La carte du Maraudeur

[Portoloin] pour lire les sujets importants du forum ♥



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERME

Partagez
 

 Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1847
Date d'inscription : 27/09/2014
Multicomptes : A.S.
MessageSujet: Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged.   Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged. Icon_minitimeMar 30 Sep - 4:40

◼︎ « Judith Babbington » Voila... Voila, c'est qui je suis. J'ai présentement 57 ans et je suis infirmière à Ste-Mangouste. Je suis né(e) le 12 février 1918 à Omskirk, Angleterre; je suppose qu'on peut donc dire que je suis d'origine anglaise. Mon sang est né-moldu et on connait ma famille parce que ce sont de stupides moldus inconnus, d'ailleurs ils sont morts, ils ont fait partis des premières victimes des mangemorts, plus précisément d'une mangemort, celle que vous découvrez à l'instant.

 ◼︎ Si je dois vous parler un peu de moi je dirais que je suis hétérosexuelle et même que je suis célibataire. Sinon il se passe un truc hallucinant, on me dit que je ressemble à Jessica Lange; et c'est à crédit que je dois tout ça.

 ◼︎ Oh sinon moi... J'ai un pouvoir : celui de Fourchelang.

 ◼︎ Mon maître n'aime pas se faire ridiculiser. Enfin ! C'est ce qu'on dit ! Et sinon, moi c'est Tam et j'ai un certain âge. J'ai connu SW' par l'autre qui m'a amené et j'ai quelques commentaires. Les voilaaaa ! Contrairement à ma Judith, je vous aime!
C'est intéressant parce que les chances sont qu'elle ne sera jamais capable de lancer ce sort, la joie si Judith la connaît, elle ne l'a jamais connu assez forte pour pouvoir lancer ce sortilège, ses souvenirs étant teinté de haine et son avenir de vengeance.

Toutefois si un jour elle y arrive son patronus pourrait être :

Basilic : Énorme serpent, très venimeux et extrêmement dangereux, sa morsure est mortelle pour tous, entre les humains dont il se nourrit parfois sans scrupule.

Cerbère : Énorme chien à trois tête, garder les toutes à l'oeil si vous ne voulez pas vous faire blesser. Il peut se montrer très violent.

Croup : Un animal magique ressemblant énormément à un fox-terrier à l'exception de sa longue queue fourchue, ils sont extrêmement fidèle aux sorciers, mais attaque facilement n'importe quel moldu les approchant.

 consultez le bottin
Judith est une femme stricte, ordonnée et efficace.  On peut toujours compter sur elle et elle a une excellente réputation à Ste-Mangouste en étant qu'infirmière hors pair, quand les gens passent par-dessus son apparence austère et sévère, ils peuvent découvrir une femme pleine de compassion et empli du désir d'aider les gens. Si bien sûr vous ne pouvez pas lire les pensées. Judith est réellement une femme froide et amère, elle a appris à porter des masques et à tromper les gens pour mieux se faufiler dans la société des sorciers et cacher son véritable jeu. Si elle est effectivement très reconnue dans le domaine des soins magiques, elle n'est pas aussi compatissante qu'elle peut le laisser paraître. Elle garde une éthique de travail très élevée et s'attend généralement à la même chose des autres, les gens la trouve souvent exigeante. Très souvent, presque trop, en uniforme elle projette une image forte de la profession d'infirmière et d'ailleurs très peu de choses lui font froid aux yeux. C'est une femme haineuse, elle déteste bien des choses et n'est pas très tolérante, même si elle peut faire preuve d'une patience extraordinaire quand il s'agit de sauvé les apparences. Par-dessus tout, elle déteste les moldus, ces hommes et femmes ignares du monde sorcier et à l'esprit fermé.  Elle brûle du désir de se venger de leur affront et de ce qu'ils lui ont fait, mais on peut aussi retrouver dans les choses qu'elle déteste la négligence, le laxisme et l'irresponsabilité qui la mette hors d'elle. Ayant vécu une bonne partie de sa jeunesse dans un institut religieux pour les mentalement déficient, elle déteste aussi les comportements excessif lié à la luxure, la gourmandise, l'avarice, la paresse et l'orgueil. Pour ce qui a attrait à l'envie et la colère, comme elle les vit sur une base régulière, Judith en est plus tolérante. Par contre cela ne veut pas dire qu'elle soit religieuse, loin de là, elle a simplement été profondément influencée par l'environnement dans lequel elle a vieilli jusqu'à ces 16 ans. Sur une notre plus positve, Judith est très travaillante et tenace, c'est une femme déterminée, voir obstinée, il n'y a pas grand chose qui puisse la détourner de ses buts, au pire le tout ne sera qu'un léger contretemps. Elle peut aussi se montrer d'une loyauté surprenante envers les rares personnes qui lui sont proches et ceux à qui elle donne sa parole.
- Judith n'aime pas le silence complet, ça la dérange et peut la rendre agressive.
- Le moment le plus heureux de sa vie est lorsqu'elle a prit son enfant dans ses bras pour la première fois.
- Comme elle est officiellement considérée comme étant orpheline, elle se fait passer pour une sang-mêlé, alors qu'elle est une sang-de-bourbe.
- Elle a un croup, une femelle, pas trop grosse, mais férocement fidèle et protectrice. Elle obéit au doigt et à l'oeil à Judith. Très bien élevée. Elle s'appelle Étincelle.
- Elle est homophobe, même si elle déteste la religion et leur façon de faire et de penser, avoir été conditionné par eux pendant 8 ans, certaines choses sont restées.
- Elle a plusieurs cicatrices qui lui couvre le dos et le rendre très disgracieux, on voit qu'elles sont toutes très vieilles.
-
-
-
-
-

Rapport #1

8 juillet 1926
Rapport du psychologue Enric Sims, employé à l'institut religieux Rose Caldwell pour enfants mentalement dérangés.

Sujet : Judith Babbington
Âge : 8 ans
Raison de la présence : Désordre mental, illusion de la réalité, possibilité de possession


Le sujet ci-présent semble plutôt dépressive de se arrivée à l'institut et soutient avec une conviction surprenante qu'elle ne ment pas et n'est pas folle, bien que tous nos résidents fassent de même. Il lui faudra du temps pour s'habituer à son nouvel environnement et je recommande de la placer dans une aile plus calme et lui donner du temps avant d'évaluer plus longuement son état mental et la possibilité d'un exorcisme. Pour l'instant, elle semble refermée sur elle-même et calme. Il y a peu de risque qu'elle ne cause des problèmes et ne présente pas une personnalité à causer des problèmes. Je recommande tout de même de garder des calmants près au cas où, ce ne serait pas la première fois qu'un enfant change drastiquement après quelques jours.

Pour ce qui est du passé du sujet, ses parents sont des citoyens exemplaires. Ayant tout fait pour le mieux pour leurs enfants, malgré un passé marqué par la guerre de 1914 à 1918.

La mère, Martha Babbington, est une infirmière travaillant à l'hôpital de la ville de Omskirk, dédié à ses enfants. Ses collègues la tiennent en haute estime, elle a donné de son temps et grandement aidé sur nos soldats pendant la grande guerre.

Le père, Jason Babbington, est un fermier de métier, prenant après son père. Il travaille la terre depuis toujours même s'il a dû laisser tomber son travail pendant la guerre pour rendre service à son pays. C'est un brave homme exemplaire qui a reçu plusieurs honneurs, mais il a consulté des services psychologiques suite à la guerre et participe entre autre à la recherche sur les troubles mentaux suivant l'exposition des soldats à la guerre.

Le sujet est l'aînée de la famille et la seule présentant des troubles du comportements graves et une désillusion de la réalité grave.

Le rapport sera continuer quand le sujet sera prêt à parler un peu plus.

*****

Rapport #2

11 juillet 1926
Rapport du psychologue Enric Sims, employé à l'institut religieux Rose Caldwell pour enfants mentalement dérangés.

Sujet : Judith Babbington
Âge : 8 ans
Raison de la présence : Désordre mental, illusion de la réalité, possibilité de possession


Les premiers contacts avec l'enfant depuis son arrivée sont positifs, à l'exception de plusieurs crises de larmes qui sont attendues de la part d'une enfant du sexe le plus faible, elle est calme, mais présente une détresse confuse quant à sa présence à l'institut. Elle est méfiante envers les étrangers, mais a accepter de parler et partager son enfance sans trop de difficulté.

La petite est née le 12 février 1918, à la fin de la guerre, dont elle ne garde évidemment aucun souvenir. Elle ressemble à n'importe quel autre enfant, elle décrit de bons souvenirs avec ses parents qui prenaient soins d'elle et de sa joie quand ses deux frères sont nés. Des jumeaux, elle était apparemment heureuse de leur arrivée, malgré son très jeune âges, 4 ans seulement. Elle présente des affinités pour savoir prendre ses responsabilités, car elle parle déjà d'avoir commencé à aider sa mère à s'occuper des plus jeunes, sans faire de trop grandes tâches.

Le sujet présente une personnalité plus indépendante et débrouillarde que la plupart des enfants de son âge, elle jouait plus seule qu'avec les autres enfants et rendaient souvent des services aux adultes, même si le jeu semble rester un sujet important. Elle s'occupe beaucoup des animaux de la ferme et ils lui servent principalement d'amis. La famille habite en campagne, éloignée de la ville et des autres maisons alors elle n'a pas souvent de contacts avec les autres enfants, mais cela ne semble pas être un problème pour la demoiselle, mais cela est possiblement l'une des causes de sa désillusion de la réalité, puisqu'elle peut présenter un esprit plus faible.

Elle parle avec affection des éléments qui l'ont entouré durant les 8 années de sa vie et évite toute mention de ce qui a mené à sa présence à l'institut. À mon avis, il faut procéder tranquillement, car elle présente une méfiance hors du commun pour un enfant. Il faudra d'abord acquérir s confiance avant qu'elle ne s'ouvre et ne partage réellement ce qui cause sa démence.

*****

Rapport #3

21 juillet 1926
Rapport du psychologue Enric Sims, employé à l'institut religieux Rose Caldwell pour enfants mentalement dérangés.

Sujet : Judith Babbington
Âge : 8 ans
Raison de la présence : Désordre mental, illusion de la réalité, possibilité de possession


Je demanderais à la direction ne faire subir de sévices même si ses paroles vont à l'encontre de l'institution et ses croyances, mais plutôt demander une séance d'urgence avec moi afin de permettre à la jeune fille de parlé pour mieux choisir les traitements pour la guérir, car je n'ai pas pu arriver à quoi que ce soit durant ma séance avec le sujet, elle n'a pas dit un mot par peur de se faire réprimander alors que j'aurais pu parler avec et peut-être commencé à entrer au cœur du sujet.

Avoir des histoires de bonnes femmes de la part de votre personnel sur le fait qu'elle aurait fait flotter des objets dans une pièce et qu'elle parlerait de magie ne m'aide pas dans mon travail. Je dois recommencer depuis le début tout mon travail pour gagner la confiance du sujet.

*****

Rapport #4

27 juillet 1926
Rapport du psychologue Enric Sims, employé à l'institut religieux Rose Caldwell pour enfants mentalement dérangés.

Sujet : Judith Babbington
Âge : 8 ans
Raison de la présence : Désordre mental, illusion de la réalité, possibilité de possession


L'enfant s'est enfin un peu ouverte, elle a parlé de la colère qu'elle a eu avec un autre enfant et que c'est à la suite de cela que les objets autour d'elle se serait mis à flotter. Quoique je doute de la véracité de l'information, je dois avouer que cela corrobore avec les rapports que les préposées m'ont fait à ma dernière visite. Le sujet semble prêt à partager de plus amples informations, alors nous sommes entrés dans le vif du sujet.

Elle m'a parlé de la première manifestation de ce trouble, elle se trouvait avec les animaux de la ferme chez elle et elle jouait dans la grange quand elle a glissé et s'est fait mal. Le sujet a parlé que sa plaie se serait refermée d'elle-même. Quand elle a accouru pour prévenir ses parents, ces derniers auraient fait semblant de la croire.

Puis elle a commencé à me poser des questions sur la raison de sa présence dans cette endroit, elle ne comprend pas et dit qu'elle n'a jamais rien fait de mal. J'ai tenté de lui expliquer que c'était pour son bien, mais la petite semblait sceptique.

J'ai continué mon interrogatoire sur ses capacités spéciales afin de voir si ce n'était que l'imagination hyperactive d'un enfant ou réellement le fait du diable. Elle me raconte plusieurs évènements, généralement isolés alors qu'elle pourrait être proie à un danger ou sous le coup de fortes émotions, mais tout semble possible dans l'imagination d'un enfant et chaque situation s'est déroulée alors qu'elle se trouvait seule, à l'exception de cet événement dans la salle de jeu de l'institut.

Je recommanderais de garder le sujet à l'oeil si elle manifeste une fois de plus ces capacités particulières et si ce n'est que pure imagination. Dans le cas où elles se révéleraient réelles, je recommande une forte sédation plutôt que de la punir physiquement.

*****

Rapport #5

8 août 1926
Rapport du psychologue Enric Sims, employé à l'institut religieux Rose Caldwell pour enfants mentalement dérangés.

Sujet : Judith Babbington
Âge : 8 ans
Raison de la présence : Désordre mental, illusion de la réalité, possibilité de possession


L'enfant semble s'être enfin habituée à son nouvel environnement, elle ne se mélange pas avec les autres et préfère rester, mais elle tente d'éviter les problèmes comme elle peut. Rien ne semble confirmer la possibilité d'une possession du diable ou même un désordre mental. Je crois que tout pourrait être attribuée à une imagination simplement débordante d'un enfant comme dit à ses parents, gardons-la en garde à-vue pendant encore deux mois et si rien ne semble hors de l'ordinaire, elle pourra être renvoyé chez elle.

*****

Rapport #6

8 septembre 1926
Rapport du psychologue Enric Sims, employé à l'institut religieux Rose Caldwell pour enfants mentalement dérangés.

Sujet : Judith Babbington
Âge : 8 ans
Raison de la présence : Désordre mental, illusion de la réalité, possibilité de possession


Rien de nouveau à mentionner, si tout reste au calme et sans changement, le sujet pourra rentrer chez lui dans un mois.

*****

Rapport #7

4 octobre 1926
Rapport du psychologue Enric Sims, employé à l'institut religieux Rose Caldwell pour enfants mentalement dérangés.

Sujet : Judith Babbington
Âge : 8 ans
Raison de la présence : Désordre mental, illusion de la réalité, possibilité de possession


Je me suis complètement trompée à l'égard de cette enfant. Elle possède réellement les capacités dont elle parle et raconte joyeusement les histoires. Aucune d'elles ne peuvent être expliquées par la science. Je recommande que l'église en prenne complètement la charge et tente de la purifier du mieux qu'ils peuvent. De fortes doses calmant et l'isolation dans une zone de haute sécurité sont les meilleures solutions. La réhabilitation doit être laissée à l'Église, car cette enfant a été marqué par le diable en personne.

Je ne pourrais pas décrire les étranges sensations qui m'ont parcouru quand j'ai été appelé d'urgence, selon mes propres recommandations, en plein milieu de la nuit pour faire mon travail auprès de l'enfant. Quand je suis arrivée dans sa chambre, des objets flottaient partout et risquait de nous blesser alors que la petite s'était réfugiée dans un coin de la chambre pleurant à chaudes larmes, des larmes de traîtres montrant le déguisement d'agneau du loup qui était entré dans la bergerie.

Il n'y a pas eu de blessé, mais atteindre l'enfant pour lui donner un somnifère a été particulièrement dangereux.

D'après le prêtre présent, un envoyée spécial de l'église devrait arriver pour exorciser l'enfant. Mes rapports s'arrêtent ici, la science n'a plus rien à voir avec une telle monstruosité.

*****

Rapport #8

15 octobre 1926
Suivi fait par le prêtre Thomas Wellington, au service de l'institut religieux Rose Caldwell pour enfants mentalement dérangés.

Sujet : Judith Babbington
Âge : 8 ans
Raison de la présence : Possession


L'enfant possédé est toujours sous haute médication, personne ne l'approche à l'exception des membres les plus sains de notre organisation et nous gardons toutes les femmes loin du monstre pour éviter que l'une d'elle ne se prenne d'affection pour l'enfant. D'après l'Église-Mère, l'exorciste pour l'enfant devrait arriver dans la semaine qui suit. Une surveillance rigoureuse est tenue auprès de l'enfant, toujours par deux prêtres pour éviter toute erreur. Elle est maintenue attachée en tout temps et nourrit un minimum pour garder le démon le plus faible possible.

Comme elle est plus jeune que nos sujets habituels, nos devons faire des ajustements dans nos traitements de purification, mais vu l'ampleur de son mal, nous jugeons qu'elle peut recevoir presque les mêmes traitements qu'un adulte.

*****

Rapport #9

20 octobre 1926
Suivi fait par le prêtre Thomas Wellington, au service de l'institut religieux Rose Caldwell pour enfants mentalement dérangés.

Sujet : Judith Babbington
Âge : 8 ans
Raison de la présence : Possession


L'exorciste est arrivée hier soir et a exécuté le rite de purification ce matin, l'exorcisme a eu lieu en après-midi. Le sujet a été laissé dans un état d'épuisement et de faiblesse avancé, mais devrait être libéré du démon. Par contre, selon les recommandations du prêtre-exorciste, le sujet restera sous la supervision de l'Église au moins jusqu'à sa majorité, car la marque du démon était profonde et pourrait elle pourrait être sensible à l'exposition de tout mal futur. Pour éviter une nouvelle possession, elle devra être isolée et soumise à des purifications régulières, par l'entremise d'eau bénite et des coups de fouet comme notre grand Sauveur. Dans l'éventualité que les pouvoirs du Malin referait surface, c'est que le sujet a été marqué pour l'Éternité et sera garder sous la garde de l'Église jusqu'à la fin de sa triste vie pour être purifiée par les flammes lors de sa mort.

Que notre grand Dieu veille sur son âme.

*****

Deux ans plus tard... 10 ans

Le silence est partout. Il n'y a aucun son qui pénètre dans la pièce et j'ai appris depuis longtemps à ne plus en faire. Les prêtres, les père, les frères, aucun d'eux ne me parle, chacun d'eux est penché dans la prière et moi je suis laissée toute seule. Je sais que je dois faire comme eux, mais s'il y a vraiment un Dieu, pourquoi me fait-il souffrir comme ça? Il ne m'aide pas. J'ai appelé. Souvent, depuis que mes parents m'ont abandonnés, mais je n'ai jamais reçu d'aide. On me traite de démon, mais j'ai rien fait. J'ai jamais fait de mal à qui que ce soit, je n'ai même pas fait mal à la famille de couleuvre à la maison.

Je déteste mes parents. Je déteste ce Dieu. Je déteste ces hommes autour de moi. À chaque semaine, on me noie pour me purifier apparemment. On me frappe avec un fouet aussi et un bâton. Ça dépend si j'ai bien guérie des coups de la semaine précédente. Je préfère le fouet, il fait plus mal, mais la douleur reste moins longtemps. Apparemment c'est pour éviter que le démon revienne, mais ça fait mal et j'ai envie de pleurer, mais je suis plus capable. Les cris viennent, mais je n'arrive plus à pleurer. Je ne sais pas même pas depuis combien de temps je suis enfermée, mais ça fait assez longtemps pour que je n'aie plus de larmes.

Une cloche sonne et je sens mes bras qui se mettent à trembler. L'heure de la noyade est arrivée. Je baisse la tête et je suis le frère Elwood pour une énième fois. En me dirigeant vers la pièce du supplice, je passe des fenêtres, elles sont toutes trop haute pour que je vois dehors. Je me demande de quoi ça l'air à l'extérieur. Je n'ai jamais mis les pieds dehors depuis que je suis arrivée ici. J'ai ma chambre, la pièce des prières et la pièce maudite. C'est tout ce que je vois. Je déteste tous ces endroits, mais si je me mets en colère, j'ai peur que tout recommence depuis le début. Je ne veux pas revivre tout ça, ça peur, ça fait mal... Et je les déteste tous. La pièce maudite arrive et je me prépare, mes jambes tremblent aussi maintenant, je ne veux pas y aller, mais si je n'y vais pas, je suis privée de nourriture pour une semaine et c'est encore pire la séance de purification est encore pire après.

Je les déteste tous. Je les déteste tous. Je les déteste tous. Je les déteste tous. Je les déteste tous. Je les déteste tous. Je les déteste tous. Je les déteste tous. Je les déteste tous. Je les déteste tous. Je les déteste tous. Je les déteste tous. Je les déteste tous. Je les déteste tous. Je les déteste tous. Je les déteste tous. Je les déteste tous.

*****

Une réhabilitation possible... 14 ans

Je me suis réveillée ce matin au son de la cloche, comme tous les matins, je n'ai même pas besoin de penser. Ça fait un an maintenant. Un an où je me lève, je prends les livres posés sur le bureau, je me dirige vers le réfectoire, je mange mon déjeuner, puis je vais à la version d'école qu'il y a dans l'institut. Il y a apparemment eu un changement dans la direction de la place et j'ai peut-être une chance de pouvoir retourner à une vie normale. Pour l'instant, je reçois un peu d'éducation, chaque jour, le matin, on nous apprend à lire et compter. La lecture est généralement sur le stupide livre de 'vérité', la Bible, je n'y crois pas, c'est complètement stupide et ça ne sert à rien, mais je garde mon masque. Je ne veux plus avoir de problèmes. Les séances de purification ne sont plus qu'une fois par mois et je ne veux pas que ça change. Alors, je fais ce qu'on m'apprend et je cache ce que je pense. Je garde le contrôle sur moi-même, j'évite tout excès qui pourrait mener ma différence à se montrer encore une fois. Les journées ne sont plus aussi longues et interminables.

Le matin j'apprends, même si ce sont leurs stupidités, j'apprends et c'est intéressant et l'après-midi, j'ai des tâches à accomplir. J'aide à préparer les repas, je fais du ménage et on m'a aussi montré à jardiner. C'est ce que je préfère, parce que je peux aller dehors. Je me souviens la première fois qu'on m'a permis de remettre les pieds dehors, c'était il y a quelques mois et le soleil brillait. Je n'avais plus senti le soleil sur ma peau depuis que ces gens qui m'ont mis au monde m'ont abandonnés dans cet institut. C'était la première fois en plusieurs années que je mettais les pieds dehors et je me suis sentie libre. Le soleil était fort et j'ai dû me cacher les yeux. J'ai aussi des coups de soleil, mais... Je me fichais de la douleur, ce n'était rien comparé à ce que j'avais vécu et la signification de cet douleur en valait la peine. C'était un espoir, un espoir de partir et quitter cet endroit maudit. Trouver une vie dehors. Connaître d'autres personnes, pas seulement des fous et des dérangés, de vraies personnes qui peuvent tenir une conversation à propos d'un autre sujet que la religion. Cet espoir, je m'y accroche de toutes mes forces. C'est ce qui me permet d'avancer et de ne pas abandonner, sinon... Je ferai probablement comme Ernest. Je trouverais une corde et un bon point d'attache, peut-être à partir de l'une des fenêtres du toit et je sauterais en bas, la corde enroulé autour de mon cou, une cassure instantanée. Aucune douleur. Aucune chance de secours. Ce sont les deux options qui me restent, un avenir loin d'ici. Ou la mort. Dans la deuxième option, je le ferais probablement une journée ensoleillée, je pourrais avoir le soleil une dernière fois.

*****

En fuite de l'Enfer... 16 ans

Je savais que ma différence, ce, ces pouvoirs n'avaient pas disparu. J'entendais encore les serpents me parler quand je travaillais dans les jardins, ils venaient me voir et on pouvait avoir une discussion. C'était agréable de parler avec... Avoir des sujets de conversations qui variaient. On ne peut pas vraiment dire des couleuvres qu'elles sont quelqu'un. Ils faisaient quand même une compagnie plus agréable que le personnel de l'institut. Par contre, je devais faire attention de ne pas être vue ou alors prétendre que je récitais ce que j'avais appris le matin même, j'étais rendue très douée pour me cacher en plein jour, devant le regard de l'Église. Les masques, j'en avais beaucoup et je pouvais les revêtir l'un après l'autre pour tromper mes geôliers. Je n'oserais pas dire que j'étais rendue parfaite, mais l'art de la déception et de la tromperie étaient mes deux atouts principales dans ce trou à rat. Il ne me restait que deux ans à les tromper et leur faire croire que tous leurs mauvais traitements avaient mener à quelque chose. Deux ans...

C'était avant qu'ils ne m'apprennent la réalité. Je n'étais jamais pour retourner à l'extérieur. Pour une étrange raison, j'étais considérée instable. Dangereuse. S'ils voulaient du danger, ils auraient du danger. La colère noire qui me saisit n'avait jamais eu d'équivalent. Jamais. Je tremblais, mes yeux s'embuaient sans jamais laisser couler de larmes, ils en avaient trop laisser tomber, plus jamais les larmes ne couleraient, je sentais la colère s'emparer de chaque partie de mon être, me monter à la tête et m’enivrer. C'est alors qu'ils virent le véritable démon, celui que eux-mêmes avaient créer. Toutes les vitres explosèrent, le sol se mit à vibrer et les portes explosèrent partout. La panique saisit tous les résidents et le chaos saisit le cœur de cet endroit maudit. Ils voulaient un démon, ils en auraient un, façonné et créé de leur propre main, aussi humain et mortel qu'eux, mais avec des capacités en plus. Pourquoi j'étais différente? Je ne le savais pas, mais je l'étais et aujourd'hui j'allais en profiter. Dans la panique et le chaos, j'étais un ouragan de colère et aujourd'hui, aucune porte ne résistait devant moi tandis que je quittais cet endroit de malheur, de douleur et de tristesse.

Une fois dehors, le soleil brillait de mille feux et je voyais enfin la liberté, la porte en métal de la lourde clôture sauta en moins de deux devant et finalement, je me mis à courir, pour m'échapper et trouver une vie. Je chercherais qui je suis, ce que je suis. Je ne dois pas être la seule, je le sens en moi, les couleuvres ont aussi mentionné d'autres personnes. Avec des pouvoirs. Un monde inconnu à mes geôliers et tous ceux que je déteste. Je n'avais qu'à le trouver, mais avant je devais disparaître de l'esprit de l'institut Rose Caldwell. On devait m'oublier, la forêt serait un bon endroit pour les perdre, puis je trouverais peut-être des personnes pour m'aider en ville?

Ma vie pouvait enfin commencer...

*****

Secret et découverte extraordinaire... 18 ans

Je n'ai pas eu à me cacher très longtemps finalement. Après m'être enfuie, j'ai parcouru la forêt et je suis arrivée en ville. Je pensais voir la police à mes trousses, je pensais que des chiens me poursuivraient, mais il n'y rien eu. En ville, j'ai dû me débrouillée seule plusieurs jours, je volais de la nourriture, je dormais dans les ruelles et je surveillais le journal, mais il n'y a jamais une mention du chaos que j'ai causé. Puis finalement, on m'a trouvé, mais ce n'était pas mes geôliers. C'était des gens comme moi qui me tendirent la main. Rassurants. Calmes. Ils faisaient partis des autorités du monde cachés. Le monde des sorciers. Le Ministère de la Magie. Des aurors, c'était les justiciers du monde magique. Ils pensaient que le malheur de l'institut était l'oeuvre d'un mage noir, pas d'une enfant effrayée et perdue.

On m'a tout expliqué. Normalement, à 11 ans, j'aurais dû être envoyée dans une école pour apprendre à maîtriser la magie, j'aurais dû avoir une vie complètement différente, mais je suis passée entre les mailles du filet. J'ai été oubliée et rien ne pourrait réparer ça, mais je serais prise en main à partir de maintenant. Je n'étais plus qu'à un an de la majorité dans le monde des sorciers, alors le Ministère de la Magie me prendrait sous sa charge d'ici là. J'ai été hébergée, j'ai reçu une nouvelle éducation, tout mon passé fût effacé, même si j'ai gardé le même nom. Officiellement, je suis une orpheline qui a toujours été sous la garde de l'État.

J'ai mon appartement depuis tout ce temps, à Londre, bien loin des campagnes maudites et des moldus étroits d'esprit, même si je reste dans le cœur même d'une cité moldu, mais c'est plus pratique. N'empêche, je hais les moldus, je les dédaigne, ce sont des être inférieurs, je ne comprends pas pourquoi le monde sorcier se cache, c'est eux qui ont la puissance, pas ces stupides moldus. M'enfin... Ce n'est pas à moi à gérer tout ça. Moi, je reçois des cours de magie à distance. Je me renseigne sur ce nouveau monde qui s'offre à moi. Les études sont difficiles, mais je m'applique et je persévère. Je suis dans le volet général des études, mais j'avance vite. D'ici un an ou deux, je devrais pouvoir me spécialiser pour trouver un travail dans le monde sorcier. Ça m'excite, une vraie vie, avec un vraie travail dans un monde où je ne suis pas une erreur de la nature, où je ne suis pas un démon, je suis acceptée pour mes dons, ils font partie de moi. Je goûte enfin à la vie.

*****

Des études vers une vie... 24 ans

Aujourd'hui, c'est mon dernier examen, en le réussissant, je vais pouvoir être engagé à Ste-Mangouste comme infirmière. J'aurais aimé essayer d'aller comme Guérisseur, mais ça serait encore beaucoup d'étude, je viens déjà de passer les huit dernières années à étudier la magie intensément. Je me suis gardée au strict minimum pour obtenir les BUSEs et les ASPICs dont j'avais besoin. Je stresse beaucoup. Tout dépend de cet examen, mais je crois que j'ai bien étudier. À force de d'étudier dans ce petit appartement qui m'a été donné à ma première année dans le monde sorcier, en même temps de travailler dans la boutique de Madame Guipure, prêt-à-porter pour mages et sorciers, pour pouvoir survenir à mes besoins depuis sept ans. Madame Guipure a dit qu'elle était triste de me perdre et je crois que je suis aussi un peu triste de quitter, mais je veux vraiment travailler à Ste-Mangouste et j'ai mis tellement d'efforts dans mes études que je ne laisserai pas tomber.

Ça été des années assez difficile, s'adapter à tout ce nouveau monde qui s'ouvrait à moi, mais j'y suis arrivée et cet examen aujourd'hui est l'aboutissement de tout mes efforts. Ensuite je vais aller travailler à Ste-Mangouste. Les cours les plus difficiles ont été ceux pour me spécialiser évidemment, les connaissances sont poussés beaucoup plus loin...

Ça y'est, j'ouvre la porte et je réussi ce test et je pourrai travailler à Ste-Mangouste. J'en suis capable.

*****

Travail, chance et joie... 27 ans

Trois ans... Trois ans depuis que je travaille à Ste-Mangouste et je ne regrette rien. J'ai vu de tout, j'ai fait tous les départements et pour l'instant, j'ai décidé de travailler au quatrième étage, au service de pathologie des sortilèges. C'est ce que je trouve le plus intéressant et je ne regrette pas du tout mon choix parce que c'est là que j'ai rencontré un bel homme du nom de Loran Elsvir. Un homme charmant et honnête, d'une douceur sans égale, c'est un guérisseur qui aime s'occuper des patients de longues durée. Il est toujours calme et maître de soi, un sourire aimable au visage et ses yeux noisettes sont doux. La première fois que j'ai travaillé avec lui, il était un mentor incroyable.

Bon, j'avoue, c'était il y a deux ans et depuis... notre relation a bien évolué. Il est devenu ma joie de vivre et nous nous voyons aussi à l'extérieur du travail qu'au travail. La relation a commencé tranquillement et innocemment, des repas partagés au travail, des quarts de travail conjoint, puis des cafés à l'extérieur, jusqu'à arriver à aujourd'hui. Il a décidé de mettre fin à nos simples fréquentation en me demandant en mariage. C'est les larmes aux yeux que j'ai accepté. Je n'aurais jamais imaginé ma pauvre vie devenir ce qu'elle est. Bien sûr, je lui ai tout raconté, petit à petit, parce que les sévices physiques ont laissé des marques du mon corps qu'il verra sans aucun doute. Mon dos est couturer de cicatrices multiples, il ne m'a pas plains, j'ai vu la colère dans ses yeux contre les injustices de ce monde, mais il ne m'a pas pris en pitié. Un autre qualité admirable, je ne supporte pas que les gens aient de la pitié envers moi pour ce que j'ai vécu, c'est ma vie et je ne veux pas de pitié pour celle-ci.

Loran est vraiment l'homme de ma vie et j'attends impatiemment le jour de notre mariage, ce sera sans aucun doute le jour le plus heureux de ma vie. J'aime tellement cette homme que ce sentiment me consume toute entière, se ne sera plus très long avant notre union, une question de semaines à peine maintenant. Je suis impatiente.

*****

Une famille pour soi... 37 ans

J'avais pensé que le jour de mon mariage serait le plus beau jour de ma vie, mais... Dans les dernières années, je me suis rendue compte à quel je m'étais trompée. C'est l'une des plus belles journées que j'ai eu à vivre, malgré la pluie qui nous a surpris en plein milieu, mais... Depuis tout ce temps, j'ai eu mille occasions pour goûter au bonheur, par contre, si je devais choisir une journée dans toutes celle que j'ai vécu. Je choisirai sans aucun doute la journée de la naissance de mon enfant. Ce petit bout de chou qui a grandit pendant neuf mois dans mon ventre avant de montrer son adorable petit tête, avec Loran à mes côtés, il n'y a rien eu de plus joyeux dans toute ma vie.

Bien sûr, il y a eu des milliers de petites joies par la suite, les premiers mots, les premiers pas, les premières manifestations magiques. Cet enfant éclaire ma vie et celle de mon mari à tous les jours, les yeux émerveillés d'un enfant, son innocence... il n'y a rien de plus précieux. La vie était dure, mais elle est devenue douce. Ces dix dernières années ont passé sans même que je m'en rendre compte. La vie est bonne quand on saisit sa chance.

*****

Fin de l'amour et début de la vengeance... 43 ans

Durant mes premières années dans le monde magique, je me suis beaucoup renseignée sur la magie noire et les maléfices qui existaient. Je brûlais d'un désir de vengeance, de justice. Je voulais faire complètement disparaître l'institut et les gens qui y étaient. Je voulais tout détruire, réduire en morceau, mais la nouvelle que je découvrais était bonne, alors j'ai finalement laissé tomber mes idées de vengeances et de meutres.

Avec les années qui ont passé... Je n'aurais jamais cru y revenir. Je n'aurais jamais cru sentir ce désir brûlant monter de nouveau en moi pour tout détruire, ravager, mettre à terre, tout faire disparaître. Je croyais qu'il était pour de bon enterrer dans le passé. Je n'aurais pas pensé qu'il pouvait revenir encore plus fort et destructeur qu'il l'était. J'ai mon enfant, je ne l'oublie pas, mais on m'a ravi mon mari alors qu'il tentait de nous défendre. Il est mort par la faute des moldus et leur étroitesse d'esprit. Ces simples déchets, ces créatures qui ne méritent pas de vivre en se pensant si fort, ils n'ont aucune idée des gens qu'ils côtoient et à quel point ils sont insignifiants. Un coup de baguette, deux paroles et ils n'existent plus, mais c'est trop facile de cette façon. Je veux qu'ils souffrent, qu'ils pleurent, qu'ils supplient et que la mort devienne une délivrance pour eux et encore, je veux leur refuser pour qu'ils connaissent le désespoir absolu. Ils ne méritent aucune pitié.

Le Ministère de la Magie se trompent en les traitant comme des enfants, les laissant dans l'ignorance la plus totale quant à leur infériorité, mais je vais leur montrer, je vais tout détruire et les moldus connaîtront ce désespoir dans lequel on m'a jeté.

Les aurors et les oubliators n'ont pas fait leur travail correctement après ma fuite de l'hôpital psychiatrique. Il y a une personne à qui ils n'ont pas effacé la mémoire et cette personne me chercher depuis tout ce temps. Et elle m'a trouvé. Elle m'a attaqué. Et Loran s'est interposé. Il m'a sauvé, mais il est mort. Mon enfant n'a plus de père. Je n'ai plus de mari. J'ai perdu l'homme que j'aimais, la première véritable joie de ma vie et celui qui l'entretenait à chaque jour un peu plus. Il m'a été enlevé par un moldu. Comme les moldus m'ont enlevé mon enfance, mon adolescence, ma jeunesse... Ils ne sont qu'un mal dans ce monde, un mal, une pourriture qui devrait être enlevée, comme un membre gangrené, il ne reste plus qu'à le couper et le faire brûler.

C'est d'ailleurs ce que je vais faire. Je vais tout détruire. En commençant par ceux qui m'ont enfermée, tenu enfermée et maltraitée. Ils vont avoir un goût de leur propre médecine et un peu de la mienne aussi. Je dois juste faire en sorte que le ministère ne puisse pas me retrouver après... Ça ne devrait pas être trop difficile avec un peu de préparation.

*****

Accidents et disparitions... 48 ans

L'odeur du bois qui brûle est agréable... Le souffle de l'explosion l'est aussi. L'immeuble est en flamme et en proie à encore plusieurs explosions. Ces idiots m'ont rendu la tâche tellement plus facile avec leur système au gaz. Quand les autorités moldus arriveront, il ne restera plus rien à sauver. Plus personne à sauver. Tout brûle et ne sera bientôt plus que cendres qui s'envoleront au vent. J'ai pris mon temps. J'ai torturé et fait crier et pleurer chaque personne qui a hanté mes cauchemars depuis ma fuite. Quand on brise un moldu, il n'y a rien de plus pathétique. Ils sont pitoyables, minables et sans aucune grâce. La fumée qui s'élève de la bâtisse est noire comme le charbon et va laisser des traces dans tout le paysage à cette idée un sourire étire mes lèvres, la saleté de cet endroit sera étendu aux yeux de tous. C'est dommage que l'organisation derrière l'institut Rose Caldwell soit si grande. Je ne pourrai pas m'en débarrasser au complet, mais je vais leur faire mal, très mal. Ils apprendront de leur erreur. Le diable, il n'existe pas, eux-mêmes l'ont créé et il s'en prend à eux avec plaisir maintenant. Un juste retour des choses, l'on récolte ce que l'on sème, n'est-ce pas?

D'ailleurs, parlant de récolte, il y a encore une famille moldu qui mérite leur semence. Il y a bien longtemps que je n'ai pas vu mes parents... Une petite visite s'impose, non? Maintenant que j'ai eu ma première pratique pour les feux de joies et de festivités, je peux aller pratiquer les disparitions. Je me demande s'ils seront heureux de retrouver leur fille chérie.

*****

Des idéaux partagés... 52 ans

Le Ministère de la Magie est stupide et aveugle. C'est la seule raison que trouve pour que eux n'ait pas réussi à me retrouver. Ils ont compris que les actes que j'avais fait était à cause d'un sorcier, je n'ai pas couvert mes traces aussi bien que je le pensais, mais ils n'ont jamais remonté jusqu'à moi. Stupide, vraiment. Ou c'était ce que je pensais, jusqu'à ce qu'un sorcier m'approche, me parlant d'un maître noir qui avait développé une curiosité envers moi et avec ses contacts, avait fait en sorte que je disparaisse des listes du ministère.

Il levait un groupe, une armée, depuis des années, il ne précisait pas de quel groupe il parlait, mais j'en avais une bonne idée. Pour ce groupe, les moldus devaient disparaître et il voulait que je rejoigne ce groupe. Je savais la perversion et les ténèbres qui prenaient place chez les moldus, je savais la supériorité des sorciers et je n'avais pas peur de me salir les mains. J'avais un avenir dans ce groupe... Il ne me fallut pas longtemps pour accepter. Le futur s'annonçait pour le moins... positif.

*****

Du présent au futur... 57 ans

Les choses bougent, le groupe grandit. Comme je le pensais, le groupe était celui des Mangemorts. Les disciples du Seigneur Voldemort, Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-Nom. Ses plans se mettent en place, des missions sont donnés, il ne fait aucun doute qu'il arrivera à ses fins, mon maître est puissant. Il reste l'histoire de la Confrérie qui pose problème, ils sont mystérieux et semblent avoir leur propre but... C'est encore à voir si leur but sera le même que le nôtre un tout autre. Il faudra les garder à l'oeil si l'on découvre des membres de cette organisation...

*****

___

Heaven has no rage like love to hatred turned, nor hell a fury like a woman scorned.


Dernière édition par Judith Babbington le Ven 28 Nov - 19:48, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1847
Date d'inscription : 27/09/2014
Multicomptes : A.S.
MessageSujet: Re: Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged.   Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged. Icon_minitimeMar 30 Sep - 4:41

IDENTITE MAGIQUE DE {Votre Nom}


« SITUATION MAGIQUE
AGE : Et un sort de mort, ça vous tente?
GROUPE : Je suis aux ordres du Seigneur Noir (Mangemort)
METIER / MAISON: Infirmière à Ste-Mangouste, je suis une bonne âme vous savez...

« CARACTERISTIQUES
PLUS GRANDE PEUR & FORME DE L'EPOUVANTARD : L'épouvantard prend la forme d'un grand bassin d'eau et des visages qu'elle n'a que trop connu et détester, ils tentent de l'approcher pour l'attraper et la noyer.
PATRONUS : * A remplir une fois accordé par le staff*
SORTILEGE PREFERE : Le maléfice de Flagrance et de Langue-de-plomb

« ÉDUCATION
MAISON : N'a pas été à Poudlard
QUIDDITCH : Déteste ce sport.
AUTRE : A suivis ses cours à distance et a été cherché toutes ses équivalences pour pouvoir travailler en tant qu'infirmière
BUSES ET ASPICS :Elle n'a obtenu aucun optimal, mais plusieurs Efforts Exceptionnels et quelques Acceptable, elle n'a pris que les cours nécessaires pour obtenir son poste d'infirmière.

« AUTRE
Animal de compagnie : Judith n'aime pas trop se conformer et ressembler aux autres sorciers, elle possède tout de même un hibou grand-duc pour des raisons pratiques, mais elle a aussi un croup qui garde sa maison et empêche les moldus d'approcher, elle aime particulièrement ce trait chez cet animal.
Baguette magique : Bois d'aubépine, 23,6 cm, ventricule de dragon, rigide.


___

Heaven has no rage like love to hatred turned, nor hell a fury like a woman scorned.


Dernière édition par Judith Babbington le Mar 25 Nov - 21:43, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1847
Date d'inscription : 27/09/2014
Multicomptes : A.S.
MessageSujet: Re: Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged.   Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged. Icon_minitimeMar 30 Sep - 4:41

+1 Au cas où... Je me sens inspirée, on va a pas prendre de chance.

___

Heaven has no rage like love to hatred turned, nor hell a fury like a woman scorned.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1959
Date d'inscription : 19/07/2014
Multicomptes : Moi je sais, moi je sais.
Caracteristique : Poursuiveur ❤︎
MessageSujet: Re: Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged.   Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged. Icon_minitimeMar 30 Sep - 9:02

Je te re souhaite bienvenue du coup ? :P

___




Take it down the highway like a rocket to the ocean. We can run. Today can last another million years. Today could be the end of me. It's 11:59, and I want to stay alive.

Johan.
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged.   Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged. Icon_minitimeMar 30 Sep - 11:06

Vu que tout a été effacé....rebienvenue :)
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1847
Date d'inscription : 27/09/2014
Multicomptes : A.S.
MessageSujet: Re: Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged.   Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged. Icon_minitimeMar 30 Sep - 20:00

Ahahaha, mais que c'est gentil! J'vais y penser à deux fois alors avant de vous faire du mal en rp ^^

___

Heaven has no rage like love to hatred turned, nor hell a fury like a woman scorned.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2031
Date d'inscription : 16/02/2014
Multicomptes : Juda, Stanley Tsukasa & Satoru
MessageSujet: Re: Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged.   Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged. Icon_minitimeMer 1 Oct - 10:17

On peut enfin te dire bienvenue o/

Enfin rebienvenue Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged. 4251853082

___

>
Aaron Drake Rembrandt
Now I'm here and my pain is my companion. Now I know it wasn't meant to heal... the cut is way too deep. No more wasted years of sacrificial bleeding. I'm the master of the war inside me
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2291
Date d'inscription : 22/02/2014
Multicomptes : Lisbeth R. & Andréa O. & Siobhàn J.
Caracteristique : Ancienne Préfète en chef de Serpentard
MessageSujet: Re: Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged.   Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged. Icon_minitimeMer 1 Oct - 10:20

Re bienvenue :D Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged. 822431066

___

Myria Greengrass
Don't want cash, don't want cars. Want it fast, want it hard. Don't need money, don't need fame, I just want to make a change.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3968
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged.   Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged. Icon_minitimeMer 1 Oct - 13:00

Re bienvenue :D

___

Notre intellect est vain
Pour tout ce qui est proche ou présent ; et si nul ne vient nous parler, nous ignorons tout de l'état humain.
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged.   Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged. Icon_minitimeJeu 2 Oct - 0:31

BIENVENUE Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged. 822431066
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged.   Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged. Icon_minitimeSam 4 Oct - 23:54

Rebienvenue *w*
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 2101
Date d'inscription : 23/03/2014
Multicomptes : Myria G. & Andréa O. & Siobhàn J.
Caracteristique : Luxure de la Confrérie
MessageSujet: Re: Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged.   Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged. Icon_minitimeVen 28 Nov - 21:27



FELICITATIONS TU ES VALIDE


    Je sais j'avoue c'est trop la classe ! Très chouette fiche Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged. 796434968 Ton patronus serait le cerbère :D

Maintenant quelques liens utiles

→ Premièrement, en tant que bon membre validé, tu dois aller recenser ton avatar ainsi que recenser ton patronus sans quoi nous risquons de les oublier, et vous pourriez vous faire voler votre tête ! Ça sera balot quand même

→ Ensuite, plus amusant peut être les fiches de liens ainsi que les demandes de RP ; demandes diverses.

→ Ensuite ! Assez important je suppose; du moins pour les élèves ! Si tu veux faire du sport le quidditch et si tu veux être prefet

→ Et enfin, pour vous comme pour nous, les achats et les les top sites ++ N'oubliez pas de RECLAMER VOS GALLIONS EN PLUS

___

Lust ♥ Lisbeth
Well I can taste her on my lips and her kisses burn like fire. And I try to resist her but the pain is my desire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged.   Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged. Icon_minitimeSam 29 Nov - 0:43

Bienvenue à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged.   Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Juddith Babbington - Revenge is an act of passion; vengeance of justice. Injuries are revenged; crimes are avenged.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On reconnaît la passion à l'interdit qu'elle jette sur le plaisir
» [Arcani] Une passion qui coûte cher
» ► david fernando vasquez « apporte la passion en toi. apporte la victoire dans ton coeur et dans son estime. soit victorieux. »
» Extreme Warfare Revenge
» La Passion Dangereuse | Engel L. Edelweiss [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Wonders :: 
SEVEN WONDERS
 :: Fiches validés
-