La carte du Maraudeur

[Portoloin] pour lire les sujets importants du forum ♥



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERME

Partagez | 
 

 Ca m'a l'air bien calme ici!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1293
Date d'inscription : 18/10/2014
Multicomptes : Linda Oswin
MessageSujet: Ca m'a l'air bien calme ici!   Lun 27 Oct - 2:58




-Au revoir madame la sous-directrice...

Sa voix s'éteint petit à petit, alors que le Professeur suivait du regard une certaine Minerva MacGonagall qui s'éloignait, comme à son habitude, d'un pas assuré et fier, laissant le pauvre "Monsieur Lakenstridge" bouche bée et le regard totalement perdu.
Tête haute, regard supérieur, ce petit air qui déstabilisait totalement le jeune père... Comment diable cette femme pouvait-elle seulement être ici?!
Il n'y avait pas une mesure pour les folles à Poudlard? Hein? Ou quelque chose qui s'y apparente, histoire de ne pas laisser n'importe qui entrer dans l'école?!
... Mais non. Evidemment que non! Sinon Ludovic et lui même ne seraient pas là, à travailler comme Professeurs de plus!
Jon se mordit la lèvre, et se frotta les yeux avec force, essayant de chasser les dernières répliques singlantes que cette démone en robe noire lui avait répliqué -normal c'est des répliques!-, mais malgré tous ses effort, cette constante interrogation qu'il ressentait dés qu'elle commençait à lui parler resta bien présente.
Bon sang... Si Emmy savait...! En fait...
Heureusement que ce n'était pas le cas! Oooooh que oui!
Jon se frotta les mains vivement, comme pour se changer les idées, puis observa autour de lui ou il se trouvait, non parce qu'il fallait avouer que discuter avec la directrice des Gryffondors n'était pas sans conséquences pour le petit Professeur sensible qu'il était, et là, il ne se souvenait plus trop ce qu'il était venu faire là.
Bon, déjà, première constation: il était dans un couloir.... Bien! C'était tellement clair désormais! Comme s'il n'y avait qu'un seul couloir dans Poudlard! Mais oui!
Il fit une légère grimace, avant de se retourner sur lui même pour observer l'autre côté du couloir.
Il y avait des élèves, deux ou trois, au bout qui courraient dans sa direction. D'accooord... Bon, ce n'était pas une heure de libre apparemment, mais à vrai dire, cela ne l'aidait pas énormément...
Lakenstridge leva le doigt à l'approche des trois... Poufsouffle -bien! C'était bien les Poufsouffles! - qui passèrent cependant autour de lui sans lui accorder un regard, leurs capes claquant au vent et leurs livres dans les bras.
Magnifique! Voila que maintenant ses propress élèves l'ignoraient!
Jon croisa les bras en grognant un coup, avant de s'avancer vers une porte au hasard et de l'ouvrir, pour tomber nez à nez avec une... une petite chose verte volante qui piaillait qui lui piqua/mordu/pinça/aspira le nez, assez pour y rester accroché quelques malheureuses secondes. L'ancien Pousouffle referma brutalement la porte, la chose non identifiée piaillant toujours sur son nez, il essaya donc de la retirer et pendant plusieurs secondes, cela n'eut strictement aucun effets à part celui de l'énerver encore plus, puis la chose lâcha brutalement, et ce fut à ce moment là que Jon en profita pour la relancer dans la salle ou il venait de la trouver.

Ok! Salle de Défense contre les Forces du Mal, c'était bon!

Le souffle court, et les dents serrées, le jeune père tenta de retrouver son souffle et son calme en réfléchissant à sa position... Troisième étage donc... Il avait monté deux étages avant sa rencontre avec MacGonnagall? Bizarre... Il devait sûrement parler de quelque chose de fantastiquement incroyable et passionnant pour ne pas s'en être rendu compte, mais tant pis, c'était passé à présent.
Jon finit par donner un rapide coup de poing à la porte, ne se souciant pas trop du bruit qu'il pourrait produire vu la cacophonie que la petite chose verte avait produit, ce n'était franchement pas son petit coup qui allait faire sursauter les élèves, oh non! Il se remit ensuite son noeud papillon en place, vérifia sa veste et sa coiffure, avant de marcher nonchalamment à travers les couloirs sans réelle raison.

Chaque jour, la même question: mais qu'est-ce que je pourrais bien faire aujourd'hui?

Il réfléchit quelques minutes, s'arrêtant régulièrement devant quelques fenêtres ou devant telle ou telle chose que ce soit un tableau ou une feuille perdue, puis finis par décider de profiter d'être à cet étage là pour se rendre à la bibliothèque.
Cela faisait un moment qu'il ne s'y était rendu, en tout cas, pas depuis que Ludovic avait refait parlé de lui et retombant dans cette fâcheuse manie qu'il avait de tout mettre au sol par prétexte que les livres ne devraient pas être conditionnés ainsi, mais "vivre à l'air libre". On ne lui avait d'ailleurs pas interdit de fréquenter la bibliothèque seul?
Il y a bien des années, c'était lui qu'il venait chercher dans ce genre de cas. Pourquoi? Il ne le savait pas vraiment lui-même, peut-être était-ce parce que Jon le laissait faire, du moins jusqu'à ce que cela ne devienne trop grave? Parce qu'il savait que son ami ne l'en empêcherait pas?
Il ne lui avait jamais demandé... Mais le Professeur d'astronomie était plutôt content pour Ludovic qu'il ait réussit à se passer de lui. En même temps, en plus de quinze ans, il avait dut s'en passer des choses. Qu'il ait changé un peu n'était pas surprenant.

Au bout de quelques minutes, Jon rentra enfin dans la grande bibliothèque, prenant une grande inspiration d'air saturé de l'odeur des vieux bouquins avant de se diriger à travers les bibliothèques comme s'il les connaissait par coeur.
Chaque allée lui rappelait une fois, un souvenir, avec lui, un coup de leur enfance... Oh oui, ils en avaient vécus des choses à trois!
Il lâcha un bref soupir accompagné d'un petit sourire nostalgique, un peu triste, avant de lever le regard et d'apercevoir quelqu'un qu'il n'avait pas vu depuis un moment: Myria!
Immédiatement, un grand sourire se dessina sur les lèvres du Professeur d'astronomie, et il ouvrit grand les bras en s'approchant d'elle lentement:

-Myria Greengrass! s'exclama-t-il presque avant d'être réprimandé par des "shhhh!" mécontents.

Jon s'approcha un peu plus, et souris à la jeune femme avant de répéter sur un ton largement plus bas:

-Myria Greengrass...!

Il l'observa de bas en haut, comme la scannant, puis il reprit très normalement:

-Et bien et bien... cela faisait un moment non? Désolé de n'avoir put passer avant, mais il me semblait que tu avais pas mal de travail ces derniers temps alors j'ai préféré attendre un peu. Tu vois, travail... travail et encore travail! Je sais ce que c'est et je sais que je déteste lorsque l'on m'interrompt pendant que je travaille! Alors voila voila et je préférais te laisser tranquille. Dis, tu m'en veux pas hein? J'espère! Hein?

Il lui fit les yeux doux, une moue un peu triste au visage, mais reprit rapidement le sourire alors qu'il se tournait pour lire le résumé de quelques livres qui trainaient là:

-Ca va j'espère? Rien de neuf? Dis moi, tu me sembles bien seule ici, tu ne trouves pas l'endroit trop calme? TU ne t'ennuie pas un peu? Moi je trouve que tu es bien courageuse pour avoir pris ce boulot, surtout quand on s'est qui est arrivé cette année dans les Professeurs...

Jon rangea le livre, puis se retourna face à la jeune femme, l'observa de nouveau de haut en bas avant de conclure en s'humectant légèrement les lèvres:

-Alors...?

___




We all change when you think about it. We're all different all through our lives. And that's okay, that's good. You've got to keeping moving. As long as you remember all the people that you used to be. I will not forget one line of this, not one day. I swear.


whatsername


Dernière édition par Jon Lakenstridge le Mer 29 Oct - 3:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2009
Date d'inscription : 22/02/2014
Multicomptes : Lisbeth R. & Andréa O. & Siobhàn J.
Caracteristique : Ancienne Préfète en chef de Serpentard
MessageSujet: Re: Ca m'a l'air bien calme ici!   Mer 29 Oct - 2:49


Soudain, une voix familière l’appela, couvrant largement les bruits de la bibliothèque. Elle se retourna en sursaut pour découvrir le visage souriant du professeur d'Astronomie, accompagné d'un concert de "chhhht". Il fit quelques pas pour la rejoindre et elle lui adressa un petit sourire. Cela faisait longtemps qu'elle ne l'avait pas vu. Il répéta son nom, à voix basse, et elle lui répondit sur le même ton avec un air amusé :

« Professeur Lakenstridge. »

Elle le regarda l'observer de haut en bas, comme pour voir si elle avait grandit. Et bien la réponse était non. Il avait toujours une tête de plus qu'elle. Et puis... Il partit dans un de ses monologues dont il avait le secret, comme si sa langue courrait au même rythme que son esprit. Pour elle, qui réfléchissait toujours avant de parler, cela lui paraissait tellement étrange. Elle tentait de suivre cependant et de répondre au fur et à mesure comme elle le pouvait. Elle hocha la tête. Oui, cela faisait un bon moment. Et bien sûr que non elle ne lui en voulait pas, surtout avec l'air tristounet qu'il affichait. Avec la rentrée et la première année à Poudlard de son fils, il avait sans doute été pas mal occupé lui même. Il recommença à parler, lui demandant de ses nouvelles, qu'elle aurait adoré lui donner si seulement il lui avait permis d'en placer une. Sachant qu'il était inutile d'insister, elle fit un effort pour se rappeler de toutes ses questions et attendit un signe qu'il était enfin prêt à écouter.

« Alors, je ne sais pas pourquoi mais j'ai l'impression que qu'il s'agit du Professeur de Sortilèges. Il est déjà... Passé par ici. »

Et avait détruit absolument tout son système de classement. Enfin, c'était de sa faute, elle aurait du tenter de l'arrêter. Soit. C'était rentré dans l'ordre maintenant, même si elle avait dû y passer une partie de la nuit.

« A part ça, je vais bien. Le calme de cet endroit me plaît assez. En nouveautés... Des fiançailles, la découverte d'un homme inconscient dans la volière, les rumeurs sur un loup garou... Rien d'extra-ordinaire. Ah, si ! J'ai fêté mes dix-neuf ans il y a peu. »

Elle sourit largement en espérant n'avoir rien oublié avant de ramener la discussion à lui :

« Et vous, tout se passe bien ? Rory s'adapte bien ? »

Elle eut un sourire attendri. Ce gamin était vraiment adorable, elle avait déjà eu l'occasion de le croiser quelques fois.

___

Myria Greengrass
Don't want cash, don't want cars. Want it fast, want it hard. Don't need money, don't need fame, I just want to make a change.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1293
Date d'inscription : 18/10/2014
Multicomptes : Linda Oswin
MessageSujet: Re: Ca m'a l'air bien calme ici!   Mer 29 Oct - 4:23


Bien!
Professeur Lakenstridge, bon, au moins elle n'avait pas oublié son nom de famille, c'était déjà ça, plutôt agréable! Mais le petit "Professeur" fit légèrement grimacer le... Justement, le Professeur d'Astronomie.
Il aimait bien les titres, les noms à rallonges ou présomptueux, ça donnait un petit air "de grand" qu'il avait toujours aimé, même enfant, mais désormais, il n'était plus son Professeur, juste... un collègue.
Jon se contenta donc d'esquisser un sourire en coin amusé, le regard allant de paire fixant la jeune femme, avant qu'elle ne continue à son tour, répondant à son habituelle avalanche de questions.
Seulement, dés la première réponse de Myria, l'ancien Poufsouffle fit la grimace, en lâchant un soupir amusé: ainsi donc en un mois seulement, il avait réussis à venir -accompagné qui plus est- dans cette bibliothèque, et avait déjà réussis à se faire remarquer?
Biiiiien.... Bravo Ludovic! Bon boulot!
Surtout que le connaissant, Jon ne doutait pas vraiment qu'il ait seulement put prendre compte des restrictions qu'on lui avait donné, les reléguant au "bah si je peux, je prends, mais sinon, tant pis hein! C'est pas grave!"...

-C'est pas possible...! murmura-t-il presque pour lui même.

Il releva ses yeux vers la jeune assistante, avant de reprendre sur le ton de la discussion clairement amusée:

-Je te plains, franchement. Il est pas facile à vivre, mais... -nouveau soupir- Je suis désolé pour ce qu'il t'as fais subir. Il ne t'as pas fais mal au moins? Ludo' peut se montrer très... très violent lorsqu'il est dans son monde, il exagère souvent les choses dans ces moments là et ça peut très mal tourner. -léger rire fade- Etrange hein? Je m'excuse à sa place, à croire que les vieilles habitudes reprennent le dessus, lui qui me disait tout le temps: -Jon plia sa main au niveau de son visage, comme s'il avait une marionnette, et repris d'une voix criarde:- "Arrête de t'excuser, tu n'y es pour rien...!"

Le Professeur fit une pause, un sourire vague aux lèvres, avant de se re-concentrer sur la jeune femme à ses côtés qui se demandait sûrement ce qu'il devait bien lui passer par la tête:

-Je répare les pots cassés. Enfin passons! Sâches que si il revient, je suis là, de toute façon mes journées sont désespérément vides, appelle moi avec ton Patronus et je viendrait. Avec le temps, j'ai appris à le contrôler en quelques sortes.

Jon accompagna son explication d'un clin d'oeil taquin, puis il s'assit sur le rebord d'une table et se saisit d'un livre au hasard, l'ouvrant à une page au hasard pour commencer à le lire. Qu'est-ce que cela faisait longtemps qu'il n'avait pas emprunté un livre...! En même temps, il se souvenait encore de la tête qu'avait fais la précédente bibliothécaire lorsqu'il lui avait rendu sa pile de douze livres deux mois en retard avec, pour chacun d'entre eux, la dernière page de récit arrachée.
Quelques jours -et quelques gallions...- plus tard, ces dits livres se retrouvèrent dans sa chambre, et la bibliothèque s'en était racheté de nouveaux à l'identique, la dernière page en plus.
A cette pensée, un discret sourire mystérieux se dessina sur ses lèvres, se souvenant du temps ou lui critiquait son meilleur ami pour son horrible habitude, et que lui lui jetait cette vilaine manie au visage alors qu'elle était bien cent fois moins pire!

-Ah ouiii... Toutes ces choses... C'est bizarre, pas vrai? Beaucoup sont morts, il parait d'ailleurs qu'une réunion funéraire aura lieu. Je ne sais ni la date ni le lieu par contre, il faudra y repenser au prochain conseil. Tu imagines... Tant de choses...

Il s'arrêta, son ton étant devenu sérieux l'espace de dire ces quelques phrases, puis il leva les yeux de son livre pour les planter dans ceux noisettes de Myria:

-Et malgré tout cela, Myria Greengrass, tu n'es pas effrayée.

Jon laissa un silence lourd s'installer entre eux deux, son regard presque froid plongé dans celui de l'assistante, il finit cependant par se relever tout aussi joyeusement qu'à son habitude et fit un brutal "gros câlin" à sa jeune amie:

-Dix-neuf ans! Dix neuf ans! Dix-neuf, Diecinueve, dix-neuf ans! Bon sang que le temps passe vite hein? Alors alors... TU les as bien fêté? Il faut profiter tant qu'on est jeune! Sinon tu vas finir vieille fille à chats avec une vie sentimentale aussi plate que légère pause hésitante- que quelqu'un que je connais bien! TU es graaande maintenant, tu te rends compte? Des garçons de moins de deux ans moins que toi devront t'appeler "Madame!"!  Yawza! Magnifiquement sexy, Madame, non, Mademoiselle Greengrass!

Le Professeur d'astronomie s'inclina bien bas, faisant mine de tirer un chapeau imaginaire -et oui! Pour une fois, pas de couvre chef sur cette tête d'idiot!- et de faire voler une cape invisible, avant de se relever et d'adresser un sourire éclatant à son interlocutrice.
Voila qu'elle s'intéressait à son fils, quelle délicate attention!

-Ne peux-tu donc pas être égocentrique comme tous les jeunes de ton âge? s'amusa le jeune père en ébouriffant sa collègue. Il va très bien pour le moment, il est curieux de tout, c'est génial! Bon, il y a des hauts et des bas, mais il est tellement passionné et enthousiaste que je pense qu'il s'en sortira parfaitement.

Oh oui, tout comme lui en fait.
Et s'il pouvait se vanter de quelque chose, c'était d'avoir réussis à arriver jusque là!

___




We all change when you think about it. We're all different all through our lives. And that's okay, that's good. You've got to keeping moving. As long as you remember all the people that you used to be. I will not forget one line of this, not one day. I swear.


whatsername
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2009
Date d'inscription : 22/02/2014
Multicomptes : Lisbeth R. & Andréa O. & Siobhàn J.
Caracteristique : Ancienne Préfète en chef de Serpentard
MessageSujet: Re: Ca m'a l'air bien calme ici!   Lun 3 Nov - 17:45



Il n'avait pas l'air d'apprécier qu'il l'appelle professeur. Soit, mais cela lui faisait vraiment bizarre de prononcer son prénom. Il soupira quand elle aborda la "visite" de Ludovic. Le Professeur Lakenstridge semblait bien au courant du genre de comportement que pouvait avoir son collègue. Si il ne lui avait pas fait mal ? Elle grimaça un peu et remonta la manche gauche de sa robe de sorcière, qu'elle portait longue et large pour cacher le bandage couvrant son poignet. Elle avait passé un bon moment à l'infirmerie où Jane lui avait donné une potion pour ressouder les os. Son bras était toujours fragilisé néanmoins et elle avait un baume à appliquer régulièrement pour s'assurer que tout se remette correctement. En effet, ça avait fini par mal tourner. Elle aurait tellement aimé avoir cette conversation une semaine plus tôt. Elle n'aurait pas essayé de faire quoi que ce soit et se serait contentée d'appeler Jon à la rescousse. Elle y penserait pour la prochaine fois. Surtout que le professeur d'Astronomie avait, en effet, beaucoup d'heures de cours la nuit, elle ne devait pas avoir peur de l'interrompre en pleine classe.

« Ce n'est pas tombé dans l'oreille d'une sourde. Si je peux m'en sortir sans explosion et sans fracture la prochaine fois, ça serait fantastique. »

Si il pouvait empêcher le professeur de Sortilège de tout détruire, elle lui en serait très reconnaissante. Si il pouvait en plus l'empêcher de revenir, ça serait merveilleux. Mais elle n'allait pas trop espérer non plus. Changeant de sujet, elle lui donnait de ses nouvelles et du "calme" mois de septembre qui venait de s'écouler. Ce fut comme si elle le rappelait un peu à la réalité. L'espace de quelque phrase, il fut sérieux, grave presque. C'était presque effrayant.

« J'en entendu dire que ça serait peut-être ce week-end. Les élèves qui étaient à la Cabane Hurlante ne se sont toujours pas réveillés. J'ai envoyé des lettres à Cassiopée mais... Enfin, je suppose qu'elle les lira quand elle ira mieux. »

Quand et pas si. Parce qu'il fallait bien continuer à espérer. Cassiopée, toujours pleine d'énergie, toujours de déterminée, maintenant allongée, blafarde, plongée dans un sommeil magique, dans un lit à Sainte-Mangouste. C'était tellement étrange de penser à elle comme ça. Il la fixait dans les yeux. C'était intense. Elle aurait presque pu être mal à l'aise.

« Je ne suis pas effrayée parce que j'ai dû ajouter une demi-douzaine de protections sur mes appartements, pour être certaine de ne pas me faire croquer pendant la nuit. »

Ou le reste du temps. Était-ce de la faiblesse que d'être terrifiée d'un loup-garou qui pouvait se transformer en plein jour et voyager à sa guise dans le château ? Elle ne le croyait pas. Elle appelait ça de la prudence. Et elle ne s'attendait pas du tout à ce qu'il la prenne soudainement dans ses bras. Si elle les avait bien fêtés ? Hum. Si ce n'était l'incident avec Sulpicia et Sirius, cela n'avait pas été complètement horrible. Elle sourit tout de même. Grande ? Elle devait lever les yeux pour voir son visage au point qu'elle avait un peu mal au cou. Non, elle n'était pas grande. Et, Merlin, elle espérait que des gens qu'elle connaissait n'allait pas subitement l'appeler madame. Cela lui faisait vraiment bizarre. Sexy ? Quoi ? Elle leva un sourcil, parfaitement perplexe. C'était vraiment étrange comme terme. Surtout venant de lui, qui était, hé bien, marié, père, tout ça. Là dessus, elle prit des nouvelles de Rory. Parce que c'était bien moins gênant comme sujet de conversation. Il passa une main dans ses cheveux. A elle. Et quand il eut fini elle continua à l'écouter tout en tentant de ré-arranger sa coiffure. Il avait raison, le petit garçon s'en sortirait parfaitement.

« Je n'en doute pas. Mais du coup, cela lui arrive souvent à Monsieur Descremps de... heu... Enfin, vous voyez de quoi je veux parler. C'est normal ? »

___

Myria Greengrass
Don't want cash, don't want cars. Want it fast, want it hard. Don't need money, don't need fame, I just want to make a change.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1293
Date d'inscription : 18/10/2014
Multicomptes : Linda Oswin
MessageSujet: Re: Ca m'a l'air bien calme ici!   Mar 4 Nov - 19:35



Une lueur a la fois inquiète et désolée naquit dans le regard du Professeur lorsqu'il aperçu le blessure, ou plutôt le bandage, qu'avait désormais Myria.
Peut-être que s'il l'avait prévenu... Et comment n'avait-il pas remarqué les visites de la jeune bibliothécaire a l'infirmerie? Etait-il donc si aveugle?
Jon soupira légèrement avant de demander a son amie s'il pouvait regarder sa plaie, mais il n'attendit pas vraiment de réponse avant d'élever délicatement la protection, tenant cependant avec fermeté le poignet de la blessée si jamais l'idée de le lui enlever lui venait.
En voyant le bras quasiment parfait, l'astronome lâcha de nouveau un léger soupir avant d'enrouler encore une fois le bandage presque mieux qu'a l'origine -avoir une femme infirmière, ça aide tout de même!-.
Pour qu'il n'y ait plus aucune trace de blessure, elle avait dut passer un temps considérable avec Jane ou Emmy, comment ne s'en était-il pas rendu compte?

-Je suis... Profondément désolé. s'excusa-t-il en hésitant quelques secondes sur les mots a adopter pour la situation. D'habitude, il n'est pas... Pas aussi violent. Évidemment, ça lui arrive souvent dans ce genre de situation de faire mal a quelqu'un, mais sûrement pas a ce point.

Elle avait dut l'en empêcher en insistant incroyablement longtemps, ou en l'agaçant particulièrement pour qu'il en vienne a lui briser le bras...
Jon eut une légère grimace puis déglutit pour essayer de retrouver un ton plus léger.

-J'irais lui parler. Tu peux en être sûre.

Vint ensuite le sujet des élèves décédés, un sujet sensible qui avait particulièrement touché l'enseignant, mais comme toujours, il continuait de sourire et de paraitre joyeux.
Après tout, le monde était bien trop rempli d'ennuyeux et de personnes tristes pour se laisser emporter soi-même. Une petite lueur réussissait toujours a arracher un léger sourire aux gens.

-Ne t'inquiète pas, ça ira. Tout... Tout ira bien.

Le jeune père adressa un sourire assez doux, rassurant a Myria. Le genre de sourire qu'habituellement on réservait a quelqu'un qui était plus qu'un proche, plein de tendresse et pourtant légèrement triste, le genre de sourire que Jon affichait assez souvent en présence d'anciens amis.
Il avait toujours été ainsi, a s'attacher facilement -ou a détester jusqu'au bout, certaines fois, il n'y pouvait rien!-, a tout le monde, et avec une sincérité impressionnante. Il aurait pût offrir ce sourire aussi bien a son fils, comme a Aidrian ou bien a un sans domicile dans la rue, qu'il aurait toujours eut la même signification, et la même profondeur.
Un de ces sourires dont seul lui avait le secret.

Myria devait sans doute se sentir seule, après tout, elle n'avait pas la chance comme lui d'avoir ses proches près de soit, sinon pourquoi tant de décence sur un pauvre porte?
Elle devait bien avoir des amis et des connaissances dans les parages, c'était certain, mais elle était loin d'avoir le courage d'un Gryffondor pour considérer cela comme suffisant. Alors qu'elle sache qu'il serait la s'il y avait quoi que ce soit était plutôt rassurant, d'ailleurs, cela s'appliquait sur tout, et non pas uniquement sur un français totalement fou qui représentait un danger certain!

La jeune femme lui demanda ensuite si cela lui arrivait souvent de'.. De perdre la tête en quelque sorte, et Jon répondit cette fois sans hésitation, même si son ton n'était pas hâtif ou quoi que ce soit:

-Oui.

L'astronome fit la grimace, puis reprit après avoir déglutit.

-A chaque fois qu'il vient dans une bibliothèque, c'était limite s'il ne rentrait pas chez les gens en voyant une étagère pleine de livres. Il a toujours été comme ça, et j'ai presque l'impression que désormais, c'est pire... Désolé de te désespérer, mais c'est la vérité, et tu dois savoir.

Au moins...
Ca, c'était dit.

___




We all change when you think about it. We're all different all through our lives. And that's okay, that's good. You've got to keeping moving. As long as you remember all the people that you used to be. I will not forget one line of this, not one day. I swear.


whatsername
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2009
Date d'inscription : 22/02/2014
Multicomptes : Lisbeth R. & Andréa O. & Siobhàn J.
Caracteristique : Ancienne Préfète en chef de Serpentard
MessageSujet: Re: Ca m'a l'air bien calme ici!   Jeu 20 Nov - 16:22

Elle gardait un bandage pour ne pas que le baume qu'on lui avait donné à l'infirmerie ne tâche ses vêtements, ou les livres. Le fait de le voir déballer puis ré-emballer son bras lui fit penser qu'elle avait vraiment de la chance d'être une sorcière. Elle avait entendu dire que les moldus souffrant d'une fracture enfermaient le membre en question dans un tube dur comme de la pierre pendant des mois. Comment est-ce qu'il pouvait supporter ça ? Enfin. Elle avait laissé le professeur faire, elle lui faisait confiance et commençait à avoir l'habitude qu'il ait des petites lubies. Des petites. Pas des immenses comme Ludovic qui, apparemment, passait en mode géant en colère à proximité de papier relié. Il s'excusa et elle sourit.

« Ce n'est pas de votre faute. »

Il n'était même pas là quand c'était arrivé, comme aurait-ce pu être de sa faute ? Qu'il décide d'aller lui parler était plutôt une bonne chose. Elle hocha la tête. Elle était tout de même rassurée qu'il veuille le confronter personnellement. Il fallait le faire et elle n'avait vraiment pas envie de le faire lui même. Ni de le recroiser. Surtout pas sur son lieu de travail. Il était rassurant et ça faisait du bien d'être rassurée pour une fois. Elle ne pouvait tout de même pas s'empêcher de poser la question. Ça lui arrivait souvent à Ludovic ? Et la réponse était oui. Mille fois oui. Elle allait devoir trouver une solution. Elle laissa s'échapper un soupir franchement désespéré.

« Je sens que je vais finir par lancer un sortilège de limite pour l'empêcher d'entrer dans la pièce. Voir de s'approcher de la porte. » lui dit-elle en jouant avec sa baguette.

Oui, cela pourrait se faire. Il faudrait d'abord qu'elle demande l'autorisation au Directeur, évidemment. Mais le problème était assez grave pour que cette solution drastique ait des chances d'être acceptée. Et puis, la prochaine fois, elle n'irait certainement pas tenter de le raisonner seule. Puisqu'il venait de lui dire qu'elle pouvait faire appel à lui pour cela.

« De toute façon, si cela se reproduit, je commencerai par vous prévenir. Il vous écoutera peut-être. »

Elle jeta un coup d’œil sur la bibliothèque. Tout semblait calme, elle pouvait se permettre de continuer à discuter. Ce n'était pas parce qu'elle appréciait Jon qu'elle devait se permettre de se laisser aller et de laisser les élèves faire n'importe quoi. Elle passa derrière son bureau pour chercher un boite de biscuits (soigneusement caché de Jorgen), une théière pleine, toujours bien chaude et deux tasses. Elle en aurait presque oublié ses bonnes manières. Commençant déjà à verser, elle lui demande avec un grand sourire :

« Que diriez-vous d'un peu de thé ? »

Spoiler:
 

___

Myria Greengrass
Don't want cash, don't want cars. Want it fast, want it hard. Don't need money, don't need fame, I just want to make a change.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1293
Date d'inscription : 18/10/2014
Multicomptes : Linda Oswin
MessageSujet: Re: Ca m'a l'air bien calme ici!   Lun 24 Nov - 22:37


Le "Ce n'est pas de votre faute" offusqua étrangement l'astronome qui recula comme frappé par la foudre, avant de croiser les bras.
Position fixe qui ne dura pas longtemps car il recommença a bouger ses bras en rythme avec ses paroles, enchaînant gestes sur gestes avec une vitesse effrénée et une précision que seul un fou pouvait avoir dans ce genre de situations.

-Pas ma faute? Oui... Mais non! Je... J'aurais pût deviner que ses habitudes reprendraient le dessus, il a a changé c'est sur, mais pas autant! Quelque chose comme ça ne change pas en quelques années, j'aurais pût être la pour t'aider... Toi et lui, j'aurais pût servir a quelque chose, te prévenir. Te dire comment l'appaiser dans ce genre de situations ou t'envoyer de l'aide, et si aujourd'hui tu as ce bandage, sache une chose, c'est que c'est bien de ma faute.

Il s'arrêta, les mains stoppées en l'air, le regard fixant le vide une lueur triste dans le regard, les yeux fixant le vide alors qu'il avait été totalement insensible aux "Shhhhh" répétés.
Lentement, il redressa la tête vers Myria, la respiration lente et profonde qu'il fit disparaitre en se frottant les yeux.
Il ne fallait pas qu'il s'emporte ainsi, il devrait simplement en parler avec Ludovic...
Mais pas gêner le travail déjà difficile de la jeune femme, il lui avait causé suffisamment de soucis comme ça.

Léger silence au milieu de la bibliothèque qui retomba dans un calme respectable sans les deblaterages du Professeur d'Astronomie, puis ce dernier esquissa finalement un sourire légèrement crispé vers la bibliothécaire dans l'idée de reprendre contenance.

-Bonne idée, le sort de... D'éloignement. Bon, il risque de tomber en dépression et dans ce cas je vais devoir trouver une solution mais... Ça pourrait marcher.

Nouveau sourire un peu triste alors qu'il se plongeait dans ses pensées, une grimace tordant lentement les fines lèvres du jeune père.
Ça allait être dur.
Très dur.
Les bibliothèques et Ludovic, cela avait toujours été une histoire compliqué pour l'ancien Serdaigle. Plus qu'une envie ou un toc, cela lui permettait aussi de se vider l'esprit, et c'est la que ça devenait un cercle vicieux: l'esprit vide, il accomplissait sa tâche encore plus vite et plus habilement, encore, et cela lui faisait tout oublier et accélérait la cadence.

-Quel est ton patronus? Tu ne me l'as jamais dit, mais il me semble que tu connais le mien, un dauphin tu sais? Au moins, comme ça tu peux être sûre que j'arrive.

Un sourire qui se voulait rassurant se dessina sur ses lèvres, et il retrouva un peu de sa bonne humeur habituelle.

-Bon! Alors, du thé c'est cela? -il fit un grand geste des mains en s'approchant de la petite table d'un bond, tournant autour en soulevant les couvercles pour sentir et voir les petites merveilles que ces boites contenaient- C'est étrange que tu puisses en faire ici, ça fais très... Très Table du Chapelier au milieu des livres. Aaah...! Alice au Pays des Merveilles, génial ce livre non? Quoi que... Tu ne dois pas connaitre, c'est "moldu", mais c'est un très bon livre! Un peu tiré par les cheveux, d'accord, mais l'idée reste la même. Tu as quelles sortes de thé ? Je ne savais pas que tu buvais du thé! Ça fais longtemps? Tu sais qu'il ne faut pas trop en boire n'est-ce pas? Je m'en voudrais s'il t'arrive quoi que ce soit!

Jon is back!

___




We all change when you think about it. We're all different all through our lives. And that's okay, that's good. You've got to keeping moving. As long as you remember all the people that you used to be. I will not forget one line of this, not one day. I swear.


whatsername
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2009
Date d'inscription : 22/02/2014
Multicomptes : Lisbeth R. & Andréa O. & Siobhàn J.
Caracteristique : Ancienne Préfète en chef de Serpentard
MessageSujet: Re: Ca m'a l'air bien calme ici!   Sam 27 Déc - 19:16

Elle devait avouer qu'elle se fichait un peu que Ludovic tombe en dépression. Si il y avait bien une chose qu'elle ne supportait pas, c'était qu'on touche à son image et à sa magie. Depuis l'incident, on avait tendance à la traiter plus comme une pauvre petite victime que comme une adulte et même monsieur Winterfell avait été attentionné avec elle, ce qui était vraiment, vraiment troublant. Et malgré ce que le professeur Lakenstridge pouvait penser, elle ne lui en voulait pas et ne pensait pas du tout que la faute était la sienne. Ludovic était un adulte, pas un jeune chien fou qu'on se sent obliger de surveiller et de promener régulièrement pour ne pas qui détruise les canapés. En effet, il lui semblait bien avoir déjà entendu parler de son patronus. Un dauphin, c'était plutôt mignon. Elle le regarda en souriant.

« Un chat. Je veux dire, mon patronus a la forme d'un chat. Vous avez déjà dû le croiser, non ? C'est comme ça que je communique avec le professeur McGonagall. Bien plus hygiénique qu'un hibou. »

Elle versait l'eau parfumée dans les jolies petites tasses en porcelaine, pour elle et pour son invité. Alice au Pays des Merveilles ? Elle en avait vaguement entendu parler et il lui semblait avoir déjà vu une peinture ensorcelée ayant un titre vaguement similaire. Mais en effet, elle n'était pas vraiment calée en littérature moldue, même si c'était peut-être un tord. Tant qu'elle habiterait au manoir Greengrass, il ne serait pas bien vu d'acheter ce genre d'ouvrage. Quelles sortes de thé ? Beaucoup. Sa mère avait une passion, ou plutôt une obsession, pour les infusions et elle y avait pris goût aussi.

« Celui que j'ai infusé pour le moment est un thé noir à la menthe et aux fraises. Cela m'étonne que vous n'ayez pas remarqué, je bois du thé depuis que j'ai l'âge de tenir une tasse. » lui répondit-elle en souriant. « Je doute qu'on puisse en boire trop. Ce n'est pas une drogue, vous le savez, n'est-ce pas ? »

Toute la difficulté d'une conversation avec Jon était de continuer à suivre, de retenir les multiples questions ou idées pour y répondre par la suite. Mais elle était plutôt douée à ce jeu là.

___

Myria Greengrass
Don't want cash, don't want cars. Want it fast, want it hard. Don't need money, don't need fame, I just want to make a change.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1293
Date d'inscription : 18/10/2014
Multicomptes : Linda Oswin
MessageSujet: Re: Ca m'a l'air bien calme ici!   Mer 18 Fév - 23:07


Un chat donc?
Un nouveau sourire fit briller une lueur joyeuse dans les yeux de l'astronome, qui se retint -encore- de la prendre dans les bras. Il faut avouer que Jon est très... Très affectueux, comme un gentil labrador si vous voulez une image, sauf que bon, lorsqu'on a une femme comme Emmeline sur le dos, il vaut mieux apprendre a se contrôler si on ne veut pas finir grillé au fond d'un... D'un four? Non, en fait, pas besoin d'un four, ils étaient sorcier, une baguette suffirait amplement a causer sa perte si l'infirmière le désirait autant!
Mais ça, c'était déjà une autre histoire!

-Des chats, il doit y en avoir des tas par ici! Mais je pense reconnaitre le tiens, on dit toujours que si on connait bien le lanceur, on peut reconnaitre le même regard que le sien si on observe bien.

Sa voix s'était atténuée, ralentissant sur la fin, alors teintée de mystère et d'une profondeur qui arrivaient habituellement quand il terminait un sujet passionnant, mêlant curiosité et réel intérêt, comme s'il racontait une histoire qui se finissait parfaitement bien.

-Tu connais cette légende? Ce n'est qu'une rumeur, un bruit qui court, mais c'est comme les personnes qui jurent que l'on peut reconnaitre son âme soeur si tu vois une sorte d'aura eticnelante autour de son Patronus, brillante, éclatante même ! Tu imagines...? L'amour parfait, sans tâche, l'Amour avec un grand A!

Le regard de Jon se perdit dans le vide, un petit sourire rêveur aux lèvres et une sorte de voile triste sur son regard. Est-ce qu'Emmeline était comme ça pour lui? "L'Amour avec un grand A" ? Sans doute pas non, mais cela lui allait parfaitement ainsi. Qui voulait d'une relation parfaite et sans accrocs?
Comment en était-il arrivé a parler de cela? Son esprit tordu sûrement, le même qui réussissait a trouver un rapport entre une sardine et un pot de fleur.
Il finit par revenir au monde réel, avant d'adresser un large sourire a la Bibliothécaire, et de reprendre sur son habituel ton enthousiaste:

-Ne t'inquiète pas, je le reconnaitrait sans doute si je vois ton Patronus. Ah... Un chat...!

Court silence, puis l'astronome reprit de plus belle :

-En tout cas, c'est sur que c'est plus propre que les hiboux! Tu sais qu'ils sont vicieux? Je suis sur que derrière leurs petits yeux de fouine, ils sont calculateurs et totalement prêt a tout pour atteindre leurs buts! Et puis qui sait, peut-être qu'ils ne sont même pas d'origine Terrienne? L'Ancetre de l'homme!

Encore une fois, Jon s'était emporté, partant dans des délires qu'il était sûrement le seul a comprendre, mais cette fois, il s'arrêta assez tôt pour ne pas trop s'éloigner du sujet d'origine, revenant sur Myrua alors qu'elle lui expliquait de quelle sorte de thé il s'agissait là, avant de lui assurer que ce breuvage n'était certainement pas une drogue, ce a quoi il répondit par une rapide moue boudeuse, avant qu'elle ne soit fendue par un sourire franc, et qu'il ne se saisisse de la tasse que venait de lui servir son amie pour avaler une gorgée du breuvage qui y reposait.

-Je ne sais pas... Peut-être que si on en boit trop on devient vert? Comme les plantes? Tu sais, même si l'idée parait idiote, on ne connait que rarement les dangers qui nous entourent !

Il posa sa tasse sur la table, avant de se redresser et de faire un vif tour sur lui-même, observant tout autour de lui sans faire attention aux nombreux regards noirs ou interloqués.

-Mes livres, imagine que les livres soient dangereux, non, c'est sûrement la plus grande source de danger du monde, la plus belle arme de toute la création: la connaissance! Le savoir, l'imagination, les thèses les arguments et les discours... On peut faire tellement de choses avec les livres! N'importe lequel d'entre eux permettraient de faire des découvertes incroyables, il faut simplement... Avoir le bon point de vue! ... Et puis, c'est aussi fichtrement intéressant!

Ah... Les mots!
Cette chose qu'il avait appris naturellement a manier mieux encore que les sorts, quelque chose de naturel et d'évident, on pouvait faire tellement avec ces pauvres quelques mots de cette langue médiocre qu'était l'anglais... Pourquoi s'en priver?

___




We all change when you think about it. We're all different all through our lives. And that's okay, that's good. You've got to keeping moving. As long as you remember all the people that you used to be. I will not forget one line of this, not one day. I swear.


whatsername
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2009
Date d'inscription : 22/02/2014
Multicomptes : Lisbeth R. & Andréa O. & Siobhàn J.
Caracteristique : Ancienne Préfète en chef de Serpentard
MessageSujet: Re: Ca m'a l'air bien calme ici!   Jeu 5 Mar - 19:33

Reconnaître le regard du patronus ? Elle n'avait jamais remarqué ça, mais elle essayerait d'observer plus attentivement la prochaine fois. Elle souriait alors qu'il lui racontait ses légendes, comme un conteur au coin du feu. Elle n'avait jamais remarqué d'étincelles, mais, en même temps, ce n'était pas un sort simple à lancer, ni utilisé couramment. Il était assez rare de voir le patronus de quelqu'un d'autre. Par contre, elle ne suivit pas trop son emportement sur les hiboux. Elle les trouvait plutôt affectueux, même si ils n'étaient évidemment pas adapté pour les messages à l'intérieur d'un bâtiment. Le Ministère les utilisait et elle ne trouvait pas ça très hygiénique, ni ordonné. Soit. Elle lui proposa du thé et se défendit du fait qu'on puisse en boire trop. Elle en buvait tout le temps et elle allait très bien ! Ou en tout cas, ses soucis n'avaient aucun rapport avec ça.

Elle aimait bien les chemins improbables que prenaient la conversation et ses pensées quand elle discutait avec Jon. Très improbable de s'ennuyer avec quelqu'un comme lui. Devenir vert ? Ça se saurait, si c'était déjà arrivé. Si ça n'était pas arrivé, c'était que ce genre de métamorphose prenait plus qu'une vie humaine pour se dérouler, elle ne risquait rien. Elle acquiesça cependant, il avait raison, on ne connaissait que très peu les dangers qui se baladaient incognito, avec des airs de normalité. Et quand il passa au sujet des livres, elle trouva qu'il était bien juste. C'était beau, important et dangereux à la fois. Elle prit une petite gorgée de sa tasse avant de lui répondre.

« Et certains sont littéralement dangereux mais, en général, ils restent dans la réserve. »

Elle s'était toujours demandée pourquoi ils gardaient des ouvrages pouvant dévorer un élève imprudent ou le rendre fou dans l'enceinte de l'école. Dans une pièce adjacente à la bibliothèque par dessus le marché ! C'était de l'inconscience complète, mais elle ne pouvait pas y faire grand chose. Bref. Elle lui demanda en souriant :

« Alors, déjà en train de devenir vert ? »

Et bien oui, on ne savait jamais que ça fonctionne sur lui, sa théorie étrange.

___

Myria Greengrass
Don't want cash, don't want cars. Want it fast, want it hard. Don't need money, don't need fame, I just want to make a change.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1293
Date d'inscription : 18/10/2014
Multicomptes : Linda Oswin
MessageSujet: Re: Ca m'a l'air bien calme ici!   Jeu 19 Mar - 1:25




Jon acquiesça lorsque la Bibliothécaire commenta la dangerosité des livres, lui confiant que les plus instables étaient mis en réserve...
Ah, réserve...
Ce mot auquel, enfants, ni lui ni Ludovic ne pouvaient résister. C'était comme un chemin parsemé de sucreries dans le but de goût attirer au centre de la plus sombre des forêts. Une vraie tentation à laquelle ils n'avaient jamais sut résister.
Son sourire persista alors qu'il se rappelait toutes les fois où, décidés, ils avaient concoctés milles et uns plans, pour telle ou telle situation, toutes ces fois ou ils avaient échoués si prêt du but et surtout, toutes ces fois où ils en étaient sortis victorieux, au nez et à la barbe de leurs tortionnaires de surveillants.

-Ah oui, les réserves...

Son regard -qui avait dérivé de son interlocutrice pour finalement fixer le vide- revint alors sur Myria, et il pouffa légèrement en s'imaginant tous les élèves qui devaient soit lui faire arracher les cheveux, soit rire d'elle derrière son dos.
La pauvre...!

-Si tu veux un conseil, tu devrais tenter de regarder derrière l'étagère numéro trente-quatre de la réserve, à l'époque elle parlait de... Des sorts, enfin des sorts ratés puisque ces livres finissaient là-bas, il faut avouer qu'ouvrir un livre et se recevoir un Petrificus dessus, puis se retrouver avec un nez de la taille d'une trompe fissionné a la peau de son corps ce n'est pas une... Super expérience!

L'astronome retint à nouveau un discret pouffement, avant de reprendre une gorgée de thé -retrouvant son calme par la même occasion-, puis d'hausser les épaules en lâchant d'un ton léger:

-Enfin, ce n'est qu'un modeste conseil!

Il se passa quelques instants de silence avant qu'elle ne finisse par lui demander s'il devenait vert. Il ne comprit tout d'abord pas de quoi la jeune femme voulait donc parler, puis, lui revenant comme une claque, il commença à s'observer minutieusement, sous chaque couture -si l'on puis dire-, puis de sortir comme si c'était la conclusion d'une longue affaire:

-Et bien... Ma foie non, je ne ressemble toujours pas a un brocoli.

Courte pause, puis il reprit tout sourire, relevant sa tête vers sa jeune amie:

-Mais je suis sûr que ça pourrait m'aller! Attends, tu connais beaucoup de gens qui ont la peau verte? Ça peut être cool... La peau verte, c'est cool!

Oui, bon, par contre, la peau Aubergine il valait mieux éviter. Ludovic en avait déjà bien assez bavé!

___




We all change when you think about it. We're all different all through our lives. And that's okay, that's good. You've got to keeping moving. As long as you remember all the people that you used to be. I will not forget one line of this, not one day. I swear.


whatsername
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3686
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Ca m'a l'air bien calme ici!   Mer 1 Juil - 0:55

ça m'a l'air bien calme ici !

La bibliothèque était calme, très calme, beaucoup trop calme. Cela semblait normal, Ludovic n'y avait pas mis les pieds depuis qu'il s'était pathétiquement enfuit après avoir provoqué un carnage sans nom et démolit un poignet. Pourtant, désormais, le français se trouvait bien là entre les étagères, et  le calme régnait toujours. Il fallait dire que depuis le début de l'année les précautions avaient un peu augmentées à son égard. D'abord la rencontre avec le bibliothécaire qui ne s'était sans doute pas passée au mieux, puis son premier passage officiel pour vider les rayons et maintenant son énorme maladresse avec Myria... autant dire qu'il s'attendait presque à voir une statue géante se décrocher du plafond pour lui faire vider les lieux d'un coup de pied bien placé. Alors autant se tenir à carreau. Du moins un minimum.

Ludovic traversa les allées une à une en s'efforçant de garder les yeux rivés sur le mur en face de lui. Ce n'était pas si compliqué après tout. Des centaines de personnes arrivaient bien à le faire tous les jours et il était même certain qu'il l'avait fait dans sa jeunesse... enfin peut-être. L'ébouriffé leva un instant les yeux au ciel pour fouiller dans sa mémoire à la recherche d'un souvenir, même usé, de lui se trouvant dans une bibliothèque sans que le contenue des étagères soit répandu à ses pieds. Il arrêta bien vite de chercher, secouant la tête pour chasser cette mauvaise idée, et reprit où il en était. Il cherchait Myria, il fallait s'excuser et il ne fallait surtout pas toucher aux livres dans les rayonnages. Mains dans les poches, regard fixé sur le mur... il n'y arrivait pas si mal.

Le fin sourire satisfait qui était apparu sur le visage du français disparut à la seconde où il reconnu la silhouette de Myria dans une allée. Presque aussitôt - et sans aucune autorisation de leur propriétaire - ses pieds firent demi-tour dans le vain espoir de faire comme si de rien n'était et le professeur disparut à l'angle du rayon aussi vite qu'il y était apparu. Il s'éloigna ainsi d'un pas ou deux avant que Ludovic ne reprenne le contrôle de ses jambes et les fasse s'arrêter. Se demandant soudain s'il n'avait pas vu une autre tête en plus de celle de la bibliothécaire. L'ébouriffé leva les yeux au ciel. Il se comportait encore comme le dernier des imbéciles et le premier des lâches. Prenant son courage à deux mains, il fit marche arrière et haussa un sourcil en essayant d'identifier la personne avec qui la jeune fille prenait le thé.

Oh non. Pas Jon.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

___

Notre intellect est vain
Pour tout ce qui est proche ou présent ; et si nul ne vient nous parler, nous ignorons tout de l'état humain.
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2009
Date d'inscription : 22/02/2014
Multicomptes : Lisbeth R. & Andréa O. & Siobhàn J.
Caracteristique : Ancienne Préfète en chef de Serpentard
MessageSujet: Re: Ca m'a l'air bien calme ici!   Jeu 2 Juil - 3:23

Elle fit une note mentale d'aller, comme le lui conseillait Jon, regarder dans la réserve derrière l'étagère trente-quatre. Ça avait un peu piqué sa curiosité et puisque c'était sur son lieu de travail, elle se devait de savoir ce qui se cachait là bas. En espérant que ça soit une bonne surprise et pas une dangereuse. Elle doutait que le professeur d'Astronomie ne lui fasse prendre de risque mais avec la malchance qu'elle se trainait ces derniers jours... Enfin. Sa dix-neuvième année commençait décidément avec son lot d'aventures. Elle sourit malgré ses pensées un peu amères, radoucie par l'enthousiasme de son ami et les histoires fabuleuses qu'il avait vécue quand il était jeune. Venant de quelqu'un d'autre, elle aurait pu penser qu'il y avait de l'exagération, mais avec Jon, elle le croyait quand il disait être retrouvé avec une trompe. Il était juste assez fantastique pour ça.

Portant sa tasse à ses lèvres de temps en temps, elle demanda à Lakenstridge si il devenait vert, puisqu'il avait supposé que le thé pouvait avoir ce genre d'effets. Un instant, elle sembla l'avoir surpris puis elle étouffa un petit rire derrière sa main lorsqu'il se mit à gesticuler pour vérifier que sa peau était toujours de sa couleur originelle. Elle dut reposer sa tasse quand un autre éclat de rire s'empara d'elle alors qu'elle imaginait un brocoli dépasser du col de sa chemise. Il semblait presque déçu et elle l'écouta, un grand sourire aux lèvres, débattre pour savoir si le vert lui siérait. Tentant un moment de décider si le vert mousse ou le pastel lui irait mieux, elle eut une pensée qu'elle lui fit partager :

« C'est Emmy qui serait contente. »

L'infirmière avait tendance à être légèrement moins... facétieuse que son époux, de ce qu'elle en savait. Elle passait un bon moment. Jusqu'à ce qu'elle aperçoive une ombre du coin de l’œil bien trop grande pour être un élève. Elle tourna la tête, faisant mine de balayer les environs du regard, mais il n'y avait personne. Voilà qu'elle avait des hallucinations maintenant. Il faudrait qu'elle ait en parler à Jane, c'était peut-être à cause des potions qu'on lui avait... Non. Elle ne rêvait pas. Le professeur de sortilège marchait vers elle. Non pas encore. Son expression s'obscurcit notablement, alors qu'elle se demandait comment procéder. Aller chercher Anthony ? Non, Jon, Jon avait dit qu'il aiderait si il y avait un problème. Et il était là. Parfait. Elle fit un petit pas en arrière, comme pour s'écarter alors que Ludovic n'était pas encore complètement arrivé. Ou pour se mettre un peu plus derrière Jon, au choix. Honnêtement, elle ne savait pas quoi dire, son regard était calé sur la silhouette qui approchait, comme un renard qui regarde un camion approcher sans penser à s'en aller.

___

Myria Greengrass
Don't want cash, don't want cars. Want it fast, want it hard. Don't need money, don't need fame, I just want to make a change.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1293
Date d'inscription : 18/10/2014
Multicomptes : Linda Oswin
MessageSujet: Re: Ca m'a l'air bien calme ici!   Ven 10 Juil - 2:38





Ca m'a l'air bien calme ici!




Jon esquissa un nouveau sourire franc lorsque sa petite protégée lâcha, sans doute pas sérieusement, qu'Emmy devrait être ravie d'une telle... "transformation". Après tout, c'était là un sujet fort intéressant qui méritait d'être approfondi. Est-ce que le vert plairait à son dragon de femme? A première vue, non, elle lui passerai sûrement d'ailleurs un savon -au sens propre comme au figuré-, mais s'il lui imposait ça, enfin, qu'ils n'y pouvaient rien y changer, est-ce que cela finirait par lui plaire? Et bien.. Elle serait bien obligée de faire avec dans tous les cas, cela n'aurait pas été la première fois que son excentrique de mari fais des siennes, mais malgré tout, le fait que cette étrange couleur de peau lui plaise semblait un peu tirée par les cheveux. Et ce, quel que soit le nombre de bonne volonté et d'imagination que l'Astronome pouvait y mettre.
Par contre Rory...
En fait...
Non, sûrement pas Rory. C'est dingue à quel point cet enfant pouvait se montrer sérieux quelques fois! Il allait sûrement le regarder étrangement, un peu désabusé un peu surpris, avant de lui demander quel peintre il était allé ennuyé cette fois -et oui, ne jamais laisser un Jon seul en ville près de travaux de rénovation, on sait jamais ce qu'il peut se passer.

-Va savoir!

Puis, soudainement et au grand désarroi du Londonien, l'enseignant vit l'expression de Myria s'assombrir progressivement, perdant de ce mignon petit sourire qui signifiait qu'elle l'écoutait -bien qu'elle ne rentrait pas dans ses déires- pour laisser place à une attitude inquiète, presque terrorisée, le tout en passant par l'incompréhension et la surprise totale. Qu'est-ce qui pouvait bien à ce point paralyser la jeune femme?
Le brun fronça les sourcils, s'apprêtant à demander ce qu'il n'allait pas avant qu'il ne se retourne, apercevant alors ce qui devait sans doute être la cause d'une telle réaction, et par ailleurs son meilleur ami : Ludovic Descremps.
Bien évidemment, il devait arriver là, maintenant, tout de suite, alors qu'il tentait lui-même de réparer les pots cassés! Bon, il est vrai que la plupart du temps, s'il réfléchissait assez, le Français pouvait parfaitement réussir à paraître civilisé le temps de demander pardon, mais il n'empêche que s'il venait tout gâcher à ce moment précis, cela allait certainement être plus ardu de réparer ses erreurs passées.

Prenant donc une grande inspiration, l'astronome s'approcha de son ami, les bras grands ouverts comme s'il voulait l'étreindre près de lui, un large sourire aux lèvres en ayant un petit quelque chose qui lui faisait ressembler à un prince charmant allant combattre un horrible monstre pour protéger sa princesse. Et c'était Ludovic, le horrible monstre.
Quel honneur!

-Ludovic! Tiens! Quelle surprise! Qu'est-ce qui t’amène alors? Dis-moi! J'espère que c'est toujours bon pour demain soir, on se voit hein? Nan parce que je trouverai ça étrange de pas pouvoir se...

L'enseignant se stoppa alors dans son discours à peine commencé. Il y avait quelque chose, d'évident pourtant, mais qui n'avait pas encore atteint son cerveau. Comme si quelque chose manquait, quelque chose de familier mais qui pourtant ne parvenait pas à se faire remarquer. Quelque chose comme...

-Mais dis moi, la bibliothèque est toujours rangée et je n'entends aucuns cris. Tu as de la fièvre? Tu es malade ou quoi?

Un Ludovic Descremps, dans une Bibliothèque, sans que rien ne s'y passe.
En voila, quelque chose de remarquable.



codage par whatsername. sur Libre Graph'

___




We all change when you think about it. We're all different all through our lives. And that's okay, that's good. You've got to keeping moving. As long as you remember all the people that you used to be. I will not forget one line of this, not one day. I swear.


whatsername
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3686
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Ca m'a l'air bien calme ici!   Mar 14 Juil - 19:18

ça m'a l'air bien calme ici !

Il n'avait pas fallu longtemps pour que Myria le repère et encore moins pour que Jon se retourne et réalise sa présence. Ludovic stoppa aussitôt avant d'aller lentement mais surement se coller contre une étagère. Il n'aurait sans doute jamais dut venir, il aurait sans doute mieux fait de rester à cinquante mètres au moins de toute bibliothèque, bibliothécaire et astronome - ce dernier n'étant certes, pas féminin, mais tout de même important à lister. Jon ne semblait d'ailleurs pas très ravi de le voir pour une fois... du moins, une de plus à condition qu'il les ait toutes remarquées, et le français songea un instant qu'il aurait vraiment mieux fait de partir. Surtout lorsque son collègue s'approcha les bras ouverts comme s'il allait lui faire un de ces câlins dont il avait dut voler le secret à la calamar du lac.

Le français se massa l'oreille alors que l'ancien Poufsouffle se lançait dans l'un de ses monologues étrangement très rapidement écourté. Une bonne chose en soit, même s'il aurait sans doute put s'interrompre à un moment un peu plus judicieux, le maigrichon venait d'échapper à quelques longues minutes d'embarras supplémentaire. Heureusement, ce n'était pas le genre de détails qui préoccupaient Ludovic pour l'instant.

— Euh, fit-il, hésitant un instant à en rester là avant de se dire qu'il vaudrait mieux poursuivre sa phrase. Je suis venu, m'excuser pour la dernière fois. articula-t-il en jetant un coup d'oeil à la bibliothécaire toujours sur sa chaise, J'ai un peu... il s’éclaircit la gorge et tourna de nouveau la tête vers Jon. Enfin tu vois. Mais si je vous dérange je repasserais plus tard ! Je veux dire... pas plus tard, parce que plus tard peut-être... enfin je veux dire - Euh - que je trouverais une autre occasion, pas que je repasserais ici... forcément. Il se racla une nouvelle fois la gorge et adressa un sourire crispé à son vieil ami en tirant machinalement un livre de son rayon. Ça fait plaisir de te voir en tout cas Jon. Et Myria bien sûr ! Très en beauté aujourd'hui... comme toujours.

Il se racla une nouvelle fois la gorge, cherchant ce qu'il aurait bien put dire d'autre, et baissa les yeux sur le livre qu'il avait commencé à faire tourner entre ses mains. Après un autre coup d'oeil à la bibliothécaire puis à l'astronome, il pivota vers l'étagère pour essayer de remettre l'ouvrage à sa place. Il resta une seconde à tenir son bien devant l'espace vide qu'il avait laissé, avant que ses doigts décalent quatre ou cinq grimoires jusqu'à ce qu'il arrive enfin à remettre le livre dans le rayon. Presque à sa place. Il tapota la couverture de l'index, et se tourna une nouvelle fois tour à tour vers Myria et l'ancien Poufsouffle avant de recommencer à se masser l'oreille.

— Je devrais y aller, fit-il en indiquant l'autre bout de l'allée.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

___

Notre intellect est vain
Pour tout ce qui est proche ou présent ; et si nul ne vient nous parler, nous ignorons tout de l'état humain.
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2009
Date d'inscription : 22/02/2014
Multicomptes : Lisbeth R. & Andréa O. & Siobhàn J.
Caracteristique : Ancienne Préfète en chef de Serpentard
MessageSujet: Re: Ca m'a l'air bien calme ici!   Ven 7 Aoû - 4:44



Dans l'immédiat, elle avait bien du mal à réagir. Une petite voix lui soufflait qu'elle aurait du trouver un moyen de faire sortir le professeur de Sortilège avant qu'il ne cause un nouveau désastre. Mais le souvenir de l'explosion de l'armoire était toujours bien trop frais dans sa mémoire. Sans parler du fait qu'elle ne savait pas pourquoi son sortilège n'avait pas eu d'effet. Elle avait écrit à Andréa à ce sujet, sans préciser les circonstances, mais n'avait toujours pas reçu de réponse. Jon sembla remarquer son malaise et elle se sentit un tantinet mieux, à l'idée qu'il avait dit qu'il l'aiderait. Quand il s'avança pour rejoindre son collègue, elle pensait vraiment qu'il allait lui expliquer que ce qu'il avait fait n'était pas acceptable et qu'il ferait mieux de ne pas revenir ou quelque chose du genre.

Cet espoir se fit un peu marcher dessus quand le professeur d'Astronomie commença à... confirmer ses plans pour le lendemain ? Comme si il avait complètement mis de côté le fait que son bras n'était pas encore tout à fait réparé ou si il essayait plus d'éviter le sujet qu'autre chose. Il fallait dire que ça énervait un peu la jeune Greengrass. Et son état ne s'améliora pas quand il s'étonna du fait qu'il n'avait pas encore causé de carnage. Est-ce qu'il voulait entendre des cris et voir des livres voler ? Parce que franchement, il n'avait plus trop l'air d'être de son côté pour le coup. Ses soucis se froncèrent légèrement, alors qu'elle lançait un regard plein de reproches aux deux professeurs. Ludovic semblait vaguement embarrassé, mais peut-être autant, si pas plus, par le discours de son ami que par ses actions passés. Elle n'allait pas lui faire la fleur de le laisser s'en sortir facilement par contre. Ce n'était pas parce qu'elle était aimable et polie qu'elle se laissait marcher sur les pieds. La fierté qui avait été martelée dans son éducation, typique de la plupart des familles de sang-purs, ne lui permettrait pas d'ignorer un affront comme celui qu'elle avait subit en étant agressée alors qu'elle tentait juste de protéger les élèves d'un de ceux qui étaient supposé être leur "responsable". Oui, en écoutant attentivement le discours de son attaquant, elle commençait à être en colère.

Parce que pour quelqu'un qui disait venir pour présenter des excuses, il semblait plus essayer de s'en tirer en admettant le moins possible et, surtout, sans admettre que ce qu'il avait fait était déplacé. Avant de reporter à plus tard, bien sûr. Peut-être en espérant qu'elle oublierait un peu ou finirait par passer l'éponge. A vrai dire, elle était déçue de son comportement. De leur comportement. Et de sa baguette aussi. Une journée lourde en déceptions. Au fur et à mesure de son discours et de ses non-excuses, sa posture s'était faite plus droite et son regard plus intense. Lorsqu'il mentionna que c'était un plaisir de la voir et fit un commentaire sur son apparence, elle se contenta de le regarder de haut, méprisante malgré la différence de taille qui n'était pas en sa faveur. Elle tenait ce regard de son père et, si elle ne s'en servait pas forcément dans sa vie quotidienne, elle aimait le réserver pour des occasions comme celle ci. Pensait-il vraiment s'en sortir avec ce genre de banalités ?

Elle attendit avant de parler. Lui laissant le temps de se rattraper et de demander son pardon correctement. Il chipota un moment avec un livre. Elle était patiente. Jusqu'à ce qu'il mentionne qu'il devrait y aller, indiquant le bout de l'allée.

« Non, je ne pense pas. » Ce n'était plus le ton amiable qu'elle utilisait d'habitude, ni même les accents autoritaires qu'elle employait parfois pour faire rentrer dans les rangs les élèves plus jeunes. Sa voix était glacée. « Pas besoin de reporter ça à plus tard. Maintenant semble excellent. » Elle n'était pas agressive au sens propre du terme... Mais comparé à d'habitude, c'était plus que clair qu'elle n'avait pas bien pris la situation.

« Du thé, Ludovic ? Et tu pourras nous expliquer pourquoi tu as réagis de façon aussi excessive l'autre jour. » En disant ça, elle avait fait gracieusement danser sa baguette dans les airs pour arranger une troisième tasse et soucoupe, rapidement remplie par une théière serviable et flottante.


HS : Alors c'est un détail con, mais j'avais imaginée Myria debout depuis le début en fait *meurt* (dans mon post précédent elle se déplace du coup...) Enfin, ça a très peu d'implication sur le déroulement des actions donc c'est pas grave, je le dis juste pour les prochains posts o_o

___

Myria Greengrass
Don't want cash, don't want cars. Want it fast, want it hard. Don't need money, don't need fame, I just want to make a change.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3686
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Ca m'a l'air bien calme ici!   Mer 26 Aoû - 14:52

ça m'a l'air bien calme ici !

Pour une fois - et cet exploit aurait sans doute mérité d'être noté sur le calendrier - Jon ne répondit pas en premier. De toute façon, vu le ton qu'employa la bibliothécaire il avait bien fait de s’abstenir, d'ailleurs, ils auraient peut-être mieux fait tous les deux de partir et laisser la jeune femme en colère. Bon, soit, il exagérait sans doute, elle n'était pas non plus au bord de l'implosion avec les yeux exorbités et la veine palpitante au front, mais la colère calme qu'il n'était pas difficile de percevoir dans son ton valait bien tous les cris du monde. Il n'en fallut pas plus pour que le français croise ses mains dans son dos pareil à un écolier pris en faute et regarde par dessus la tête de la petite jeune femme pour essayer d'évaluer en combien de temps il aurait put rejoindre la sortie. Au moins ne lui avait-elle pas jeté la théière à la tête, c'était déjà ça. Elle lui laissait même une occasion de s'expliquer.

— Expliquer ! répéta-t-il en levant les yeux au ciel et haussant les sourcils. Bien sûr...

Il commença à passer en revue de possibles arguments, mais tenter d'expliquer le pourquoi du comment se révéla un peu plus compliqué qu'il ne l'avait imaginé. Au bout de quelques secondes, il fronça les sourcils plongeant dans une profonde réflexion. Il aurait fallut remonter très loin pour expliquer quoi que ce soit, il n'était même pas sûr que ses souvenirs datent assez pour cela. Quelques secondes de plus s'écoulèrent avant qu'il ne tire une chaise pour s'asseoir. Posant le coude sur la table et appuyant l'index sur sa tempe le temps de voir ce qu'il pouvait tirer de ses idées. Il finit par lever les yeux vers la bibliothécaire et l'astronome, qui, au mieux, avaient dut trouver cela très drôle ou pathétique et baissa la main pour poser le bout des doigts sur la table.

— Je suis fou ? avança-t-il enfin.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

___

Notre intellect est vain
Pour tout ce qui est proche ou présent ; et si nul ne vient nous parler, nous ignorons tout de l'état humain.
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2009
Date d'inscription : 22/02/2014
Multicomptes : Lisbeth R. & Andréa O. & Siobhàn J.
Caracteristique : Ancienne Préfète en chef de Serpentard
MessageSujet: Re: Ca m'a l'air bien calme ici!   Lun 7 Sep - 21:43



Son attitude froide sembla faire effet et Ludovic prit une posture presque contrite. Il agréa d'expliquer pour au final... ne rien dire. Il semblait réfléchir et elle ne put s'empêcher de penser que la vérité ne demande pas tant de temps pour être formulée. Elle le regarda réfléchir, le jugeant silencieusement du regard, ses mains se posant instinctivement sur ses hanches. Elle resta debout alors qu'il s'asseyait. Quand il releva les yeux vers elle, elle ne l'avait pas quitté du regard. Il avait l'air vraiment hésitant, mais il était peut-être bon acteur et elle n'allait pas se laisser faire juste parce qu'il lui faisait des yeux de chien battu.

Elle croisa les bras, pas convaincue par cette faible tentative d'éviter la question. Fou ? C'était bien facile. Rejeter la responsabilité de son comportement et de ses conséquences sur une maladie mentale probablement imaginaire. Parce que si il l'avait vraiment, elle doutait que le Directeur l'aurait laissé donner cours avec des enfants. Puisqu'il ne comptait pas poursuivre seul, elle se décida à ne pas s'énerver de suite. Elle aimait assez être en colère de manière froide. C'était presque reposant, surtout lorsqu'elle était, comme ici, persuadée d'avoir raison. Elle ne s'adoucissait pas quand elle demanda :

« Fou, c'est à dire ? Dans le sens extravaguant, dément ou absurde ? Ou peut-être un peu des trois, vu ce dont j'ai été témoin. »


___

Myria Greengrass
Don't want cash, don't want cars. Want it fast, want it hard. Don't need money, don't need fame, I just want to make a change.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1293
Date d'inscription : 18/10/2014
Multicomptes : Linda Oswin
MessageSujet: Re: Ca m'a l'air bien calme ici!   Mar 6 Oct - 19:20





Ca m'a l'air bien calme ici!




Qyand bien même Jon avait une affection toute particulière envers Myria, Ludovic restait aux yeux de l'enseignant un ami hors pair avec qui il avait traversé de nombreuses épreuves. Alors ce fait en plus de celui qu'il restait lui-même malgré toutes les erreurs que le français avait pût faire, il ne fallait certainement pas s'attendre à une reaction au quart de tour comme l'auraient fait beaucoup d'autres. Non, Jon était du genre à aborder le sujet en douceur avant d'en arriver aux paroles qui fâchent, mais une fois ceci fait, il était difficile d'arrêter l'enseignant d'habitude si doux. Car après tout, ce qu'avait l'ancien Serdaigle était tout simplement inacceptable, il ne pouvait pas arriver ainsi et blesser une jeune femme qui n'avait absolument rien à voir avec tout cela. Son problème pouvait aller loin, et ça, cela faisait longtemps qu'il le savait, mais aujourd'hui ils étaient tous deux des adultes et devaient en assumer leurs responsabilités.
La tentative de fuite du français n'échappa pas au Londonien qui tenta de retenir un soupir et une légère grimace... Cette réaction, il la connaissait. Et plus que bien de plus. Enfant, il avait déjà les mêmes, quoi qu'il était peut-être un peu moins décidé, plus... Changeant, et il était rare qu'il reste concentré assez longtemps pour arriver à quelque chose. Mais cette fois c'était différent, enfin, plus ou moins, car il s'en voulait vraiment. Cela se sentait, se voyait, c'était presque suffisant à ses yeux, du moins autant que n'importe quelle excuse. Malheureusement, c'etait loin d'être le cas de tout le monde, et l'astronome comprenait parfaitement que Myria lui en veuille encore et toujours. Ce qu'il avait fait était... Tout simplement injuste, impardonnable, de la pure et simple violence non justifiée, qui blessait, bien plus profondément que les corps brisés qu'ils se trainaient dans leurs vies.
Il se devait d'agir. Pour la bibliothécaire, pour le français, pour régler cette situation le plus rapidement et calmement possible... Mais à peine eut-il prit sa respiration pour se lancer dans ses habituels discours, que Ludovic l'interrompit, posant une question des plus étranges qui prit le jeune père de court. Mais ce qui surpris d'autant plus Jon, ce fut bien la repartie de la bibliothécaire et plus précisément les mots quelle utilisa contre son vieil ami, sur un ton bien trop froid, bien trop dur, pour être doté d'une quelconque sympathie. Cette surprise fut d'ailleurs accompagnée d'un regard noir envers la jeune femme, puis, le Londonien se frotta le front un instant, fronçant les sourcils avant de soupirer, et de reprendre d'un ton calme mais sérieux la parole, appuyant le moindre de ses mots en regardant successivement le français et l'anglaise comme un malheureux porte-parole qui ne voulait pas le moindre conflit.

-Bon, très bien, stop! On reprend... Ludovic à fait... Quelque chose de grave, et c'est un bas mot pour parler des dommages qu'il a causé. Aussi bien physiquement que mentalement, et je pense que plaider la folie ou... Quoi qu'il en soit, ça n'a pas de rapport. Mais! Car il y a un mais, il cherche à se faire pardonner! Minerva lui a fait payé pour ses fautes et j'imagine que si on lui en laisse le temps, il serait tout à fait capable de s'excuser comme un adulte mature et responsable! Alors, Myria, je sais que de simples mots n'arrangent pas les choses, mais laisse le parler, laisse-le s'exprimer. Toi, tu n'es pas obligée de lui pardonner pour le moment, mais sache que ne pas lui laisser de seconde chance est, a mes yeux, une erreur...

Jon esquissa une grimace... Comment se mettre le monde entier à dos en quelques secondes? La méthode Jon est là !
Mais, il finit par lever son regard sur la jeune femme, silencieux un instant avant de calmement s'approcher d'elle, et de lui sourire calmement :

-Laisse lui sa chance, et quand bien même il reviendrait, s'il ne se tient m'as tranquille, sache que je serais là pour lui faire de belles remontrances. Mais pour le moment, il désire seulement s'excuser, et je ne peux le blâmer pour ça.


codage par whatsername. sur Libre Graph'
[/color]

___




We all change when you think about it. We're all different all through our lives. And that's okay, that's good. You've got to keeping moving. As long as you remember all the people that you used to be. I will not forget one line of this, not one day. I swear.


whatsername
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3686
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Ca m'a l'air bien calme ici!   Sam 10 Oct - 16:39

ça m'a l'air bien calme ici !

« Un peu des trois » s’apprêtait à répondre le français avant que son collègue ne l’interrompe. Tournant la tête en direction de Jon, Ludovic lui adressa un regard on ne peut plus interrogateur et surpris. Il le laissa poliment aller jusqu’à la fin de son petit discours, ne sachant pas trop s’il aurait dut en être embarassé ou reconnaissant. Même si Myria semblait furieuse elle ne semblait pas être sur le point de le changer en pierre pour l’exposer à l’entrée de la bibliothèque avec une pancarte « fauteurs de troubles ; vous voilà prévenus » entre les mains. L’ébouriffé laissa planer un bref silence une fois que son vieil ami eut terminé, ouvrant la bouche pour répliquer. Cependant, il se ravisa bien vite. Il n’était pas vraiment dans la meilleure des positions pour avoir son mot à dire entre les rayonnages. Fermant donc la bouche, il tourna la tête vers la bibliothécaire, l’air d’attendre son accord pour ajouter ce qu’il voulait dire ou pour guetter sa réaction. Cela dura un petit moment au court duquel il laissa tout loisir de s’exprimer à la jeune femme avant qu’il ne se décide enfin à reprendre la parole. Pour le meilleur, comme pour le pire.

— Je rangerais, assura-t-il les yeux rivés sur la théière. Si cela devait se reproduire je rangerais après. C’est toujours mon intention à la base, mais je n’ai jamais… été jusqu’à cette étape, fit-il en adressant un coup d’œil entendu à l’ancien Poufsouffle. Je suis désolé Myria, c’est plus fort que moi, c’est ma méthode pour lire. J’ai besoin de sentir les couvertures et les pages, plus qu’en étant simplement assis à feuilleter un grimoire et le ranger après. Tu imagines le nombre de livres qui ne quittent jamais leurs étagères sous prétexte qu’ils ne font pas partie de la liste fournie par les enseignants pour les devoirs ? Six cent deux, c’est ce que j’ai compté à ma première année ici. Six cent deux livres que personne n’a jamais ouvert en un peu moins d’un an, uniquement dans la première salle de lecture et vu la poussière qu’il y avait dessus cela devait bien faire plusieurs siècle que cela n’avait pas changé. Même les livres qui sortent d’ici, que les élèves empruntent, il y en a des dizaines que personne ne prend la peine de lire jusqu’au bout. Le brun leva les yeux sur la jeune femme, commençant tout juste à se laisser emporter par son sujet. A quoi bon écrire et ranger des livres si c’est pour qu’ils ne soient pas lus ? Tu imagines le nombre d’entre eux qui n’ont pas revu la lumière du jour depuis la création de cette bibliothèque ? Et encore, ce n’est pas la plus grande, mais même ici il faut toujours que l’on se contente du minimum. Un devoir, un extrait dans un livre, on le referme et au revoir, mais si tu prends la peine de le lire, poursuivit-il, se levant pour tirer un grimoire qu’il laissa tomber avec un grand bruit sur la table devant lui. Tu imagines tout ce que tu peux trouver là-dedans ? il ouvrit le livre et en feuilleta les pages, les regardants à peine alors qu’elles défilaient. Tous les sorts inimaginables, les potions impossibles, les passages secrets, les histoires, les mages sortis tout droit du passé, les plantes disparues, les créatures de toutes sortes et même les recettes pour des milliers de cakes. Bien sûr que tu le sais. Comment est-ce que tout ça pourrait être classé ? Qu’est-ce qui autorise qui que ce soit à dire que tel ouvrage n’a pas sa place avec tel autre juste parce que leur contenus sont différents ? J’ai déjà lu dans un livre sur la minéralogie des territoires de dragons un paragraphe extraordinaire sur les sortilèges de lévitation et ma plus grande référence sur les champignons magiques se trouve dans un grimoire sur les êtres de l’eau. C’est comme ça que ça marche le savoir, ce n’est pas une catégorie de plantes, de sorts, de pages que l’on doit laisser chacun de son côté, c’est un ensemble de milliers de choses qui s’entremêlent, coexistent, forment un tout et ce n’est pas en te centrant sur un seul domaine que tu comprendras quoi que ce soit. Je n’essaie pas de détruire cet endroit, j’essaie de le rendre plus vivant, plus… accessible. Si tu ne donnes pas l’habitude aux lecteurs, aux élèves, d’aller voir des livres hors catégories comment veux-tu qu’ils apprennent à avoir la curiosité de le faire par eux-mêmes ? Il n’y a rien de plus attirant qu’un livre rangé au mauvais endroit. Un livre mal rangé c’est un mystère au milieu d’une mer de savoir. C’est celui que tu vas voir en premier, c’est celui que tu tires de l’étagère pour le lire en entier. C’est pour ça que je fais ça, pour attiser la curiosité. Après je sais… j’ai parfois tendance à me laisser emporter, mais qui ne serait pas fou devant tout ça ? Qui ne perdrait pas la tête après avoir commencé à puiser du savoir dans les livres ? Qui pourrait terminer un grimoire passionnant sans avoir envie d’en lire un autre juste derrière ? Demande à Jon, fit-il en désignant l’astronome d’un vague geste du pouce, je sais être calme dans une bibliothèque. Il faut juste me laisser le temps de prendre quelques… dispositions et tu ne m’entends plus durant des jours. Je range après, il ne faut pas beaucoup de travail pour ça quand tu connais les bons sorts. Il en faut encore moins si tu laisses les livres là où ils sont au lieu de toujours vouloir les mettre à une place. Ce n’est pas dur de trouver n’importe quel ouvrage ici, il suffit d’un accio et même dans le pire des fouillis tu trouveras ce que tu cherches. Un inventaire ? Pas très difficile si tu gardes en tête le nom de tous les livres que tu as vraiment lu et ceux qui disparaissent tu les retrouveras quelques années plus tard comme de grandes nouveautés que tu n’auras même pas eu besoin d’acheter.

Réalisant qu’il s’emportait encore, le français jeta un coup d’œil à la bibliothécaire puis à l’astronome, s’humectant les lèvres avant de baisser les yeux sur le livre qu’il avait ouvert. Il passa distraitement les yeux sur les premières lignes d'un paragraphe avant de pencher la tête de côté avec un regard tendre. Il ne lui semblait pas l’avoir lu celui-là.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

___

Notre intellect est vain
Pour tout ce qui est proche ou présent ; et si nul ne vient nous parler, nous ignorons tout de l'état humain.
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2009
Date d'inscription : 22/02/2014
Multicomptes : Lisbeth R. & Andréa O. & Siobhàn J.
Caracteristique : Ancienne Préfète en chef de Serpentard
MessageSujet: Re: Ca m'a l'air bien calme ici!   Jeu 15 Oct - 0:27



Jon n'avait pas l'air satisfait qu'elle ait pris la situation en main, à en juger par le regard qu'il lui lançait, mais tant pis. Elle n'était pas là pour câliner des égos mais pour arriver au fond du problème et le résoudre. Ça ne se ferait pas en riant et en se donnant des coups de coude complices. L'explication par la folie semblait être une porte de sortie bien trop facile à son gout et elle ne manqua pas de lui en faire part, de manière à peine voilée. Elle tourna son regard froid vers Jon qui semblait tenter d'apaiser les tensions. Oui, grave, c'était le moins qu'on puisse dire. Et il semblait d'accord avec elle, c'était ridicule de prétexter la folie. Encore heureux que Minerva était intervenue ! Le contraire aurait été vraiment irresponsable.

Elle eut l'air offensée quand Jon sous entendit qu'elle n'avait pas laissé à Ludovic une chance de parler. Après tout, c'était elle qui avait insisté pour qu'il s'explique, plutôt que de prendre la fuite vers un autre rayon. « Je ne pense pas avoir empêché qui que ce soit de s'exprimer. » Mais elle le garda pour elle, parce que sa colère justifiée semblait passer pour de l'hystérie, alors elle n'allait pas en rajouter. Le professeur d'Astronomie s'approcha d'elle et elle ne put s'empêcher de le toiser du regard. Pour ce qu'elle pouvait l'adorer d'habitude, elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'il avait un parti pris depuis le départ dans cette histoire et insister ainsi sur le fait qu'il l'aiderait lui semblait juste des paroles creuses.

D'ailleurs, elle ne blâmait pas Ludovic de vouloir s'excuser, vraiment. Elle le blâmait de le faire mal. De trouver des prétextes plutôt que de présenter des excuses sincères, montrant qu'il avait compris qu'il avait agit de manière intolérable et qu'il tâcherait de faire en sorte que ça ne se reproduirait plus. Elle remarqua le regard de Ludovic, comme demandant la permission de parler, et elle hocha la tête.

Ça commençait plutôt bien pour lui, lui assurer qu'il rangerait. Ce n'était pas ce que son expérience avait été par le passé, où elle était restée jusqu'aux petites heures pour tout remettre en place et avait du dormir moins de la moitié de sa nuit à cause du barda. Alors si il pouvait au moins lui garantir qu'il prendrait ça en charge... Il était possible qu'elle s'adoucisse un peu. Le pire, c'était qu'une part d'elle comprenait. Elle adorait les livres et passait la plupart de son temps libre entourée de vieilles reliures en cuir ou de trouvailles plus récentes. Elle sentait que ça allait être long, alors elle se tira une chaise pour s'asseoir et glissa sa tasse entre ses doigts. Oui, c'était dommage de ne pas avoir le temps de tout lire, ou que certains auteurs soient si méconnus... Mais de là à ce que ça soit en haut de sa liste de priorités au point de violenter quelqu'un ? Les arguments s'empilaient dans sa tête, mais elle attendait, patiente. Elle avait passé des heures à regarder du liquide bouillonner dans un chaudron, elle pouvait bien attendre un peu ici. Elle porta le thé à ses lèvres. Le seul signe qu'elle l'écoutait était son regard qui se posait de temps à autre sur le professeur de Sortilèges.

Elle renifla un peu quand il mentionna vouloir rendre l'endroit plus "accessible". Oui, bien sûr. Pour lui, peut-être. Le désordre organisé n'a de logique que pour celui qu'il l'a créé. Qui ne perdrait pas la tête ? ... Hm, tout le monde sauf toi ? Elle garda son commentaire pour elle mais, Merlin, elle avait envie de le crier à pleins poumons. Des accios. Elle était bien belle celle là. Et elle était supposée charmer à elle les livres pour tous les plus jeunes qui ne maîtrisaient pas encore le sortilège ? Bien sûr, il n'avait sans doute pas pensé à ça. Il voyait les choses de son point de vue, sans réfléchir à ce que ça impliquait pour les autres. Oh ? Il semblait avoir terminé. Elle reposa la porcelaine dans sa soucoupe et la poussa un peu du bout des doigts pour l'éloigner d'elle. Elle fixa Ludovic et prit la parole, après ce qui paraissait une éternité :

« Je pense que tu ne comprends pas la source du problème. Tu as des responsabilités et il me semble qu'elles sont en premier lieu envers les êtres pensants. » Elle tenta de s'adoucir un peu, mais c'était vraiment difficile quand elle pensait au fait que ce qui lui était arrivé à elle aurait pu tomber sur quelqu'un d'autre. Elle poursuivit, avec pour but de lui faire comprendre que ce n'était pas ses idées qui étaient mauvaises, juste le contexte dans lequel il voulait les appliquer qui était parfaitement inadapté : « Tes opinions personnelles sur le fonctionnement des choses ne sont pas inintéressantes mais sont, justement, personnelles. Que tu construises des forts en livres chez toi, si ça te fait plaisir, je trouverai ça merveilleux. Mais ici, tu es le professeur Descremps, plus seulement Ludovic. »

Elle prit une respiration, pour organiser un peu ses idées. « Les élèves qui te voient lancer des livres dans tous les sens, qu'est-ce qu'ils en pensent à ton avis ? Est-ce que tu crois vraiment qu'ils ont la maturité pour se dire qu'il s'agit sans doute de l'aboutissement d'une philosophie particulière ? Non, ce qu'ils voient, c'est un professeur qui ne prend pas la peine de respecter les règles de l'école. » Elle eut presque une nuance peinée quand elle arriva à la suite : « Comment veux-tu qu'ils prennent au sérieux les consignes qu'on leur donne quand tu leur montres un exemple pareil ? » C'était l'irrespect des règles les plus stupides qui avaient mené à de telles catastrophes. Les élèves un peu trop curieux qui étaient allé visiter la cabane hurlante et qui était maintenant toujours en train d'être traités à Sainte-Mangouste. Ceux qui avaient décider qu'un tour dans la Forêt Interdite ne pourrait pas faire de mal et qui avaient fini avec leurs entrailles sur le sol.

« Les règles ont une raison d'être. Le couvre-feu n'est pas juste une habitude ou une marque de discipline, mais indispensable pour des questions de sécurités. Les plantes doivent être manipulées avec des gants en cuir de dragon pour éviter des accidents. Dans quatre-vingt pour cent des cas, la plante est inoffensive au toucher, et un botaniste averti saura faire la différence, mais ce n'est pas le genre d'erreur qu'on peut se permettre avec des enfants. » Elle le regardait toujours, et parlait avec conviction : « Les repas sont pris à heure fixe, tous ensemble, pour s'assurer que tout le monde est présent. Les premières années sont interdit d'avoir leur propre balai, parce qu'ils n'ont pas encore appris à voler et que c'est la seule manière d'empêcher des gamins trop enthousiastes et peu habiles de tomber comme des pommes. Les exemples sont multiples et ça me choque que quelqu'un d'aussi cultivé ne comprenne pas leur importance. Bien sûr, ils passeront parfois au dessus du règlement. Mais leur faire croire que c'est acceptable et les encourager en leur montrant l'exemple est complètement irresponsable. » Pour la suite, elle le regarda un peu plus intensément, faisant référence à quelque chose que Jon ne savait pas, ne devait pas savoir, mais que Ludovic ferait bien de se rappeler. « Je ne sais pas si tu es au courant, mais nous sommes dans une situation plutôt sérieuse actuellement. Avoir de l'ordre est important pour s'assurer de garder tout le monde en vie. Ou est-ce que la sécurité des élèves est de moindre importance qu'un peu de poussières sur les reliures ? »

___

Myria Greengrass
Don't want cash, don't want cars. Want it fast, want it hard. Don't need money, don't need fame, I just want to make a change.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ca m'a l'air bien calme ici!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ca m'a l'air bien calme ici!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Réfléchie bien !
» Vous dirai-je « tu », ou bien me diras-tu « vous » ? »
» [Réservé]Du mal pour faire du bien [Rang D]
» Mort d'un jeune journaliste/Adieu Bien-Cher, adieu mon ami

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Wonders :: 
POUDLARD
 :: Le 3eme étage :: Bibliotheque
-