La carte du Maraudeur

[Portoloin] pour lire les sujets importants du forum ♥



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERME

Partagez
 

 Tables

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2101
Date d'inscription : 23/03/2014
Multicomptes : Myria G. & Andréa O. & Siobhàn J.
Caracteristique : Luxure de la Confrérie
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeVen 13 Fév - 21:40



Quand elle le salua, Ludovic se tourna vers elle et la regarda avec des yeux écarquillés. Au moins, il la reconnaissait et se rappelait de son nom. Elle le regardait dans les yeux, déçue, rageuse et séduite en même temps. La veste en cuir lui allait bien, le look "dangereux" aussi. Dire ce à quoi elle pensait à cet instant aurait été hautement inapproprié. Elle se flagella mentalement parce qu'elle était en colère et qu'elle n'allait pas se laisser ramollir comme ça. Elle n'avait pas exactement suivi tout ce qu'il s'était passé avec la grande brune, trop absorbée par la magie de la jeune vélane, mais il lui semblait que ça avait été assez intense. Alors quoi ? Il faisait ça à n'importe qui ? Notons que les rumeurs circulant à Poudlard n'aurait pas démenti ses tendances de séducteur. Mais elle n'était pas assez souvent dans l'établissement pour savoir. Sherlock l'appela également par son nom et elle le regarda intensément, réfléchissant un peu. Sans le chapeau et la pipe, oui, il lui semblait l'avoir déjà croisé. Elle ne tarda pas à lui répondre, un sourire amusé aux lèvres :

« Bonsoir, Professeur. Enfin, je suppose. Je suis désolée, je ne parviens pas à retomber sur votre nom ? »

Oui, elle avait beau bouillir de rage à l'intérieur, elle s'était un peu reprise, souriante et parlant de manière polie. Ludovic devait se rendre compte de quelque chose, elle était tout de même bien moins chaleureuse que la dernière fois qu'ils s'étaient vus. Mais il devait bien deviner pourquoi. Elle leur dit qu'elle espérait ne pas déranger et la réponse du détective ne se fit pas attendre, sous-entendant qu'il n'avait pas envie qu'elle soit là. Puisque ce n'était dit qu'entre les lignes, elle pouvait parfaitement décider de l'ignorer.

« Tant mieux. D'ailleurs, le sujet m'intéressait. » Sujet qu'ils s'étaient visiblement tous les deux appliqués à éviter depuis qu'elle était arrivée. Elle se remit à regarder le professeur de Sortilèges dans les yeux, le reste était trop distrayant. Elle demanda très, trop, courtoisement, son sourire manifestement peu sincère : « Alors, que lui trouves-tu ? » Elle n'avait pas besoin de trop se forcer pour jouer la femme jalouse, parce que, possessive comme elle l'était, ça venait naturellement.

Robe de Lisbeth:
 

___

Lust ♥ Lisbeth
Well I can taste her on my lips and her kisses burn like fire. And I try to resist her but the pain is my desire.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3968
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeSam 14 Fév - 0:21

Ah, Halloween

Finalement, oubliez la dernière partie du poste précédent. Il aurait mieux valut que Ludovic prenne la parole avant le Poufsouffle. Il aurait put lancer un compliment sur la robe, avec un air de chiot prit sur le fait d'un labourage de platebandes, ou trouver une pirouette hasardeuse pour changer de sujet, avec aussi peu de classe qu'une palourde sans doute, mais changer de sujet au moins. Il serait passé pour un imbécile, s'il ne s'était pas prit une claque retentissante avant, mais, au moins, il n'aurait pas eut à répondre à la question. C'était quoi d'ailleurs la question ? Il l'avait oublié à force de se rappeler qu'il était dans la bouse de dragon jusqu'au sommet du crâne.

Le sourire crispé fit place à une tête de merlan frit. Ludovic jeta un coup d’œil à Jon, un autre à Lisbeth. Sérieusement ? Il n'y avait pas d'autres sujets de conversation ? C'était Halloween tout de même ! Citrouilles , zombies, vampires... Non ? Jon, Lisbeth. La métamorphomage le fixait droit dans les yeux. Bon sang, ça, ça faisait peur. Il tourna une nouvelle fois la tête vers Jon, ouvrit la bouche comme pour lui demander de l'aide et se ravisa en se rappelant que la question était de lui à l'origine. Enfin la question... quelle question ? Vous parlez d'une question ! Saletés d'anglais. Il tourna la tête du dernier côté, celui où il n'y avait personne, et pointa l'index dans la même direction, allez savoir pourquoi, peut-être pour leur faire le coup du "Oh ! Un Ronflak Cornu !" ou bien juste pour dire qu'il ferait mieux d'aller là bas, loin. Au lieu d'une quelconque créature mythique qui aurait été plus que bienvenue, il vit une table, des chaise, d'autres tables et beaucoup de monde. Il baissa le bras, le releva, se massa l'oreille. La retraite semblait définitivement coupée. Il s'arrêta enfin sur Lisbeth, baissa le bras, ouvrit la bouche, la referma.

— Ok, d'accord.

Il prit une profonde inspiration Tout ce dévissage de tête et cet embrouillaminis de gestes n'avait duré qu'une poignée de secondes. Il leva une main devant chacun de ses voisins, pour leur faire signe d'attendre ou bien comme s'il s'attendait à les voir foncer sur lui pareil à des rhinocéros en furie. Jon, Lisbeth, question, c'était quoi la question ? Ah oui, qu'est-ce qu'il lui trouve. Pas terrible. Et la réponse ? Pas mieux.

— Ecoute Lisbeth, fit-il d'un ton très posé mais néanmoins rapide pour être certain d'avoir le temps d'en dire autant qu'il le pouvait. Il faut me croire. Je n'avais pas l'intention de danser avec elle, et encore moins de l'embrasser, mais une chose en a entrainée une autre et je n'ai pas compris ce qui s'est passé et... Euh... C'était... Euh... Il aurait voulut ajouter quelque chose, mais il ne voyait pas quoi. Une erreur ?

Il plia les doigts une seconde. Jon, Lisbeth. Il venait de laisser filer sa fenêtre de parole et il était à peu près sûr de l'avoir mal utilisé. Au fond, qu'est-ce qu'il avait dit ? "Ce n'est pas ce que tu crois". Il n'y avait pas pire. Il garda les mains levées et jeta un coup d'oeil à l'astronome, pour vérifier qu'il n'avait pas bougé. Lui, à tous les coups, il se mettrait à rigoler ou lui lancerait une réplique à la Jon, quelque chose dans ce genre, mais Lisbeth...

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

___

Notre intellect est vain
Pour tout ce qui est proche ou présent ; et si nul ne vient nous parler, nous ignorons tout de l'état humain.
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1575
Date d'inscription : 18/10/2014
Multicomptes : Linda Oswin
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeSam 14 Fév - 1:24





THIS IS HALLOWEEN!



Entre Lisbeth, la séductrice en série du quartier qui ne daignait même pas se souvenir de son nom, et Ludovic qui ne réussissait pas à aligner deux mots pour s'en sortir convenablement -tiens, ça lui rappelait quelqu'un...-, Jon se sentait plus qu'impuissant et ignoré. Autant les laisser seuls tous les deux ici! Ils semblaient avoir beaucoup à se dire! Alors sûrement était-il de trop non?

-Jon, Jon Lakenstridge. répondit l'astronome en grognant presque, avant de prendre un air exagérément hautain, et un ton qui se voulais sûrement très "bourgeois" pour préciser comme s'il s'agissait d'un point plus qu'important: Meilleur ami du Ludovic Descrrrremps que voila!

Il lâcha un "Peuh!" alors qu'il relevait le menton, ne daignant croiser le regard de celle qui l'avait "oublié"... Oui, bon, pour être plus précis, elle ne se "rappelait pas de lui", mais n'était-ce pas la même chose que "oublier"? Et puis, comment était-il seulement possible d'oublier Jon Lakenstridge, lui, le fameux et excentrique Jon Lakenstridge!
D'un côté, son originalité était une qualité dont il était particulièrement fier, c'était elle qui lui permettait de marquer les esprits, qu'on se souvienne de lui comme le "fou aux chapeaux" qu'il était, alors si on ne se rappelait pas de lui... Si on ne se souvenait pas de qui il était... Est-ce que tout ce qu'il était n'était finalement pas si important?

Le jeune père plissa le nez en chassant cette pensée sombre de son esprit, ouvrant légèrement la bouche pendant que l'invitée parlait, mimant discrètement des "Blablablaaa" railleurs sans qu'aucuns son ne sorte, se moquant plus que clairement de la jeune femme, mais par il ne savait quel miracle, elle ne sembla pas le remarquer, ou bien faisait-elle abstraction? Oui... Sûrement... Les gens aimaient bien faire abstraction de lui lorsqu'il disait ou faisait quelque chose.
Question d'habitude.


Il allait reprendre la parole mais n'eut pas le temps de dire quoi que ce soit que Ludovic leva la main jusqu'à son visage -et aussi son autre main vers le visage de Lisbeth mais ça il préféra l'ignorer-, lui coupant la parole avant de lui-même se lancer dans des explications plus ou moins bancales sur sa relation avec la surveillante, plaidant son innocence et prétextant l'erreur bête.
Ah oui? Que ça?

-Une erreur hein? Tu parles d'une erreur, on peut pas dire que tu y as été particulièrement réticent! grogna Jon presque "dans sa barbe".

Il haussa les épaules, baissant d'un lent geste la main tendue de son ami:

-M'enfin bon, après ce que j'en pense, ce n'est que mon avis n'est-ce pas? Mmmh? Et puis, si vous voulez que je vous laisse tant qu'on y est, vous n'avez qu'à demander! Vous allez discuter un moment apparemm...

Jon se stoppa brutalement dans son discours, son visage jusque là fermé comme une huître s'ouvrant soudainement alors que ses yeux s'écarquillèrent alors qu'il se rendait compte de l'évidence, ce qu'il pensait et disait depuis plusieurs minutes.
Son regard passa vivement de Ludovic, à Lisbeth, puis revint sur Ludovic avant de l'observer de haut en bas... Oui, c'était son Ludo', qu'en était-il de la femme à ses côtés?
Il l'observa aussi attentivement, sa bouche s'ouvrant lentement -à moins que sa machoire se décrochait petit à petit?-, non, elle était bien en chaire et en os... Quoi que...
D'une main hésitante, l'astronome toucha du bout de l'index le bras de la séductrice, la poussa légèrement avant de ramener sa main pudiquement à lui... Non, là aussi, bien réelle.

Il releva son regard interloqué, et très certainement choqué, sur son vieil ami, avant de débiter quelques mots à une vitesse étonnante:

-Nooon! Non non non! J'y crois pas! C'est pas possible tu...

Pause.
Soupir.
Respiration.
On reprend.

-Ne me dit pas que vous vous fréquentez...? Ne me dit pas que tu la... Que vous avez une liaison? Avec elle?

Avec... Lisbeth Richards? Cette... démone sans coeur? Elle qui devait draguer tout ce qui bougeait et changer de partenaire aussi souvent que de paire de chaussures? Elle... Et lui?! Etait-il seuleement au courant de qui elle était? Lui, il n'y avait pas plus sensible quand on creusait un peu! Ce n'était sûrement pas la chance qui l'avait poussé dans les bras de cette ex joueuse de Quidditch trop pompeuse! Et si elle le laissait tomber comme beaucoup -du moins il l'imaginait-, Ludovic mettrait un temps fou à s'en remettre...!

-Mais dans quoi es-tu encore allé te fourrer...?! lâcha finlament Jon en un souffle, presque trop bas pour être audible.


codage par whatsername. sur Libre Graph'


Costume de Jon~
Spoiler:
 

___




We all change when you think about it. We're all different all through our lives. And that's okay, that's good. You've got to keeping moving. As long as you remember all the people that you used to be. I will not forget one line of this, not one day. I swear.


whatsername
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2101
Date d'inscription : 23/03/2014
Multicomptes : Myria G. & Andréa O. & Siobhàn J.
Caracteristique : Luxure de la Confrérie
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeSam 14 Fév - 3:38



Ainsi, Jon était le meilleur ami de Ludovic ? Oui, le nom lui rappelait quelque chose. Elle tenterait de ne pas l'oublier cette fois. Il n'avait pas l'air très amical et elle se demandait si c'était à cause du fait qu'il ne voulait pas partager le temps libre de son ami. Ou peut-être qu'il n'était pas au courant et pensait vraiment qu'elle s'incrustait sans raisons ? Il avait l'air presque choqué qu'elle insiste sur la question mais, après tout, c'était bien normal qu'elle cherche à savoir pour quelles raisons elle avait été ainsi évincée.

Elle fixait ses yeux, pour ne pas s'égarer ailleurs et tenter de comprendre quelles pensées agitait le sorcier. Elle remarqua qu'il chercha le regard de Jon, qui ne semblait pas particulièrement disposé à l'aider à se sortir de là. Puis, les gestes du français devinrent de plus en plus erratiques, elle avait remarqué que ce genre de choses arrivait lorsqu'il était en situation de stress. Et bien qu'il stresse donc ! Il finit par de nouveau poser les yeux sur elle et finit par parvenir à faire sortir des mots. Il leva les mains devant leurs visages, comme un policier qui demanderait aux voitures d'attendre leur tour. Il entama ses explications avec une cadence assez rapide, avait-il hâte que ça se termine ? En tout cas, le contenu était décevant. Elle ne voyait pas exactement comment on pouvait danser "par erreur" avec quelqu'un, pour commencer. Honnêtement, il n'avait même pas l'air convaincu lui même par ce qu'il disait. Elle allait lui répondre quelque chose, elle ne savait pas encore quoi exactement, mais Sherlock marmonna quelque chose qui ne lui échappa pas. Visiblement, il savait des choses qu'elle ignorait et qui contredisaient assez le discours de Ludovic. Après avoir jeté un bref coup d’œil au détective, elle reporta son regard vers le français, encore plus froide qu'auparavant, si c'était possible.

« D'ailleurs, tu as déjà embrassé quelqu'un sans que ça commence par une chose en entraînant une autre ? » Cette question n'attendait pas vraiment une réponse. Il y avait du sarcasme dans sa voix et quiconque d'un peu attentif pourrait s'en rendre compte. Oui, parce que c'était un peu absurde tout de même. Ce n'était pas comme si on notait un baiser dans un agenda avant les faits. D'une main, elle tenait toujours son verre à moitié vide. Son autre poing était serré à s'en faire blanchir les phalanges. Jon babilla quelque chose, elle était tellement en colère qu'elle n'écoutait pas vraiment. Il eut néanmoins toute son attention quand il poussa un doigt dans son bras. Il semblait étonné, pourtant, son bras était parfaitement normal. Non, en fait, il s'étonnait qu'il se passe quelque chose entre elle et le professeur de Sortilèges. Bon, visiblement, il n'avait pas pris soin d'informer son meilleur ami. Cela faisait tellement plaisir. « Une liaison secrète, apparemment. » dit-elle en levant les yeux au ciel et en passant sa main libre dans ses cheveux pour l'empêcher d'aller valser dans la mâchoire de quelqu'un. Elle porta son verre à ses lèvres. Si elle voulait garder son calme, il allait falloir qu'elle s'anesthésie un peu.

Robe de Lisbeth:
 

___

Lust ♥ Lisbeth
Well I can taste her on my lips and her kisses burn like fire. And I try to resist her but the pain is my desire.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3968
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeSam 14 Fév - 4:25

Ah, Halloween

A peine le grognement de l'astronome était-il passé de l'autre côté de son menton que Ludovic laissa retomber ses bras en le dévisageant, à moitié furieux à moitié trahit. Il le faisait exprès non ? Il ne voyait pas qu'il était dans la panade ? Pourquoi un coup en traitre comme ça ? Et pourquoi était-il de si mauvaise humeur d'abord ? Lui si joyeux d'habitude, encore plus depuis quelques minutes alors qu'il avait trouvé un moyen de lui casser les pieds, semblait s’être replié sur lui-même comme un veracras depuis que Lisbeth était arrivée à vrai dire, il n'y avait pas fait très attention, mais maintenant qu'il y repensait cela concordait tout à fait. Qu'est-ce qu'il lui prenait ? Il ne l'avait pas élevé de cette façon !

Il fut coupé dans ses reproches en approche par Lisbeth qui lui posait une question tout à fait curieuse.

— Bien sûr que non ! s'empressa-t-il de répondre avant de lever les yeux l'air de consulter le service mémoire qui encombrait sa boite crânienne.

A vrai dire, il n'était pas impossible que ce genre de mésaventures lui soit déjà arrivé dans le passé. Pour être honnête, il en était certain, l'une de ses plus vieilles amies d'enfance, la vélane... en fait, à peu près toutes les vélanes et quelques humaines... plusieurs. Oui, ce n'était pas vraiment la première fois qu'il se retrouvait à embrasser quelqu'un à la suite d'une réaction en chaine indépendante de sa volonté. Réalisant qu'il devait avoir l'air très suspect à réfléchir de cette façon à ce genre de question il baissa les yeux vers Lisbeth pour se justifier un peu.

— Pas depuis des années en tout cas, je te promets. Oui, c'était faux, son compteur avait été remis à jour quelques minutes plus tôt. Enfin pas depuis que je te connais et je n'aurais jamais voulu te faire quelque chose comme ça Et ça c'était vrai, même s'il l'avait fait.

La situation devenait de plus en plus compliquée, ses univers se percutaient. Voilà ce qui se passe lorsqu'on se décide à participer aux mondanités avec un lourd passif. Jon venait de réaliser qu'entre le français et la métamorphomage il y avait un plus qu'une simple connaissance de vue et Ludovic tourna la tête vers lui pour le foudroyé des yeux. Incroyable comme il avait l'impression que l'ancien Poufsouffle ne le pensait pas capable de fréquenter des femmes. C'était vexant à la fin ! Il n'eut pas le temps de s’apitoyer ou de protester que la jeune femme renchérit. Liaison secrète, tension palpable, cela virait au drame et il commençait à voir venir les prémices d'une migraine, heureusement - et pour une raison qui lui échappait complétement - il était malgré tout assez détendu pour que ce genre d'histoire n'aggrave pas plus la situation. Il leva encore une main, pareil à un élève qui demande la parole.

— Non, ce n'est pas ce que tu crois, fit-il à Lisbeth avant de tourner la tête vers Jon. Si je ne t'ai rien dit c'est parce que je savais pertinemment que tu n'allais pas me lâcher à ce sujet et je voulais juste... Oui, le garder pour moi. Il avait bien le droit d'avoir un coin de jardin secret sans ronces ni orties, non ? Je trouve que c'est moins compliqué comme ça Poursuivit-il, s'adressant de nouveau à Lisbeth. La plupart du temps. J'aurais fini par lui dire, je voulais juste attendre le bon moment. Même si elle n'en avait sans doute rien à faire, autant que quelqu'un le sache.

Jon lâcha finalement quelques mots sur un ton tellement bas que Ludovic n'y aurait peut-être pas fait attention si ses sens n'étaient pas en alerte rouge pour essayer de lui sauver la vie, la face... quelque chose comme ça. Il tourna la tête vers l'astronome et répliqua sur un ton un tout petit peu plus élevé.

— M'en parle pas. Réflexe, pas vraiment le moment d'avoir des réflexes dans ce genre là et si Lisbeth le prenait mal ? Il se tourna vers elle. Je suis désolé, je ne sais pas comment je fais, il n'y a que moi pour me mettre dans des situations comme ça. Si tu veux m'en mettre une, je comprendrais tout à fait.

Et sur ce, il grimaça, espérant réussir à accompagner la gifle pour limiter les dégâts.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

___

Notre intellect est vain
Pour tout ce qui est proche ou présent ; et si nul ne vient nous parler, nous ignorons tout de l'état humain.
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1575
Date d'inscription : 18/10/2014
Multicomptes : Linda Oswin
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeDim 15 Fév - 2:25





THIS IS HALLOWEEN!




Jon ne manqua pas de remarquer le regard noir, a la fois de stupeur et de colère que lui lança son vieil ami suite à sa remarque. Il l'enfonçait, oui, effectivement. Est-ce qu'il s'en rendait compte? Évidemment, il n'était pas idiot. Mais alors pourquoi continuer? Pourquoi ternir cette soirée alors que lui-même s'était défendu de continuer sur une mauvaise route qui pouvait gâcher cette exceptionnelle soirée?
La réponse était simple. Très simple même, et là, ce n'était ni la jalousie ou la possessivité qui lui faisaient dire de telles choses, mais bien autre chose. Quelque chose de plus fort que l'on appelle couramment la loyauté. L'altruisme, l'entre-aide, et surtout, surtout... L'amitié.
[size=1]Maintenant je défends a quiconque d'imaginer une autre fin a cette phrase, merci![/sisze]
Parce qu'il avait remarqué un autre détail, un détail plus important encore, et qui sautait d'autant plus aux yeux suite aux phrases suivantes de Ludovic, ne faisant qu'attrister un peu plus le regard apparemment dur de l'astronome. Mais ce n'était qu'une apparence.
Car derrière ce voile, il se doutait que cela n'allais pas être facile, pour Ludovic, déjà d'apprendre que cette femme qu'il croyait connaître n'était sûrement pas celle qu'elle prétendait, mais en écoutant ses paroles, voyant ses gestes et son regard, son ton désolé... Il ne mit pas longtemps a comprendre que finalement, il y tenait, à cette Lisbeth. Il s'y était même attaché, et peut-être avait-il finit par l'aimer.
Il était allé loin, normal, Ludovic s'emballait toujours très vite du côté de ses émotions, et a ce moment la, le jeune père ne craignait que la chute n'en soit que plus rude.

Cela aurait put être n'importe quelle autre femme, une grosse, une mince, une grande ou une petite, chauve ou poilue, avec des canines ou bien une tendance a trop acheter de biscuits canins, il n'aurait rien dit! Enfin, rien a part ses habituelles taquineries, s'ils étaient bien assortis ou pas, ou encore sur leurs goûts personnels... "Allons ma jolie, vous n'avez pas choisis le meilleur modèle, je suis sûre que chez lui il y a quelques défauts que vous ne supportez pas hein? Mais c'est bien pour ça qu'on l'aime, not' Ludo', pas vrai?" ... Il était plutôt doué pour ça. Mais Lisbeth n'était pas comme ça!
Il avait beau l'aimer, lui; elle, elle devait sans doute l'apprécier autant que son premier sort jeté ! Et encore! Qui sait combien d'amants elle avait encore? Douze? Vingt? Cent? La moitié de l'Angleterre?!
Alors oui, il dramatisait, comme toujours me direz vous, mais simplement parce qu'il ne craignait qu'en découvrant la vérité, son ami en sorte brisé. Était-ce seulement déjà arrivé depuis l'accident de... D'Hesper? Est-ce qu'a force de subir déception sur déception, il l'air finir par arrêter tout simplement quiconque autour de lui?

Jon fronça légèrement les sourcils, enfin, ce qui était sûrement censé être des sourcils, alors que son regard s'adoucit légèrement, moins dur, pour se poser sur son vieil ami, puis sur la femme et de revenir sur le français.
De toute façon, ce n'était certainement pas de cette façon qu'il devait s'y prendre s'il voulait "décrocher" le français de la jeune femme. Ludovic n'était pas... Quelqu'un qui respectait les règles. On lui accrochait une laisse, sa seule envie? Tirer dessus pour aller dix centimètres plus loin que l'espace disponible.
S'il essayait de l'empêcher de voir ou de bien s'entendre avec Lisbeth, ce ne ferait qu'aggraver son cas. Alors comme d'habitude, il devrait le conseiller, le mettre en garde, faisait par ailleurs attention a ne pas le braquer le moins du monde.
Et c'est pour ça qu'il commença par un regard.
Un de ses regards pesants, lourds de sens, d'émotions et de conseils, un de ces regards dont il était le seul a avoir le secret, a la fois si dur et si... Si triste.
Mais cela ne dura qu'une seconde avant qu'il ne baisse sa tête, ne soupire, et retourne son attention vers Lisbeth, la fixant de toute sa hauteur sans agressivité, juste avec une distance inhabituelle pour l'homme qu'il était, avant de simplement lancer:

-Et puis franchement, quelle importance?

Il eut un rictus presque moqueur: oui, c'est lui qui disait ça, mais pour le moment, sa curiosité personnelle devait être mise de côté s'il voulait tenter d'aider un tant soit peu son ami dans son bourbier -auquel, rappelons le, il avait grandement contribué-.

-Nan, mais... je veux dire par là que il a bien le droit de danser avec quelqu'un non? Que ce soit de sa faute ou pas, vous n'êtes pas en couple je crois, non, sinon Ludo' aurait sûrement réagis différemment, donc vous n'êtes pas en couple. Il n'a pas réellement de comptes a vous rendre donc, et puis, vous ne connaissez pas Oswin, pas méchante hein, pas mauvaise non plus, quoi qu'un peu effrayante, mais c'est une traqueuse hors pair j'ai l'impression, enfin du moins pour ce qu'il s'agit de notre Ludo'.

Jon se pencha ensuite légèrement vers Lisbeth, plaçant sa main devant sa bouche comme pour lui confier un secret, avant de murmurer, faussement amusé :

-Vous devez savoir ce que c'est, vous, non? N'est-il pas un amuse-gueule tout a fait charmant?

Il se redressa, toujours ce même air étrange au visage, d'ailleurs assez fier de sa petite phrase. Amuse-gueule, simplement par sa carrure, fin, comparable a une allumette, mais de ce qu'il savait de la jeune femme, ce simple mot pouvait aussi se voir dans un tour autre sens. Ainsi, elle même déciderait de quelle façon elle devait le voir: comme un ami trop expansif, ou bien tout simplement, un ennemi.

-Et croyez moi, il doit avoir beaucoup de respect pour vous, voir même plus que ça, qui sait? Peut-être que si vous lui laissiez une chance, au lieu de venir le surprendre par dessus son épaule a chaque fois qu'il se montre poli envers quelqu'un du "beau sexe", vous pourriez avoir... Quelque chose de plus qu'une "liaison secrète".

Un discret sourire etira les fines lèvres de l'ancien Poufsouffle qui ne quitta pas la jeune femme des yeux. Il lui laissait une chance. Pour Halloween. Pour Ludovic. Mais si elle la gâchait, et bien cette fois, il ne viendrait pas recoller les morceaux, pas pour elle en tout cas.
Car pour Ludovic, il faudrait un cataclysme pour qu'il ne soit pas la pour lui au bon moment.

-Et puis bon, reprit-il alors soudainement sur un ton beaucoup plus railleur, beaucoup plus Jonesque et amusé que jusqu'à présent, il commence a se faire vieux mine de rien! Faudrait qu'il se trouve une gentille et jolie femme avant qu'il devienne aussi attrayant qu'un cadavre en putréfaction! N'est-ce pas?

Et sur la fin de sa phrase, malgré son ton a nouveau faussement joyeux plutôt bien réussi, il lança a nouveau un regard au français. Plus calme, plus léger, mais toujours ce même avertissement:

"Si elle te plaît vraiment... Vas-y, vas voir cette femme pire qu'une succube tentatrice d'hommes qui... Enfin bon, vas-y, mais je t'en pris, fais attention."


codage par whatsername. sur Libre Graph'


Costume de Jon~
Spoiler:
 

___




We all change when you think about it. We're all different all through our lives. And that's okay, that's good. You've got to keeping moving. As long as you remember all the people that you used to be. I will not forget one line of this, not one day. I swear.


whatsername
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2101
Date d'inscription : 23/03/2014
Multicomptes : Myria G. & Andréa O. & Siobhàn J.
Caracteristique : Luxure de la Confrérie
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeDim 15 Fév - 4:33



Ludovic s'empressa de nier. Presque par réflexe, il lui avait semblé, puisqu'elle n'attendait pas de réponse à sa question. Elle voulait juste lui faire réfléchir à l'absurdité de ses paroles. Elle haussa d'ailleurs un sourcil, étonnée qu'autant de temps lui soit nécessaire pour s'assurer qu'il n'avait pas dit n'importe quoi. C'était du joli, pour quelqu'un qui se prétendait honnête. Lorsqu'il se remit à la regarder, elle se dit que plus il ouvrait la bouche, plus il avait l'air de s'enfoncer. Dans d'autres circonstances, elle s'en serait sans doute amusée. Quand Sherlock fit la brillante déduction qu'ils se fréquentaient, elle leva les yeux au ciel en lâchant un commentaire sarcastique avant de boire un coup. Elle le méritait largement.

La remarque sur la liaison secrète sembla faire son effet, puisque Ludovic se sentit de nouveau obligé de se justifier. Apparemment, il n'en avait pas parlé pour ne pas se faire harceler sur le sujet. Vu la façon dont Jon réagissait, elle comprenait assez. Ce n'était pas pour autant agréable d'avoir l'impression d'être poussée dans un placard pour ne pas interférer avec le reste de sa vie. Enfin. Elle souriait, un peu, mais il y avait de la déception et un peu de tristesse dans ses yeux. Ce n'était pas la première fois non plus qu'on ne racontait pas qu'on l'avait rencontrée. Elle entendit à peine la remarque du détective et la comprit encore moins.

Ludovic avoua en quelques sortes que ces situations lui arrivaient régulièrement. Et il avait bien deviné. Elle avait envie de lui en mettre une qui lui ferait avoir mal en mâchant pendant une bonne semaine. C'était qu'elle avait de la force, la jeune femme. Mais elle n'en fit rien. C'aurait été trop facile. Surtout si il s'y attendait.

Et bien, beaucoup d'importance. Pour elle en tout cas et pour la femme relativement respectable qu'elle prétendait être. Jon soulevait un point délicat. Étaient-ils en couple ou pas ? Elle n'en savait rien. Ils s'étaient quittés sur un baiser. Pour elle, c'était tout ce qu'il lui fallait pour savoir qu'il y avait quelque chose mais il ne pensait peut-être pas de la même façon. Surtout si il était du genre à prêter ses lèvres à toutes les occasions. Bon, elle le faisait bien. Ce n'était pas la même chose. Elle avait beau papillonner un peu partout, elle s'attachait à tout ceux qu'elle rencontrait. Amoureuse du monde entier, si on voulait être un peu poète, fuyant avant que ça ne devienne trop douloureux quand elle finira par être oubliée. Elle savait que les gens normaux ne pensait pas comme ça. Il y avait des paires à respecter. Le meilleur ami avait raison. Si Ludovic avait considéré qu'ils étaient ensemble, il n'aurait pas réagit comme ça. Lisbeth ne comprit pas trop le blabla à propos de Oswin qui devait être la jeune femme avec qui il avait dansé. Avec la langue, donc.

En tout cas, elle fixait Jon étrangement, avec un air partagé entre l'agacement et l'envie de savoir où il voulait en venir, exactement. Surtout qu'il enchaînait tellement vite qu'elle n'avait pas trop le temps d'en placer une. Quand il se pencha vers elle, ses yeux s'écarquillèrent un peu. Elle n'avait pas l'habitude qu'on entre dans son espace personnel sans son accord. Surtout qu'elle le donnait souvent, alors que ça arrive l'une des rares fois où elle ne le voulait pas, c'était vraiment bizarre. Surtout qu'il était fort maniéré et qu'elle n'aimait pas être déstabilisée comme ça. Elle sourit, d'un de ses sourires mal à l'aise qu'on offre à une tante qui nous aurait donné un cadeau vraiment déplacé pour Noël. Son regard glissa tout de même rapidement sur le professeur de Sortilèges, ce qu'elle s'était abstenue de faire jusque là. Elle fixa Jon et lui dit, sur le ton de la confidence, puisque cela semblait être le jeu qu'il voulait jouer :

« Je suis sûre que dans une telle tenue, il n'aurait aucun problème à avoir d'autres "danses". »

Un compliment et un reproche, mêlé ensemble dans un petit paquet avec un nœud sur le dessus. Sherlock s’éloigna et elle ne put s'empêcher de se détendre un peu. Il continua son discours étrange, cependant. Avec le stress, la jalousie et la colère, l'énergie en elle devait finir par sortir d'une manière ou d'une autre. Ce qui arriva quand elle étouffa un rire alors qu'il résumait très succinctement, ce qu'il venait de se passer. Poli ? C'était comme ça qu'il décrivait la situation ? Cela pouvait paraître déplacé, alors elle expliqua, un sourire incontrôlable accroché à son visage :

« Si être "poli" implique un échange de salive, il fallait me le dire plus tôt. J'ai dû être incroyablement discourtoise pendant une grande partie de ma vie. » dit-elle en portant une nouvelle fois son verre à sa bouche. Et voilà. Il était vide. Merlin. Le whisky l'abandonnait quand elle avait si besoin de lui. Sherlock sembla enfin arrêter d'être aussi... quoi ? Jugeant ? Passif-agressif ? Elle ne savait pas. Mais il l'était moins. Il plaisanta un peu, tournant son ami en dérision sur son âge "avancé". Elle prit un air tracassé avant de répondre :

« Je m'inquiète pour lui aussi. C'est pour ça que j'ai demandé à Anthony de m'inviter d'ailleurs, j'ai eu peur que sa vue ait baissé et qu'il ne parvienne pas à lire ma lettre. » Elle avait dit ça en lançant brièvement un regard au bibliothécaire, étrangement toujours au buffet. Oui, elle faisait des apartés avec Jon. Vu le nombre de discours qu'il venait de lui infliger, c'était de bonne guerre.

Robe de Lisbeth:
 

___

Lust ♥ Lisbeth
Well I can taste her on my lips and her kisses burn like fire. And I try to resist her but the pain is my desire.


Dernière édition par Lisbeth Richards le Mar 1 Sep - 2:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3968
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeDim 15 Fév - 21:14

Ah, Halloween

Ludovic attendit, attendit... la baffe ne semblait pas venir. Il finit par détendre son visage et adressa un sourire crispé à la jeune femme, cherchant à toute allure quelque chose à ajouter, il la regardait tant et si bien que l'expression de Jon lui échappa complétement, mais pas sa réplique. Il tourna vivement la tête vers l'astronome, interloqué. Qu'est-ce qu'il comptait faire encore ? L'enfoncer un peu plus ? L'aider ? Il se décomposa un peu en entendant la suite, même si une part de lui était d'accord. Il n'avait rien fait de mal à la base, il avait juste invité quelqu'un à danser, ce n'était pas de sa faute si ça avait mal tourné... enfin mal... tourné... Jon l'embrouillait ! Et puis d'abord Oswin ? Gentille ? N'importe quoi. Il aurait mieux fait de se taire avant d'en rajouter une couche et de se couvrir de ridicule par la même occasion. Il soupira, agacé, il ne pouvait pas se taire à la fin ? Le français fronça les sourcils, sans se décider de la façon dont il devait prendre ce que son vieil ami racontait. En couple ou pas ? C'était une bonne question. Il faudrait trouver un dictionnaire pour voir si la définition concordait avec ce qu'ils étaient en ce moment.

Sa réflexion toujours gâchée par Jon, enfin sa tête en locurence, qui s'approcha de la métamorphomage. Qu'est-ce qu'il leur voulait encore ? Ludovic écarquilla les yeux. Un amuse-gueule ? Quoi ?! La suite fut tout aussi déstabilisante. Il tourna le chef vers Lisbeth et la détailla de haut en bas. Comment ça habillé comme ça ? Il fut incapable de retenir un sourire. Elle n'était pas mal non plus, du tout. Le début avait plutôt bien commencé, quelques compliments à son sujet, le respect, le conseil de lui laisser une chance et puis le faux espoir retomba sur ce simple mot "poli". Qu'elle catastrophe.

Ludovic entendit un petit rire. Il tourna la tête vers la jeune femme avant de regarder Jon de nouveau, agacé par le comportement de son vieil ami. Lisbeth avait raison, c'était n'importe quoi. Pourtant le français sentit un frisson désagréable lui glacer la nuque. La fin de ce monologue sentait étrangement le sous-entendu et cette façon qu'il avait de fixer l'anglaise, tout à fait étrange. L'ébouriffé regarda l'un et l'autre, qu'est-ce qu'ils lui cachaient ? D'où est-ce que Jon la connaissait ? Pourquoi avait-il la désagréable impression de se faire infantiliser ? L'astronome n'en dit pas plus, reprenant son habituelle légèreté et Ludovic eut bientôt d'autres priorités quand Lisbeth renchérit. Il leva les yeux au ciel. Comment ça un cadavre ? Comment ça la vue basse ? Et elle était venue avec qui ? Il regarda le buffet. Jorgen, le bibliothécaire. Ah oui... le bibliothécaire. Il se racla la gorge, oui... bon.

— Je t'assure que j'ai fait de mon mieux pour essayer de te prévenir, se défendit-il. J'ai eu quelques empêchements il y a une semaine ou deux, il lança un regard assassin à Jon avant de se tourner de nouveau vers Lisbeth. Le courrier n'a pas suivit et je n'avais pas ton adresse pour t'envoyer un hibou. Tu... enfin j'aurais dut trouver un moyen de t'inviter, désolé encore. Il hésita une seconde à lui prendre la main, un peu tôt sans doute, et préféra finalement glisser les siennes dans ses poches. Tu es magnifique.

Jon pouvait dire ou faire ce qu'il voulait, ça lui était bien égal à ce moment là.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

___

Notre intellect est vain
Pour tout ce qui est proche ou présent ; et si nul ne vient nous parler, nous ignorons tout de l'état humain.
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Caleb × Je ne mord pas, sauf pendant la pleine lune ~
Caleb L. White

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2569
Date d'inscription : 15/03/2014
Multicomptes : Féli' et Nath'
Caracteristique : Batteur dans l'équipe de Quidditch.
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeMar 17 Fév - 6:08

Lorsque Luka me dit qu'elle me pardonnerait après quelques verres. Si seulement ils voulaient bien être alcoolisé. Bon j'avais ramener des bierraubeurre, c'était légèrement alcoolisé mais pas trop. Je souriais et je bu une gorgée après qu'elle ait prit son verre. Puis elle dit que c'était histoire de montrer l'exemple et qu'une vieille folle qui voulait être la seule a être habillée comme un homme. Je n'avais pas besoin de nom pour savoir de qui elle parlait. Je suivis le regard de Luka et j'observais Alice en compagnie d'une Serpentard, Félicia, celle qui dessinait super bien. Une amie de Luka.

Je reportais mon regard sur Luka tout en lui disant que ça lui allait bien. Et je souriais doucement en voyant ses joues un peu rose, mon compliment était apprécier, tant mieux. Elle me remercia et me dit que j'étais pas trop mal non plus, et qu'elle avait de la chance de m'avoir comme cavalier.

« Et moi j'ai de la chance de t'avoir comme cavalière. » Répondis-je en souriant avant de lui rendre le baiser sur la joue. Je bu encore une gorgée tout en jetant un coup d’œil aux alentours. Des profs. D'autres élèves. Remus. Luka qui demandait si je voulais aller le voir. Hum ? Je haussais un sourcil et j'observais rapidement Remus avant de secouer la tête. « Peut être plus tard. » Répondis-je en reportant mon regard sur Luka et je lui souriait. J'avais repérer Aaron et Kennedy, mais je ne dis rien. Puis, alors que je jetais a nouveau un coup d’œil je repérais Jane près de Remus et Lux. Hum. Je soupirais un peu et je détournais le regard avant de terminer mon verre de Bierraubeurre.

« Ça te dirais de danser ? » Demandais-je. Après tout c'était un bal, non ? Rester assit là aux tables, ça le faisait pas vraiment.

[Désolée pour le temps Tables - Page 2 999640203 mais bon certaines personnes savent pourquoi j'ai mit autant de temps]

___

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1575
Date d'inscription : 18/10/2014
Multicomptes : Linda Oswin
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeMer 18 Fév - 23:13





THIS IS HALLOWEEN!





Il se passa un temps pendant lequel la sentence de la jeune femme se fit attendre, planant au dessus de la tête des deux hommes telle une épée de Damoclès prête a s'abattre sur leurs nuques dénudées a tout moment. Jon avait défendu son vieil ami, usant de sa qualité et de son défaut principal -l'eloquence- pour tenter quelque chose, et cette fois, soit ils s'en sortaient tous les deux, indemnes et sans séquelles psychologiques, soit ils coulaient ensembles, et là, ils allaient souffrir un bon moment.
Oh oui... Cette éloquence, cette fameuse éloquence qui plus d'une fois l'avait fourré dans des situations improbables autant qu'elle avait pût le sortir de problèmes inconcevables. Ses mots, ses chers mots...!
Pourquoi accorder une telle importance a la parole? Simple, la question pouvait paraitre tordue, mais en vérité la réponse s'imposait d'elle même: ils étaient ses seules armes.
Il n'avait aucune aptitude au combat, que ce soit au corps-à-corps, ou encore en duel magique contrairement a Ludovic qui était probablement un lion dans ce domaine. Il n'avait ni charisme particulier, ou aura impressionnante qui pouvait simplement persuader le plus fort des hommes lorsque l'on tonnait d'une voix grave et roulante un ordre ou un conseil des plus judicieux. Il n'était pas non plus l'un de ses vieux sages respectés que l'on écoutait attentivement, non. Lui, il devait se démarquer, se faire entendre, et lorsqu'enfin on lui laissait quelques minutes pour s'exprimer, réussir a convaincre le mieux possible, a faire changer d'avis rapidement, ou encore a adoucir une situation épineuse.
Comme celle dans laquelle il se trouvait a ce moment.

Lisbeth lâcha finalement sa réaction, avant de plonger a nouveau ses lèvres dans l'alcool avec ce petit air suffisant qui donnait la migraine. Franchement, elle était toujours sobre après cela?
Un sourire un peu timide, peut-être même un peu charmeur pour certaine jeunes femmes, prit place sur le visage de l'astronome, qui se contenta d'hocher la tête alors que toute la pression qu'il s'était lui même mise s'envolait petit a petit.

-Oh oui, c'est sur qu'il pourrait en avoir bien d'autres, mais cela ne tient qu'a lui de n'en vouloir plus qu'une seule, et avec une jeune femme précise.

Entremetteur? Oui, peut-être. A contre-coeur en tout cas.
Aider Ludovic se réconcilier a cette sorcière... Franchement, il n'aurait pas cru devoir le faire une jour. Mais il était avant tout son ami, et il avait beau le prévenir, crier interieurement pour qu'il fasse attention, il devait l'aider avant et pour tout.
... Quel idiot ce Ludovic...!
Alors c'est vrai, il se prenait quasiment toutes les reproches de tout le monde dans la figure, en l'occurrence Lisbeth, mais au vu de tout ce que le français avait d'ores et déjà accompli pour lui, ce n'était sûrement pas de servir de punching-ball vivant qui allait le gêner. Il ferait passer ses impressions après, voilà tout.

-Je ne parlais pas de ça, j'espère que vous le saviez! Non! Ça, ce n'est pas de la "politesse", mais aller discuter avec quelqu'un, là, oui! Ça relève de la politesse. Après, vous aviez bien vu non?  Ce qu'il s'est passé, Ludo' s'est fait rageusement sauter dessus par la surveillante, Oswims. En même temps avec une tenue pareille, puis après il vient se plaindre en plaidant innocent! Quel entêté celui-là !

Nouveau sourire, légèrement plus affirmé celui-là, bien que sonnant toujours assez... Faux.
Il mentait bien, habituellement... Enfin... Non, oubliez, il mentait aussi bien qu'une cruche d'eau, mais disons simplement que lorsqu'il usait de son éloquence, il arrivait aisément à paraître enthousiaste, mais là, la petite graine d'inquiétude avait réussit a germer, et il lui faudrait sûrement du temps avant de réussir a l'assimiler, et de faire avec.
Jon acquisca lorsque la jeune femme commenta la vision du français, français qui d'ailleurs, vu son caractère habituel, devait se ronger les freins de devoir laisser son ami parler et agir sans pouvoir rien faire, et a peine eut-il ouvert la bouche pour répliquer quelque chose que Ludovic reprit enfin la parole, lâchant un flot d'excuses qui l'incluait plus ou moins, avant de finir, presque gêné, sur un timide compliment pour celle qui avait faillit devenir sa cavalière.

Et bien... Tout allait bien, la situation s'était calmée, grâce a lui quelque part. Mais était-ce vraiment si compliqué que cela?
Quoi qu'il en soit, les deux semblaient pouvoir se retrouver calmement sans s'arracher les yeux, et entre un ami et sa petite amie... Il n'y avait que rarement la place pour le meilleur ami, et ça, Jon le savait bien.

-Et bien, je pense que je vais vous laisser...! déclara peut-être un peu maladroitement l'astronome en se frottant les mains, comme pour se les réchauffer un peu. Vous semblez avoir beaucoup de choses a dire alors je vais... Vous... Vous laisser, oui.

Il observa une dernière fois tour a tour ses deux interlocuteurs, de ce regard qui se voulait heureux pour les autres, mais irrémédiablement triste au final. Qu'est-ce qu'il allait se passer ?
Rien, sûrement rien, il l'espérait. Cela aurait probablement été plus prudent pour Ludovic, mais l'heure n'était pas a penser a cela.

-Et bien, bonne soirée a vous deux. Et bon Halloween...!

Et sans un mot de plus, il se retourna, le regard déjà dans le vague alors qu'il s'éloignait d'un pas lent mais avec de grandes enjambées, réfléchissant d'un côté à qui il pouvait aller embêter, et de l'autre, ce que Lisbeth voulait réellement a son ami.


codage par whatsername. sur Libre Graph'


Costume de Jon~
Spoiler:
 

___




We all change when you think about it. We're all different all through our lives. And that's okay, that's good. You've got to keeping moving. As long as you remember all the people that you used to be. I will not forget one line of this, not one day. I swear.


whatsername
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2446
Date d'inscription : 22/02/2011
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeDim 22 Fév - 1:03

Désormais les boissons disponibles au bar sont alcoolisées, prenez en compte dans vos rps ! Souriiiire

___

compte fondateur & mdj - n'envoyez pas de MP Tables - Page 2 999640203
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2110
Date d'inscription : 15/07/2014
Multicomptes : J.B.
Caracteristique : Directrice des Serpentards et professeur de potion
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeDim 22 Fév - 1:57

Une soirée de fêtes
Fin octobre - Event : Bal d'Halloween


La soirée était assez ordinaire pour 'Rian après avoir été en retard parce qu'elle avait oublié le temps en se penchant sur un problème dans un formule alchimique, puis elle avait rejoint Ludovic qui avait fini par la quitter pour aller ailleurs et Aidrian était restée seule à la grande table. Quelques élèves étaient passé et avaient fait la conversation avec elle avant de repartir. Somme tout, Aidrian était restée seule, observant ce qui se passait autour, la plupart des gens semblaient avoir un bon temps.

Puis une gentille boule de poil qu'elle commençait à connaître était venu se frotter contre ses jambes, attirant son attention au sol. Le sourire étirant ses lèvres, Aidrian prit Rhiannon dans ses bras, lui grattant gentiment le cou. Si le chat était là...

« Est-ce que tu es venu ici tout seul? Ou ta maîtresse est dans le coin? »

Mmm... Si Salem était là, ça pourrait égailler sa soirée un peu. Rhiannon miaula avant de sauter de ses bras et filer vers... sa maîtresse. Assise seule plus loin, elle semblait presque aussi seule qu'Aidrian. Le sourire de l'alchimiste s'agrandit et elle se leva pour se diriger vers son amie. Bon, une amie qu'elle aimerait beaucoup développé plus avec, mais cela, elle n'oserait pas se l'avouer ou même en parler. Non, elle allait simplement la rejoindre parce que dans les deux derniers mois, 'Rian avait vraiment appris à l'apprécier, même si elle devait constamment repousser certaines pensées...

Aidrian finit par s'arrêter près de Salem, se penchant près d'elle pour attirer son attention, un grand sourire pendu aux lèvres..

« Tu ne vas pas me faire croire que tu es venue ici sans cavalier? »



HRP : La robe que porte Aidrian est celle en haut dans le 3e cercle, cape inclus.

___

But friendship is precious, not only in the shade, but in the sunshine of life, and thanks to a benevolent arrangement the greater part of life is sunshine.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2003
Date d'inscription : 02/03/2014
Multicomptes : SAR — EJE — KAS — AH — JLW — JAH
Caracteristique : Prefete en Chef & Gardien
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeDim 1 Mar - 12:22

Forcément Luka n'était pas non plus d'une excellente humeur, mais… alors qu'elle portait sa robe et qu'elle tenait la bierraubeurre, aux cotés de Caleb, elle aurait presque pu… Apprecier le moment. Caleb était amical, plutot mignon, et si elle avait été interessée par ces choses la, elle aurait probablement pu avoir plus. Ça ne l'interessait pas. Elle aimait les bras viril qu'il pouvait lui offrir si elle avait besoin d'une etreinte qu'elle ne demanderait jamais. Soit. Il ne voulait pas la quitter. Elle sourit un peu. « Je sais. Des gens auraient tués pour être à ta place. D'autres se satisfont d'une pâle et vieille copie. » Non, elle n'avait pas forcement envie de lacher Alice et Felicia du regard. C'était indécent. Felicia souffrirait, ça lui brisait le coeur. Mais il n'y'avait rien qu'elle ne puisse faire n'est ce pas ?

Et tandis qu'Aaron et Kennedy arrivaient vers les tables, elle grogna d'avantage, Kennedy avait des griffures dans le dos, et vidant son verre d'une traite Luka soupira un peu plus. Caleb tentait de la sortir de la, elle lui sourit doucement.

« Allons y. Sors moi de la. »

Luka. Allait danser. C'était peut être une grande première… Mais elle avait finalement l'habitude. Les grands galas avec sa famille. Les convenances. Presque partie pour profiter de la soirée, elle laissa Caleb la guider, non sans lui demander avant.

« Dis moi que j'ai révé les traces sur le dos de Kennedy ? »

___


but like a stone I'm falling down
Stained, looking at my hands, I talk wit these lines. It's not the answer. I'm crying and now I know looking the sky I search for an answer. So free, free to be. I'm not another liar, I just want to be myself.  I know I live...but like a stone I'm falling down And now the beat inside of me is a sort of a cold breeze, and I've never any feeling inside. Around me.. I know I live...but like a stone I'm falling down (c) badwolf

Revenir en haut Aller en bas
SALEM ▽ Till the landslide brought me down
Salem A. Rembrandt

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2323
Date d'inscription : 16/02/2014
Multicomptes : LVH - EJE - KAS - JAH - JLW - AH -
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeDim 1 Mar - 12:36

Ce n'était pas la grande soirée du siècle, bon, en même temps elle ne s'y était pas attendue non plus. Bref, elle avait acceptée de venir avec Hans, mais Hans n'était nulle part en vue, alors bon… elle était la quand même, et elle s'était assise auprés des tables. Peut être qu'il avait voulu se jouer d'elle, ou peut être que c'était une autre histoire ? Il avait été retardé ? Elle ne savait pas. Ça n'avait pas vraiment d'importance non plus ? Elle était descendue, dans une robe noire et or plutot simple, qu'elle avait achetée lors d'un voyage dans un pays du sud, et elle s'était assise au niveau des tables, regardant un peu les gens qui étaient autour d'elle, sans même les voir vraiment.

Elle était distraite. Mais le groupe jouait bien, et elle se surprenait à secouer un peu la tête en rythme. C'était agréable à écouter. Ça lui plaisait bien. Elle aurait presque pu aller danser mais ça n'était pas vraiment son genre. Non, elle était un peu… distraite. Oui, elle se repetait dans sa tête mais c'était néanmoins la vérité. Elle était distraite.

Une voix lui fit cependant reprendre un peu pieds avec la réalité, tandis qu'elle appercevait la tête noire de Rhiannon et puis un corps beaucoup plus joli que celui des autres étudiants.

« Aidrian ! » Bien sur qu'elle était contente de voir la professeur de potions, elle s'était même levée pour lui tendre la main. Oui, non. Devait elle lui faire la bise ? Elle ne savait pas vraiment, c'était… Enfin. Elle l'intimidait, et une fois intimidée elle ne savait plus trop quoi faire. Enfin, l'autre lui avait posé une question, et il fallait bien y repondre non ?

« Non. Enfin si, je devais en avoir un mais il a du trouver quelque chose de mieux à faire. Pas qu'il soit un cavalier cavalier, je veux dire, il ne me chevauche pas. Et toi ? Tu es venue seule ? » Mais qu'est ce qu'elle racontait ? Oups. Le rouge lui montait un peu aux joues tandis qu'il caressait distraitement son chat.

___


She is like a cat in the dark, and the she is the darkness; she rules her life like a fine skylark and when the sky is starless. All your life you've never seen a woman taken by the wind Would you stay id she promised you heaven? Will you ever win ? She rings like a bell through the night; And wouldn't you love to love her? She rules her life like a bird in flight... And who will be her lover?     RHIANNON ♦️
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2110
Date d'inscription : 15/07/2014
Multicomptes : J.B.
Caracteristique : Directrice des Serpentards et professeur de potion
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeDim 1 Mar - 19:52

Une soirée de fêtes
Fin octobre - Event : Bal d'Halloween


Salem était resplendissante ce soir, pas qu'elle ne l'était pas le reste du temps, mais... Cette robe lui allait à ravir. Aidrian était souriante et bien qu'un peu gênée, elle se forçait à approcher la jeune professeure parce qu'elle appréciait sa présence. Oui, bon, il y avait plus que sa présence qu'elle appréciait, mais ça, elle tentait de ne pas y penser. De toute façon, elle n'avait aucune chance avec Salem et malgré tout, elle n'arrivait pas à enlever ses stupides pensées qui lui traversait l'esprit de temps à autre. Enfin, elle y arriverait bien, un jour... Peut-être. Ça serait à voir.

Finalement Salem répondit à la question de l'alchimiste et la réponse la laissa pantoise un petit moment alors qu'elle analysait ce qui avait été dit, clignant simplement des yeux comme réponse. Aidrian s'était habituée aux réponses plutôt... inattendue de la professeure de moldu, mais... Bon, ce n'était pas tous les jours qu'elle disait quelque chose qui pouvait avoir un double sens aussi évident. Finalement au rouge adorable qui teintait le visage de Salem, elle répondit avec un rire avant de se permettre de tirer une chaise près de Salem et de s'y asseoir avec un sourire qui se voulait rassurant, mais qui avait peut-être un petit côté charmeur, totalement involontaire.

« Non, enfin, pas vraiment. Je suis venue avec Ludovic, mais... Je crois qu'il a passé plus de temps avec Jon ou je ne sais qui qu'avec moi. Pas que ça me dérange vraiment, ce n'est qu'un ami et c'était surtout pour les apparences et pas, pas, pas parce qu'on est en couple ou quoi que ce soit comme ça, c'est seulement un ami de longue date, depuis ma première année à Poudlard... » L'alchimiste arrêta de parler, mais qu'est-ce qu'elle racontait? 'Rian avait un peu perdue le fil de ses pensées en regardant Salem qui avait le don de la rendre sans voix ou la faire parler sans arrêt et sans réfléchir. D'ailleurs c'était à son tour de rougir légèrement. Raclement de gorge, changement de sujet, euh, quoi?

« La-la, euh, la soirée te plaît au moins? Les gens semblent s'amuser... » Assez piètre changement. « Et ta robe est très belle. Elle te vas très bien. »

Nouvelle rougeur au visage et un détournement du regard, maudite timidité. Il faisait chaud aussi, non? Ou peut-être que c'était juste Aidrian...


___

But friendship is precious, not only in the shade, but in the sunshine of life, and thanks to a benevolent arrangement the greater part of life is sunshine.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2101
Date d'inscription : 23/03/2014
Multicomptes : Myria G. & Andréa O. & Siobhàn J.
Caracteristique : Luxure de la Confrérie
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeVen 6 Mar - 17:36



Il avait eu des soucis, elle n'allait pas insister là dessus et gâcher la soirée. Il s'était expliqué et c'était oublié. Pour le moment. Oui parce que trébucher sur la bouche de quelqu'un d'autre, elle s'y connaissait assez pour savoir que ça n'arrivait pas comme ça. Il lui fit un compliment et elle lui lança un regard en coin, assorti d'un petit sourire. Sa voix un peu plus douce, un peu plus basse, elle lui répondit :

« Tu n'es pas mal non plus. »

Là dessus, Jon commença à annoncer son départ. Il avait l'air un peu mal à l'aise mais elle ne s'en inquiétait pas plus que ça. Déjà parce qu'elle le connaissait mal et qu'elle pouvait se tromper, mais aussi parce qu'il en était un peu à tenir la chandelle et que c'était normal qu'il préfère trouver quelqu'un d'autre avec qui discuter. Il ne risquait pas de s'ennuyer vu le nombre de personnes présentes.

« Bonne soirée, Jon. » le salua-t-elle gentiment, comme pour mettre fin à cette conversation un peu tendue, avant de reporter son regard sur Ludovic. Maintenant qu'elle n'était plus aussi énervée, elle pouvait se permettre de le trouver attirant, dans son costume adapté au thème de la soirée. Du coup, elle avait l'air un peu banale avec sa robe de soirée. Mais ça pouvait facilement s'arranger. Elle secoua un peu sa crinière, qui se retrouva noir d'ébène décorée d'une large mèche blanche. Un peu plus Halloweenesque.

« J'avais un peu peur d'arriver en costume au cas où ça ne te plairait pas trop. Alors voilà pour compenser. » lâcha-t-elle en souriant pour expliquer son geste. Oui, parce que sinon, ça pouvait sembler un peu sorti de nulle part. Délicatement, elle enroula son bras autour du sien, un peu possessive peut-être, ou pour montre à cette Oswins qu'elle devrait lui passer dessus si elle voulait recommencer. Elle leva les yeux vers lui.

« Alors, un verre ou une danse ? »

Histoire de le laisser décider un peu, le pauvre venait de bien se faire malmener.

Robe de Lisbeth:
 

___

Lust ♥ Lisbeth
Well I can taste her on my lips and her kisses burn like fire. And I try to resist her but the pain is my desire.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1768
Date d'inscription : 19/10/2014
Multicomptes : V.E.B.
Caracteristique : Préfet
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeVen 6 Mar - 20:31

Pouvait-il y avoir quelque instant plus gênant que celui-ci ? A vrai dire, il n’était même pas sûr d’être le plus gêné des trois alors que Jane faisait enfin son apparition. Évidemment, c’était inévitable ; et au fond, dire qu’il ne l’avait pas cherché aurait relevé d’une odieuse hypocrisie. Mais plutôt qu’une quelconque gêne, ce fut la surprise qui marqua aussitôt le visage du jeune sorcier face à sa cavalière dont la crinière dorée avait été remplacée par de douces ondulations brunes bien plus en harmonie avec la robe jaune qu’elle portait ce soir. Elle n’était pas encore près d’eux que son regard passait déjà par-dessus l’épaule de Lux pour la voir arriver. Un manque de tact, et de galanterie, dont il ne se rendait pas compte ... Qui pourrait lui en vouloir, les regards se tournant vers elle sur son passage ? Attirés par cette aura invisible qui la rendait plus éclatante que toute autre.

Oublié l’attente. Il étira un sourire, aussi doux et avenant qu’à son habitude. « Bonsoir Jane, ne t’inquiète pas, je m’en suis douté. » Ou bien aurait-elle pu aussi changer d’avis et lui poser un lapin ; il n’avait pas réalisé tout de suite que la situation pourrait devenir vraiment gênante, voire dérangeante. Il n’espérait pas que les yeux de la McGonagall les épient en jetant des éclairs pour manque de bienséance ... « Tu ne nous déranges pas, nous attendions nos cavaliers respectifs. » Il n’osa pourtant plus poser les yeux sur Lux, craignant ce qu’il pourrait deviner dans ses yeux trop expressifs. Avortant toute discussion, brisant l’ersatz d’intimité qui les baignait dans cette foule, Remus fit mine d’ignorer la lourdeur de l’atmosphère entre lui et la Poufsouffle ; réduisant ces demi-mots vides et ces regards à de la simple attente patiente.  Alors qu’il se levait, il eut l’impression de vaguement piétiner quelque chose. Le cœur de Lux, peut-être, qui sait.

« Tu es magnifique; et surprenante ! » dit-il le plus sincèrement du monde. Tendant une main, il prit entre ses doigts une mèche bouclée s’échappant de son chignon pour mieux en apprécier la couleur. Soupçonnait-elle son faible pour les brunes ? « Cela valait donc le coup de t’attendre un peu. »

Il ne mesurait pas ses mots, plus naturel avec la belle infirmière qu’aucune barrière n’éloignait de lui. Un certain don ayant même tendance à lui en faire oublier quelques unes. Une désagréable sensation lui brûlant la nuque, il laissa retomber sa main et se retourna vers son ... amie dans un sourire un peu moins éclatant. « Je vois que Jace revient ; on se retrouve plus tard ? » Plus poli que tout autre chose, il souhaitait plutôt en réalité s’éloigner d’elle avant ... avant quoi d’ailleurs ? Il n’en savait trop rien, mais il devait rompre cette sensation de malaise qui persistait malgré l’aura ensorcelante de sa charmante cavalière. Une désagréablement sensation de déchirement.

Qu’il ignora, superbement d’un point de vue extérieur alors qu’il tendait son bras à la jeune femme, galant. « Si nous allions chercher un verre ... Princesse ? » la taquina-t-il dans un sourire tendre.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1519
Date d'inscription : 14/09/2014
Multicomptes : APR
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeLun 9 Mar - 16:22





Bien qu’un peu de jalousie l’avait éprise quand elle avait vu Remus et Lux s’échangés un long regard alors qu’elle venait juste d’arrivé, la jeune infirmière avait décidé de mettre ce vilain défaut de côté pour passer une bonne soirée. En plus, il n’avait absolument aucun compte à lui rendre, puisqu’ils n’étaient qu’amis, Remus et elle. Mais la jeune femme savait bien que ce n’était pas réellement vrai de son côté, il y avait plus que de l’amitié pour Remus, il n’en était pas possible autrement. Lorsqu’elle arriva à leurs côtés, le jeune homme lui fit un sourire qui fit chaviré le coeur de la brune d’un soir. Un grand sourire illumina le visage déjà rosit par les regards sur son passage quand il lui annonça qu’ils ne faisaient qu’attendre leurs cavaliers respectifs. Il n’était pas venu avec une autre et il ne la laissait pas nous plus tomber pour une autre demoiselle ! Grandement soulagée, bien qu’elle n’en montra rien, elle entendait son propre coeur tambouriné dans sa poitrine.

Au compliment du jeune homme, les joues de l’assistante infirmière prirent une teinte beaucoup plus rouge. Il la trouvait jolie ! Et encore, jolie ce n’était rien, il avait carrément dit magnifique... Elle se sentait l’âme d’une adolescente face aux drôles de sentiments qui s’éprenaient de la jeune femme quand Remus était dans les parages, quand il l’a regardait, quand il lui parlait et plus encore quand il la touchait. Son coeur s’arrêta un instant quand il avait prit une mèche de ses cheveux entre ses doigts. Il semblait apprécié sa transformation et elle fut encore plus satisfaite du résultat de sa métamorphose. Peut-être devrait-elle garder cette couleur à l’avenir... C’était une question à méditer plus tard.

-Merci beaucoup Remus. Je suis vraiment désolée que tu aies du m’attendre, ce n’est pas du tout dans mes habitudes d’arriver en retard mais si tu avais vu l’état de cette pauvre jeune fille, je ne pouvais décemment pas la laisser dans cet état pour aller au bal.

Elle eut un sourire d’excuse puis, alors qu’il s’adressa à son amie Poufsouffle, elle jeta un regard autour d’elle pour voir qui se trouvait à proximité. Il y avait Luka accompagnée de... Caleb. Très simplement habillé, il était très beau, tout comme sa cavalière. Elle hésita à aller vers lui, pour le saluer, savoir comment il allait depuis la dernière fois qu’ils s’étaient vus mais il s’éloignait déjà des tables vers la piste de danse, sans doute pour y partager un moment avec sa cavalière. Elle reporta alors son attention sur Remus et Lux.

Prenant le bras que son charmant cavalier lui tendait - nouveau saut périlleux de son coeur - Elle lui lança un sourire absolument magnifique quand il lui proposa un verre. Princesse. Jamais personne ne l’avait appelé ainsi.

-Avec grand plaisir. Princesse ? Crois tu vraiment que j’en sois une ?

Elle eut un petit rire en lui jetant un regard malicieux. Elle lui emboita le pas pour aller vers le bar, réellement heureuse d’être à son bras ce soir. Elle avait remarqué qu’un professeur était également venu avec une élève, ce qui la réconforta dans le bien de ce qu’ils faisaient là, tous les deux, ensemble.

-Connais tu le conte moldu de «La Belle et la Bête» ? C’est une très belle histoire... C’est en l’héroïne de ce roman que je me suis déguisée, je trouve qu’on se ressemble beaucoup, elle et moi.

Elle eut un sourire doux, plongeant son regard bleu dans les yeux du rouge et or. Elle serra un peu plus le bras de son cavalier, ses joues toujours rosissantes. Une petite remarque lui vrûlait les lèvres et bien malgré elle, tout comme son don faisait effet autour d’elle, elle ne put que la laisser s’échapper.

-Quand je suis arrivée, j’ai cru que... Que tu m’avais oubliée... Que tu étais venu avec une autre demoiselle, Lux en l'occurrence...

Départ vers le bar 〜



Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3968
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeJeu 12 Mar - 1:17

Ah, Halloween

Le professeur de sortilèges commençait à trouver qu'il y avait un peu trop de sous-entendus entre son vieille ami et la métamorphomage. Qu'est-ce que Jon voulait encore dire par le fait qu'il ne tenait qu'à lui d'avoir plus d'une... danse ? Cela devenait tordu. Il était même sûr qu'il aurait trouvé cela tout aussi tordu en connaissant le sujet de ces allusions à peine voilées. Ou il se trompait ou Jon voulait lui dire quelque chose à propos de Lisbeth. Ludovic détailla la jeune femme du coin de l'oeil. Qu'est-ce que l'astronome pouvait avoir à lui reprocher ? Elle était tout à fait charmante et dans bien des domaines. Certes, un peu moins lorsqu'elle avait dans les yeux sa terrifiante lueur de colère et son envie de claque, mais charmante tout de même, et plus encore. Alors quoi ? Il la trouvait trop jeune peut-être ? Et alors ? Il y avait eut pire, ce n'était pas comme si elle avait eut vingt ans de moins que lui. Il faudrait qu'ils aient une petite conversation.

Il s'apprêtait à corriger son vieil ami qui avait comme fourché sur le nom de la surveillante, mais se retint de justesse. Mieux valait éviter de remettre de l'huile sur le feu. Il se contenta de froncer un sourcil et se désintéressa bien vite de l'ancien Poufsouffle, espérant réussir sans trop de mal à faire de même pour sa dernière partenaire de danse. Heureusement pour lui, le charme de Lisbeth - plutôt sa voix radoucie pour être exact - n'eut pas trop de mal à faire effet. Il lui adressa un fin sourire et ne prit même pas la peine de détourner les yeux de la belle blonde lorsque Sherlock Holmes prit congé sur un ton quelque peu hésitant. A peine lui adressa-t-il un regard et un bref "Bonsoir" lorsqu'il les salua. Il ne réalisa vraiment que son ami partait que lorsque celui-ci commençait à s'éloigner.

Ludovic tourna les yeux vers lui, un peu penaud de s'être comporté comme le dernier des ingrats avec l'agaçant anglais, mais se raisonna bien vite. Ce n'était pas si grave. Ce n'était pas comme s'ils étaient encore enfants, à l'époque où il ne pouvait pas inviter quelqu'un à danser sans prendre le risque d'abandonner un pauvre Poufsouffle tout seul sur sa chaise. Le petit esseulé avait grandit, s'était marié, et son vieil acolyte Serdaigle avait désormais bien le droit de ne penser qu'à lui. Pourtant, Ludovic ne put s'empêcher de culpabiliser. Une fois encore, ce fut Lisbeth qui lui sauva la mise en lui changeant les idées alors qu'elle changeait de couleur de cheveux. Ludovic ne put empêcher un léger frisson de surprise de lui parcourir l'échine. Il avait beau être au courant, les talents de la métamorphomage étaient spectaculaires. Il la regarda avec admiration tandis que la pointe de sa toison blonde finissait de virer au noir profond puis lui adressa un visage tout à fait charmé lorsqu'elle lui expliqua son geste. Ce que Jon pouvait être paranoïaque parfois.

— Je suis un peu vieux jeu pour les soirées comme celle-là, lança-t-il en caressant du bout des doigts l'une des nouvelles mèches brunes juste avant qu'elle ne lui prenne le bras. La robe était déjà magnifique, mais maintenant je ne vais plus te quitter des yeux.

Aidrian ? Jon ? Oswin ? Qu'elle importance ? Comme s'il y avait occasion de se tracasser avec des futilités dans des situations comme celle-là. Il ne prit même pas la peine de réfléchir pour répondre à la question de sa nouvelle cavalière.

— Une danse je pense. C'est le minimum non ?


Pour le verre... il verrait plus tard. Après tout, ce n'était pas comme si McGonagall avait autorisé les bouteilles de whisky au Bar. Il pourrait peut-être boire avec elle sans trop se poser de questions cette fois.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

___

Notre intellect est vain
Pour tout ce qui est proche ou présent ; et si nul ne vient nous parler, nous ignorons tout de l'état humain.
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Caleb × Je ne mord pas, sauf pendant la pleine lune ~
Caleb L. White

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2569
Date d'inscription : 15/03/2014
Multicomptes : Féli' et Nath'
Caracteristique : Batteur dans l'équipe de Quidditch.
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeSam 14 Mar - 3:52

Elle me dit que des gens auraient tués pour être à ma place et je souriais un peu. Et puis elle mentionna que d'autres se satisfaisaient d'une pâle et vieille copie. Pas besoin d'être devin pour savoir de qui elle parlait, vu le regard qu'elle avait lancer a Alice et Félicia. Mais je préférais ne pas m'en mêler, ce n'était pas mes affaires. D'autant plus que je ne connaissais pas plus que ça Félicia. Étant donner qu'elle était a Serpentard je ne pouvais pas la connaître.

Bref. Je proposais a Luka de danser en voyant qu'elle ne semblait pas de très bonne humeur, enfin non plutôt que quelque chose l'avait agacée. Et en plus Jane se trouvait dans le coin, avec Remus. Humph. J'adressais un sourire a Luka alors qu'elle acceptait et je lui prit la main pour l'emmener vers la piste de danse. Traces dans le dos de Kennedy ? Hum... je jetais un rapide coup d’œil a Kennedy. « Je pourrais te le dire. Mais ce serait mentir. » Et je ne lui mentirait pas. « Ne t'occupe pas de ça ce soir. »

Et sans lui laisser le temps de répondre je l'entraînait sur la piste de danse. On était censé être là pour s'amuser. Donc, autant ne pas penser aux choses qui fâchaient n'est-ce pas ?

Départ piste de danse.
Luka je te laisse créer un sujet ?

___

Revenir en haut Aller en bas
SALEM ▽ Till the landslide brought me down
Salem A. Rembrandt

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2323
Date d'inscription : 16/02/2014
Multicomptes : LVH - EJE - KAS - JAH - JLW - AH -
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeDim 29 Mar - 11:51

Dire que Salem était intimidée aurait été un euphemisme. Elle était à la limite de la syncope mentale, ce qui ne voulait pas dire grand chose, mais en tout cas, il fallait reconnaitre que la présence d'Aidrian l'avait perturbée. Au plus haut point vu ce qu'elle venait de dire. Maladroitement. Elle avait juste voulu s'expliquer sur le terme cavalier et aussi dire q'elle était contente de voir Aidrian, et son chat. Oui son chat aussi c'était quelque chose d'important. Elle sourit doucement. Un peu. Elle était perdue, completement perdue, et elle ne savait plus spécialement ce qu'elle disait.

Quoi qu'il en soit, elle soupira de soulagement alors qu'Aidrian s'asseyait a coté d'elle, en lui justififiant qu'elle était venue avec Ludovic et qu'ils n'étaient pas en couple. Salem arqua les sourcils, mais ne réagit pas tout de suite, rougissant doucement au compliment qui venait de servir de changement de sujet.

« Je te remercie. Tu es ravissante dans la tienne aussi. J'aurais pu venir dans une tenue plus classique, mais je voulais faire un effort, je veux dire… Pas que je n'ai souhaité impressioner quelqu'un ou quoi que ce soit c'est juste que.. Enfin, c'est agréable. Mais vraiment. » Pourquoi est ce qu'elle parlait déja. Elle rougit un peu plus. « Alors Ludovic n'est qu'un ami ? » Petite lueur de presque espoir dans ses yeux, puis elle tourna la tête, caressa son chat distraitement et se reprit un peu.

« Est ce que tu veux danser ? Je ne te garantis certes pas que personnen e parle, et ça risque d'en surprendre quelques uns, mais je pense que ça n'est pas vraiment grave. Enfin si tu le veux. Je ne veux pas te forcer ou quoi que ce soit. Je ne sais même pas si tu sais danser et si ce genre de musique se danse, mais… Enfin c'est a toi de voir. » 

Et les rougissements encore. C'était peut être un concours entre les deux à ce stade la.

___


She is like a cat in the dark, and the she is the darkness; she rules her life like a fine skylark and when the sky is starless. All your life you've never seen a woman taken by the wind Would you stay id she promised you heaven? Will you ever win ? She rings like a bell through the night; And wouldn't you love to love her? She rules her life like a bird in flight... And who will be her lover?     RHIANNON ♦️
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2110
Date d'inscription : 15/07/2014
Multicomptes : J.B.
Caracteristique : Directrice des Serpentards et professeur de potion
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeVen 3 Avr - 0:56

Une soirée de fêtes
Fin octobre - Event : Bal d'Halloween


Aidrian avait l'impression de patauger dans les eaux profondes pour tenter de ne pas perdre le fil de ses pensées face à Salem et ses yeux aigue-marines. Elle écoutait et ne manquait pas un mot, même si certains commentaires la faisait sourire et qu'elle devait retenir son rire. Pour l'alchimiste, le malaise de Salem lui passait bien au-dessus de la tête, elle-même aux prise avec sa propre timidité et probablement son manque de connaissance à propos de Salem. La professeure se retrouvait quand même à sourire bêtement simplement parce qu'elle était heureuse que l'aînée Rembrandt accepte de lui parler et faire la conversation. Enfin, 'Rian semblait réussir à peu près à maintenir un semblant de conversation, ou au moins, Salem ne la regardait pas encore étrangement comme si elle venait d'une autre planète.

Aidrian replaça une mèche de cheveux invisible derrière son oreille, un tic nerveux, après tout, elle avait rejoint ses cheveux en une simple tresse française, elle n'avait donc pas de cheveux à replacer. Bref. 'Rian baissa le regard vers le sol, gênée au retour de compliments, ce n'était pas une chose à laquelle elle était habituée, avant de se forcer à relever son regard et présenter un petit sourire timide. Elle voulait faire des efforts pour être sociale, surtout avec Salem.

« Oh, mais ta robe te sied très bien! Tu as fais un très bon choix. C'est très joli. » Euh, qu'est-ce qu'elle racontait? Elle se répétait, non? Raclement de gorge. Alors, euh, Ludovic? « Oui, Ludo n'est qu'un ami, il n'y a aucune chance que ça marche entre nous, même s'il le voulait. C'est un ami de longue date, c'est tout. » Sans vraiment s'en rendre compte, l'alchimiste insistait beaucoup que Ludovic n'était qu'un ami et que surtout ça ne venait pas de lui. Tout comme Jon, mais depuis le début de l'école, Aidrian avait surtout passer du temps avec le professeur de sortilège, rattrapé le temps perdu. Bien sûr, 'Rian était un peu trop prise dans son embarras pour remarquer quoi que ce soit à propos de Salem, que ce soit l'effet qu'elle avait sur la jeune femme ou la petite lueur d'espoir qui sembla traverser son regard.

Puis il sembla y avoir un petit silence avant que Salem ne la surprenne un peu en lui proposant d'aller danser. Danser. Sur une piste avec beaucoup de gens. Aux yeux de tous. Le regard que la professeure de potion lançait à la piste était clairement appréhensif. Elle se sentait rentré dans elle-même avec sa peur du public et presque espérer que la terre l'avale à la simple idée de se diriger sur cette piste bondée. Non, elle n'en serait pas capable et elle tourna son regard noisette vers Salem et...

« Pourquoi pas? »

Les couleurs quittèrent rapidement son visage. Euh... qu'est-ce qu'elle venait de dire? Est-ce qu'elle venait vraiment d'accepter? Aidrian aimait danser, mais elle n'était pas exactement à l'aise de le faire en public et pourtant... Elle venait de céder à la demande Salem qui était plus qu'adorable présentement. Elle tenta de se reprendre ou se justifier, enfin, de parler.

« Enfin... j-j-je ne danse pas très bien et-et-et je ne... euh... suis pas très à l'aise en public et-et-et-et-et... » Voilà qu'elle bégayait et baissait son regard au sol, elle se sentait vulnérable et elle sentait la peur l'envahir. Son regard était descendu au sol et pourtant... 'Rian avait envie d'aller sur cette piste avec Salem. C'est juste que... il y avait beaucoup de monde. « il y a beaucoup d-d-de personne... »

Elle se sentait piteuse et elle n'osait plus regarder Salem directement.


___

But friendship is precious, not only in the shade, but in the sunshine of life, and thanks to a benevolent arrangement the greater part of life is sunshine.
Revenir en haut Aller en bas
SALEM ▽ Till the landslide brought me down
Salem A. Rembrandt

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2323
Date d'inscription : 16/02/2014
Multicomptes : LVH - EJE - KAS - JAH - JLW - AH -
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeMar 28 Avr - 11:18

Bon, ce n’était pas comme si ça allait être la conversation du siècle, mais aucune conversation avec Salem ne l’était de toute façon, alors bon, ce n’était pas bien grave finalement non ? Du coup Salem, dans toute sa splendeur ne remarquait pas la gène visible d’Aidrian, mais remarquait par contre que Ludovic n’était qu’un ami. Oui, forcement, il y’avait des questions qu’elle pouvait se poser, et peut être que quelqu’un aurait pu lui expliquer des choses, mais Salem était Salem et Salem se posait des questions aux quelles personnes n’avait de reponse, sans se poser celles dont les réponses étaient necessaires. Point. Fin de l’histoire. Ca aurait pu s’arreter la. A part que ça n’aurait pas été spécialement drole.

« J’en suis ravie. » Pourquoi elle avait dit ça elle ? Allez savoir. Elle appréciait Ludovic. C’était stupide d’être ravie qu’il ne soit pas en couple avec Aidrian. Est-ce que … ? Non, c’était bête. Bah, elle était contente et ça ne s’expliquait pas spécialement. La joie n’était qu’un sentiment, et les sentiments étaient des mysteres. Point. Fin.

Non, ce qui comptait sur le moment c’était un peu qu’elle venait de proposer à Aidrian de danser. Se surprenant, ou pas réellement finalement, mais surprenant assurement la professeur de Potions, qui finalement… Acquiessa ? Pourquoi pas, ça voulait dire oui non ? Ou peut être pas. Mais pour Salem ça voulait dire oui, a part que l’attitude physique d’Aidrian voulait dire tout autre chose, alors… Alors elle ne savait plus, et elle fronca les sourcils se perdant en explications un peu, juste dans sa tête.

Finalement ce fut fini. Les hésitations et les beggaiments d’Aidrian eurent raison d’elle, et Salem lui attrapa la main. « Viens avec moi. Je te protegerais. » C’était stupide. Elle ne pouvait pas la proteger, et puis la proteger de quoi en plus ? Mais bon c’était ainsi. Et Salem entrainait la professeur de potions sur la piste de danse.

Plus de pitié pour les timides.

___


She is like a cat in the dark, and the she is the darkness; she rules her life like a fine skylark and when the sky is starless. All your life you've never seen a woman taken by the wind Would you stay id she promised you heaven? Will you ever win ? She rings like a bell through the night; And wouldn't you love to love her? She rules her life like a bird in flight... And who will be her lover?     RHIANNON ♦️
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2003
Date d'inscription : 02/03/2014
Multicomptes : SAR — EJE — KAS — AH — JLW — JAH
Caracteristique : Prefete en Chef & Gardien
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeLun 12 Oct - 18:42

Suite d'ici


  Je serais aux tables, en train d’écrire sur un morceau de nappe avant que Dumbledore ne tente de me tuer.    C'était ce qu'elle avait sorti à Caleb avant de le regarder partir vers Jane, et elle était bien décidée à appliquer ce qu'elle avait dit. C'était ainsi, qu'elle avait sorti un marqueur de sa poche, et qu'elle commencait à écrire quelques mots - quelques vers à vrai dire - sur un morceau de nappe en face d'elle. Soit. Elle s'ennuyait. Ce bal était une vrai déveine. Et elle portait toujours cette stupide robe pour ce stupide bal, où son cavalier - qui lui n'était pas stupide - et elle attendait - stupidement - quelqu'un qui ne viendrait pas. Alors si elle avait griffoné quelques lettres étranges, qui pouvaient ressembler à un prénom, c'était juste une coïncidence. Et si il ressemblait a celui qu'elle avait décidé de ne plus porter. C'en était une aussi. Elle se remit à gribouiller la nappe pour effacer ce forfait, et reprit l'ecriture de quelques mots.

De toute façon, elle ne pouvait pas faire autre chose. Felicia devait être bien occupée avec sa professeur de rune - la salope, Alice, pas Felicia - et ... les autres et bien ne semblaient pas s'interesser à elle . Ça lui allait. Elle ne voulait pas attirer l'attention. Elle fixait vaguement Rembrandt, essayant de s'assurer qu'il ne fasse pas de mal à Kennedy, et elle continuait ce qu'elle avait commencé à faire.

Peut être qu'elle allait pouvoir commencer à partir ? Tiens, que faisait Eden ici ? Oh, elle pourrait peut être aller le voir, le beau vampire était... Non ? Oui?  Pourquoi pas tiens. en tout cas pour l'heure elle ne bougeait pas.

___


but like a stone I'm falling down
Stained, looking at my hands, I talk wit these lines. It's not the answer. I'm crying and now I know looking the sky I search for an answer. So free, free to be. I'm not another liar, I just want to be myself.  I know I live...but like a stone I'm falling down And now the beat inside of me is a sort of a cold breeze, and I've never any feeling inside. Around me.. I know I live...but like a stone I'm falling down (c) badwolf

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2101
Date d'inscription : 23/03/2014
Multicomptes : Myria G. & Andréa O. & Siobhàn J.
Caracteristique : Luxure de la Confrérie
MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitimeLun 2 Nov - 1:43




L'objectif principal de la soirée avait été de rappeler sa présence à Ludovic, ce qui était maintenant chose faite. Et bien faite, vu les baisers qu'ils avaient échangés. Elle ne comptait pas spécialement faire n'importe quoi, après tout, elle était consciente qu'elle était peut-être observée, mais discuter avec des bonnes connaissances, ce n'était pas interdit, n'est-ce pas ? Surtout qu'elle avait l'air magnifique, ça serait une tragédie d'en priver la Grande Salle si tôt.

S'éloignant un peu des couples dansant, elle balaya du regard les gens présents, cherchant un visage familier. Et justement, il y en avait un qui accrocha son œil et vers lequel elle se dirigea presque immédiatement. Elle arriva dans son dos, regardant par dessus son épaule pour lire un peu ce qu'elle faisait. Un poème ? Un sourire étira ses lèvres. Elle posa une main douce sur l'épaule de Luka avant de tirer la chaise à côté d'elle pour s'y asseoir. Elle lui lâcha en guise d'introduction :

« Tu avais l'air tragiquement seule. »

Et tragiquement splendide, aussi. Mais elle pourrait le dire plus tard. Et puis la Serdaigle n'était pas spécialement fan des compliments physiques, elle l'avait bien retenu. Ça ne l'empêchait pas de la regarder avec adoration.


Robe de Lisbeth:
 

___

Lust ♥ Lisbeth
Well I can taste her on my lips and her kisses burn like fire. And I try to resist her but the pain is my desire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Tables   Tables - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Tables
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» can't keep up with your turning tables. (birdie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Wonders :: 
POUDLARD
 :: Rez de chaussée :: Grande salle :: Bal d'Halloween
-