foule, les élèves, les visages inconnus et les presque trop familiers. Il regarda les bibliothécaires qui commençaient à ramasser son désordre, sentit l'odeur du papier. Il ferma les yeux le temps d'une respiration et se dirigea à grandes enjambées jusqu'à une élève de Serdaigle occupée à prendre des notes d'après un grimoire de Sortilège. Il lui déroba un morceau de parchemin, lui emprunta sa plume une seconde, juste le temps d'écrire les huit points d'une liste et y ajouta une ligne ; "Apporter en salle de Sortilège avant 20h". Lorsqu'il eut fini, il rendit la plume et glissa sa nouvelle liste sous le registre des emprunts qui trônait au milieu du comptoir des bibliothécaires. Puis, sans le moindre regard en arrière, il ouvrit la lourde porte d'entrée et retourna dans le couloir pour disparaitre dans le château.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1883
Date d'inscription : 08/09/2014
Multicomptes : Jon Lakenstridge - Savanah Lewis - Morgan Winterfield
Caracteristique : Surveillante à Poudlard
MessageSujet: Re: Suivre et survivre   Mer 15 Oct - 12:31


Linda Oswin


Oswin observa le Professeur en silence, tourner des pages invisibles qui bruissaient tout de même à son contact. Son air sérieux au visage, son regard planté dans ce qui devait sûrement être le livre... Dans un sens, il était passionnant de passer du temps avec Ludovic.
Il passait du coq à l'âne aussi brutalement qu'il avait ses sautes-d'humeurs, il pouvait être une sorte de... "génie troublé" à un moment, et quelques minutes plus tard un gros idiot totalement irresponsable. Il était... imprévisible, et cela avait un air de défi aux yeux de la jeune femme.
Il venait tout d'abord la chercher pour mettre le bordel dans la bibliothèque, braillant son nom à tous les étages et la sifflant comme un vulgaire chien avant de l'ignorer totalement et de s'en aller sans même un "au revoir". Il était très... très étrange.
C'était bien plus qu'une idée, une certitude, mais cela avait quelque chose d'intrigant, qui donnait sans doute envie d'aller plus vers lui, d'en savoir plus.

Après tout... derrière cette tête d'idiot il devait bien se cacher quelque chose? Non?

Le temps s'éternisa, alors qu'il continuait de tourner les pages avec une certaine hâte, et Linda en profita pour observer encore une fois le carnage autour d'eux.
En si peu de temps... Que c'était-il franchement passé? Même le Professeur ne semblait pas le savoir, alors comment, elle, le pourrait?
En si peu de temps, tout avait disparut, tous s'étaient volatilisés on ne sait ou, peut-être étaient-ce seulement eux? Ce qui expliquerait pourquoi elle était restée en compagnie du Français: elle avait lut quelques lignes du livres en même temps que lui.
S'étant approchée d'une étagère au hasard, elle observa à son tour les différents ouvrages disséminés un peu partout, avec, ne le nions pas, une boule au ventre. Que se serait-il passé si elle ne s'était pas penché vers lui ? Il se serait retrouvé seul, plongé dans sa sorte de semi-transe, et quand serait-il retourné à la réalité?
Sûrement trop tard.
Quoi qu'il en soit, le doigt posé sur la reliure en cuir d'un des livres, elle lâcha un soupir, se passant de nouveau une main dans les cheveux -il avait tiré fort mine de rien!-, juste avant que Descremps ne l'interpelle de nouveau.
Il l'invitait à... lire en même temps que lui?
La jeune femme fronça les sourcils et ouvrit la bouche pour poser une question, mais aucuns sons n'en sortit, et elle abandonna son interrogation pour se tourner vers Ludovic, et retourner à son niveau.
Le voyant à ce point plisser les yeux pour lire le texte, Oswin se demanda s'il voyait vraiment très bien: peut-être était-il en train de devenir aveugle? Ou tout simplement avait-il besoin de lunettes?
La surveillante eut un discret rictus en l'imaginant des lunettes sur le nez: le parfait cliché du parfait professeur.
Sans plus attendre, elle se mit à lire aux côtés du lecteur l'ouvrage qui commençait à faire apparaître d'étranges phrases lumineuses, et en avisant le visage de Descremps qui semblait trouver cela tout à fait normal, elle ne fit aucune réaction, continuant de lire en silence.

Peu à peu, le livre retrouva son aspect normal, et la bibliothèque ses élèves et enseignants débordés.
Il semblait que rien ne s'était passé, comme si... tout était comme d'habitude, calme, serein, les bavardages d'un côté et les cris venant des livres dangereux...
Avaient-ils rêvés?
Lorsque le sorcier à ses côtés referma brutalement le livre en lui demandant si cela lui suffisait, Oswin hésita quelques secondes avant d'adresser un léger sourire à "schtroumf grognon" :

-C'est parfait.

Ludovic enjamba  une montagne de livres, déposant le livre sur un rebord de table avant de s'éloigner vers une élève, marquant quelque chose sur un papier -sûrement la même chose qu'il y avait écrit sur le précédent qui volait désormais avec les oies-et de s'en aller sans un mot, laissant Oswin seule, appuyée contre sa table, songeuse.
Ludovic était comme... un gamin.
Indécis, mais qui savait ce qu'il voulait une fois qu'il était allé dans cette direction, lunatique, capricieux surtout.
Elle aurait put lui trouver des tonnes de défauts, mais chacun d'entre eux le rendaient d'autant plus agaçant, et intrigant.

Il était venu.
Il avait causé mille et uns problèmes.
Les avait réglés.
Et était repartis sans rien dire.

Linda laissa échapper un pouffement alors qu'elle secouait légèrement la tête: il était impossible.

-Au revoir, Môsieur le Professeur... murmura-t-elle pour elle même, avant de reprendre son sac désormais totalement remplis de livres et de s'éloigner à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Suivre et survivre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Suivre et survivre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Suivre ses origines
» Un example a suivre
» Laisse-moi te suivre, laisse-moi m'enfuir [pv Chichi]
» Survivre ou mourir ? ▬ Alexi, Akemi & Emma
» [COURS] Apprendre à survivre en milieu hostile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Wonders :: 
POUDLARD
 :: Le 3eme étage :: Bibliotheque
-